Hagström

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guitare Hagström III de la fin des années 1960

Hagström était un fabricant suédois d'instruments de musique. L'entreprise s'est d'abord illustrée dans la production d'accordéons, puis, à partir de 1958, s'est graduellement reconvertie dans la fabrication de guitares électriques, activité dans laquelle elle est devenue un des principaux fabricants européens, et aussi un des plus innovateurs. D'une production de masse dans les années 1960, elle a évolué vers des fabrications de haute qualité dans les années 1970 avant de devoir cesser son activité en 1983.

La marque a été relancée en 2006 en Amérique du Nord à l'initiative de la firme canadienne American Music & Sound (AMS), et commercialise des guitares et basses aujourd'hui fabriquées en Chine.

Historique[modifier | modifier le code]

La société a été fondée à Älvdalen, dans la province de Dalécarlie (Suède centrale) par Albin Hagström (1905-1952). Celui-ci, passionné d'accordéon dès l'enfance, avait commencé dès 1921 (il n'avait pas encore 17 ans) à importer au coup par coup des accordéons d'Allemagne, profitant de l'hyperinflation qui sévissait alors dans ce pays et réduisait leur prix à presque rien. Ainsi débuta, d'abord à toute petite échelle, une activité de vente par correspondance qui prit peu à peu une dimension telle qu'elle justifia la création d'une entreprise enregistrée en 1925.

Cette même année, Albin Hagström fait connaissance d'un instrument italien, fabriqué par Paolini à Castelfidardo, un accordéon chromatique à clavier piano, qui marquait un progrès sensible par rapport aux accordéons diatoniques à boutons qu'il faisait venir d'Allemagne. Cela l'amène à nouer des liens toujours plus serrés avec les producteurs italiens. Il leur rend de fréquentes visites pour s'informer des techniques de fabrication et suggérer des améliorations. Et comme le mark allemand et la lire italienne se rétablissent à des niveaux relativement élevés, arrive un moment où Albin Hagström juge qu'il peut et doit passer à la fabrication en propre en Suède. Ceci fut fait en 1932. Hagström devient rapidement un des plus respectés parmi les producteurs européens d'accordéons, et fonde même une filiale de fabrication aux États-Unis en 1939.

Durant les années d'après-guerre, Hagström profite de la vogue de l'accordéon, très marquée en Scandinavie mais aussi aux USA, pour développer sa production et son activité commerciale, appuyée sur un réseau d'écoles de musique en Suède et une chaîne de boutiques couvrant toute l'Europe du Nord. Celles-ci, outre les accordéons Hagström, distribuent aussi toutes sortes d'instruments, y compris des guitares Gibson, puis Fender, plus tard.

L'activité atteint son zénith en 1952 avec quelque 15 000 accordéons qui sortent de l'usine d'Älvdalen. Mais le fondateur A. Hagström meurt cette année-là, tout juste âgé de 47 ans. Erik Wisén prend sa succession comme directeur général, tandis que Karl-Erik Hagström, né en 1932, fils aîné du fondateur, fait ses classes dans l'entreprise afin de se préparer à la succession.

Dans les années qui suivent, la demande en accordéons chute année après année. Hagström se diversifie dans les amplificateurs pour instruments et sonorisation. La société, bien placé grâce à son réseau de boutiques pour suivre l'évolution du marché, comprend que l'avenir appartient désormais à la guitare électrique.

Les techniciens de la firme sortent en 1958 la première génération de guitares Hagström, le modèle DeLuxe, complété par la Standard, plus petite et plus simple mais basée sur la même conception. Ces instruments, vaguement inspirés de la forme de la Gibson Les Paul, accumulent une série d'innovations révolutionnaires. La caisse est le plus souvent recouverte d'un celluloïd nacré ou à paillettes, comme les accordéons. Les micros, au nombre de 1, 2 ou 4, sont contrôlés à travers des présélections actionnées par boutons-poussoirs (comme les accordéons, là aussi). La touche est en plexiglas nacré. Le manche, renforcé par un profilé duralumin à l'intérieur duquel se trouve une barre acier, est rigoureusement indéformable. Le son métallique et percussif de ces guitares fait sensation. Avec ces instruments (qui seront abondamment copiés en Italie dans les années 1960-1964), Hagström crée la guitare yéyé, l'expression ultime de l'esthétique 1960 ; elles sont à ce titre très recherchées aujourd'hui par les collectionneurs. Aux USA elles ont été distribuées sous la marque Goya.

À noter que la dernière version des DeLuxe et Standard a été disponible avec un vibrato de conception propre Hagström, appelé Tremar. Un vibrato tellement solide, fiable et rationnel qu'il sera encore utilisé, virtuellement inchangé, jusque vers la fin des années 1970.

2006: le retour[modifier | modifier le code]

La firme Hagström s'est remise en marche, après 23 ans d'absence, et propose de nouveau ses guitares électriques de qualité à un prix modéré pour des guitares assemblées en Europe[1]

Artistes ou groupes jouant sur Hagstrom[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. de l'ordre de 300€ pour les F-Models de type SG à 700€ pour la Jazz Vintage de type ES-335

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :