Hachijō-jima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hachijō-jima
Image illustrative de l'article Hachijō-jima
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Coordonnées 33° 06′ 34″ N 139° 47′ 29″ E / 33.109444, 139.791389 ()33° 06′ 34″ N 139° 47′ 29″ E / 33.109444, 139.791389 ()  
Géologie Île volcanique
Administration
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Hachijō-jima
Hachijō-jima
Île du Japon

Hachijō-jima (八丈島?) est une île volcanique japonaise dans la mer des Philippines[1]. L'île est administrée par Tokyo et est située à 287 km (178 miles) au sud des arrondissements spéciaux de Tokyo. Elle est la plus méridionale et la plus isolée du groupe Izu Seven Islands des sept îles septentrionales de l'archipel d'Izu. La communauté principale est Mitsune, les autres communautés sont Nakanogo, Kashitate et Okago qui font toutes administrativement partie de la ville de Hachijō (sous-préfecture de Hachijō, métropole de Tokyo). En 2009, la population de l'île était de 8 363 habitants. Hachijō-jima fait également partie du parc national de Fuji-Hakone-Izu.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hachijō-jima est une île volcanique de 14,5 km de longueur et d'une largeur maximale de 8 km. L'île est formée de deux stratovolcans :

  • Higashi-yama (東山?), appelé également Mihara-yama (三原山?) qui a une hauteur de 701 m. Il fut actif de -100 000 ans à environ -1 700 ans, a des flancs érodés et conserve une caldeira distinctif.
  • Nishi-yama (西山?), appelé également Hachijō-fuji (八丈富士?), est le point culminant de l'île et est le plus haut sommet de l'ensemble de la chaîne île Izu, avec une hauteur de 854 m. Le sommet est occupé par une caldeira profonde avec un diamètre de 400 m et une profondeur d'environ 50 m. Il est considéré comme un volcan actif de classe C par l'Agence météorologique du Japon avec des éruptions enregistrées dans l'histoire récente en 1487, 1518, 1522-1523, 1605 et 1606.

Entre ces deux pics, on trouve plus de 20 volcans de flanc et des cônes pyroclastiques.

Production énergétique de l'île[modifier | modifier le code]

Vue du musée et de la centrale géothermique de Tepco
Vue du musée et de la centrale géothermique de Tepco
Map of Izu Islands.png

L'île a fait le pari de devenir énergétiquement autonome[2]. Aujourd'hui 75 % des besoins en électricité sont produits par des centrales au diesel d'une puissance totale de 11,100 MW et 25 % par des centrales géothermiques[2].

La tour de refroidissement de la centrale géothermique de Tepco se trouve sur le mont Mihara. L'eau d'une température de 250 °C est pompée à 1 650 m sous terre[2].

Le projet vise à tripler la production géothermique. Naoki Inose, gouverneur de l'île, indique « D'ici cinq ans, j'aimerais que 80 % des besoins en électricité de Hachijō-jima soient couverts par la géothermie »[2]. Par ailleurs, les énergies éolienne et solaire pourraient permettre d'atteindre 100 % de la production d'électricité à partir des énergies renouvelables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Frédéric Nussbaum. (2005). "Izu Shotō," Japan Encyclopedia, p. 412; Ponsonby-Fane, Richard. (1962). Sovereign and Subject, p. 332.
  2. a, b, c et d Article du Courrier International du 6 juin 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]