Hagop Hagopian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hagop Hagopian

Hagop Hagopian (ou Agop Agopian), né en 1951 (?) et mort le 28 Avril 1988, est un des fondateurs et le principal chef de l'Armée secrète arménienne de libération de l'Arménie (ASALA).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Mossoul en Irak sous le nom de Harutiun Takoshian, il prend le nom de guerre d'Hagop Hagopian et part pour le Liban où il rejoint alors le Front populaire de libération de la Palestine.

En 1975 en compagnie de James Karnusian et de l'écrivain Kevork Ajemian et avec le soutien de groupes palestiniens il fonde à Beyrouth l'ASALA. En tant que leader de l'ASALA il a dirigé des attaques visant les diplomates turcs ainsi que leurs famille dans de nombreux pays (principalement en Europe)

Après l'invasion du Liban par Israël en 1982, il fuit le pays et implante ses nouveaux quartiers généraux à Damas et Athènes. Il rompt avec l'OLP la même année qui avait donné à l'ASALA une formation à la guerilla et un soutien logistique et se rapproche d'Abou Nidal qui prône une action plus radicale que Yasser Arafat.

Hagopian est recherché par la France pour avoir fomenté un attentat à l’aéroport d'Orly en Juillet 1983. Cette attaque crée une scission au sein du mouvement et un groupe mené par Monte Melkonian qui dénonce la "dérive meurtrière" d'Hagopian. Les militants pro-Hagopian se situant en Grèce et dans le Moyen-Orient. Dans la foulée de la scission Hagopian fait assassiner deux lieutenants de Melkonian pour venger la mort de deux de ses proches tués par ceux-ci.

Selon une source anonyme américaine rapportée par le Washington Post, à la fin des années 1980 l'ASALA était devenu un groupe de mercenaires et avait de grosses difficultés financières, Hagopian étant alors devenu un "tueur à gages".

Assassinat[modifier | modifier le code]

Hagopian a été assassiné en dehors de chez lui dans le quartier de Palaio Faliro une banlieue d'Athènes dans l'après-midi du 28 Avril 1988 alors qu'il était en train d'attendre un taxi pour l'aéroport, il devait s'envoler pour Belgrade. Il était accompagné de la belle-sœur qui n'a pas été touchée.

Un officier de police grec a expliqué que deux hommes armés attendaient Hagopian qui sortait alors de son appartement avec ses valises. L'un des deux hommes a alors commencé à tirer avec un fusil de chasse au canon scié touchant Hagopian à la poitrine et au coude. Voyant Hagopian fuir il se serait rapproché de lui aurait tirer deux fois dessus à bout portant le touchant à la tête et à la poitrine. Les deux hommes ont ensuite pris la fuite en voiture qui était garée de l'autre côté de la rue.

La victime à en premier lieu été identifiée comme Abdul Mohammed Kasim, 39 ans venant du Yémen du Sud comme il était marqué sur son passeport diplomatique qu'il portait sur lui. Plus tard quand Janice sa femme a été interrogée il s'est avéré qu'il utilisait de nombreux faux passeports et ils ont identifié l'homme assassiné comme étant Hagop Hagopian qui vivait depuis un an à Athènes sous la fausse identité de Henri Titizian, il voyageait souvent avec le faux passeport Yéménite. L'ambassade sud-yéménite a nié avoir eu connaissance de l'identité réelle de Hagopian. Les autorités Grecques ont également déclaré qu'ils n'étaient pas au courant de la véritable identité de la victime.

Personne n'a revendiqué l'assassinat, mais d'après des sources Turques il a été mené par un commando des services secret Turcs commandé par Mete Günyol. Le gouvernement Turc a nié avoir participé à l'assassinat en déclarant "Le terrorisme d'état n'est pas notre manière d'agir". Le Washington Post a cité une source de la CIA disant "Il est difficile de savoir qui l'a tué, il n'était pas une personne aimée, beaucoup de gens lui en voulaient". Un rapport plus récent accuse les Syriens de l'assassinat, en effet Hagopian avait refusé de bombarder les quartiers chrétiens situés à l'est de Beyrouth, ils étaient aussi mécontents du fait de son rapprochement avec certains Palestiniens dont Abu Ayad. D'après le frère de Monte Melkonian il aurait été tué par d'anciens membres de l'ASALA autrefois proches d'Hagopian.

Le corps d'Hagopian a été transféré en Irak et enterré à Mossoul, il est alors révélé que le vrai nom d'Hagopian est Haritoun Takoshian et que ses parents Macardich et Siranoush Takoshian vivent toujours à Mossoul. Avant la police française pensait que son vrai nom était Bedros Hovanissian.

La romancière Nancy Kricorian dans son livre Dreams of Bread and Fire parle d'Hagop Hagopian comme du "Big boss" de l'ASALA.

Références[modifier | modifier le code]