Habbo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Habbo Hotel)
Aller à : navigation, rechercher
Habbo
Logo de Habbo

URL http://www.habbo.fr/
Description Réseau social et jeu en ligne
Slogan Habbo, un lieu magique à portée de clic !
Commercial oui Oui
Type de site Jeu social
Langue(s) Français,
Espagnol,
Anglais,
Portugais,
Néerlandais,
Allemand,
Finlandais,
Italien,
Suédois,
Norvégien,
Danois,
Turc
Inscription Requise
Siège social Helsinki
Drapeau de la Finlande Finlande
Propriétaire Sulake Corporation.
Créé par Sampo Karjalainen
Aapo Kyrölä
Lancement août 2000 en Finlande
novembre 2004 en France
État actuel En activité

Habbo (anciennement Habbo Hotel) est une application web de réseau social, prévue pour les adolescents de plus de 13 ans. Les joueurs incarnent un avatar, personnage virtuel qu'ils ont la possibilité de personnaliser. Ces derniers évoluent dans des appartements créés par les joueurs ou l'équipe du site et peuvent échanger avec les autres utilisateurs principalement par le biais d'un chat. L'inscription et l'utilisation du site est gratuite mais des contenus supplémentaires comme du mobilier ou des abonnements peuvent être obtenus après paiement. Le jeu est surveillé par des modérateurs.

Le jeu, disponible dès 2000 dans sa version finlandaise et depuis novembre 2004 dans sa version française, est édité par la société finlandaise Sulake Corporation. Il comptait en août 2012 selon la société 273 millions de comptes enregistrés et 5 millions de visiteurs uniques chaque mois[1].

En juin 2012, une enquête menée par la chaîne britannique Channel 4 révèle des dysfonctionnements dans les systèmes de sécurité utilisés pour surveiller et protéger les utilisateurs au sein du jeu[2].

Historique du jeu[modifier | modifier le code]

De Mobiles Disco à Habbo Hotel[modifier | modifier le code]

Mobiles Disco[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, Sampo Karjalainen et Aapo Kyrölä, deux jeunes finlandais, se rencontrent au sein de leur entreprise de télécommunications Finnish IT. Ensemble, ils créent en novembre 1999 pendant leur temps libre pour le groupe de rap finlandais "Mobiles" une plateforme virtuelle intitulée "Mobiles Disco" basée sur la technologie Fuse[Quoi ?] où les internautes peuvent se créer un personnage virtuel et discuter avec d'autres utilisateurs. Initialement ouvert aux joueurs finlandais, le succès que connaît le site encore rudimentaire les pousse à ouvrir une version pour les utilisateurs étrangers. "Mobiles Disco" était disponible jusqu'en février 2002[3],[4].

Lumisota - SnowWar[modifier | modifier le code]

Forts de leur premier succès, les deux jeunes sont rapidement repérés par la société finlandaise Taivas et l'opérateur Radiolinja qui leur demandent de concevoir un jeu pour lequel les joueurs auront besoin d'envoyer des SMS surtaxés afin d'améliorer leur expérience de jeu. Ils lanceront ainsi en février 2000 un jeu intitulé "SnowWar" (ou "Lumisota") consistant en une bataille de boules de neige. Le jeu n'a cependant pas rencontré le succès espéré[3],[5].

Hotelli Kultakala (Hôtel Poisson Rouge)[modifier | modifier le code]

Toujours à la demande de la société Elisa[note 1] (qui a alors racheté Taivas et Radiolinja), Sampo Karjalainen et Aapo Kyrölä s'attèlent avec une équipe de développeurs à la création d'une nouvelle plateforme sociale sur internet. L'entreprise Elisa décide alors de créer une nouvelle filiale nommée Sulake ("fusible" en finnois) afin d'assurer la conception, le développement du service et pour faciliter les levées de fonds nécessaires. L'entreprise ne compte alors qu'une dizaine d'employés dont principalement des anciens collègues des deux créateurs. Ils lancent alors sur le site internet Elisa Hotelli Kultakala ("Hôtel Poisson Rouge" en français) en août 2000[5],[4].

Habbo Hotel[modifier | modifier le code]

Le développement[modifier | modifier le code]

Au vu du rapide engouement que provoque Hotelli Kultakala, l'entrepreneuse britannique Dee Edwars (en) propose aux deux fondateurs de créer une version anglophone du site. « Je pensais vraiment que les entreprises numériques pouvaient avoir du succès en utilisant la technologie pour gérer une entreprise efficacement et tirer parti des nouvelles formes de communication »[6]. Ils planchent alors sur les moyens de rendre le site rentable par le biais de la publicité et/ou d'une participation payante des utilisateurs. En 2001, ils rendent disponible une version beta du jeu en anglais puis lancent officiellement "Habbo UK" en janvier 2001. C'est la première fois qu'ils utilisent le nom "Habbo Hotel"[3],[4].

Surfant sur la vague du déploiement d'internet en Europe, ils décidèrent d'ouvrir d'autres versions de leur jeu. C'est ainsi qu'en 2001, ils ouvrèrent une version suisse puis une version japonaise en 2003 grâce aux fonds reçus par des investisseurs. Après cette date, ils continueront à étendre leur compagnie en ouvrant sur ses fonds propres de nouvelles versions dans le monde entier[3],[4].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Au vu du rapide développement que connaît le jeu qui est alors disponible en anglais, il devenait nécessaire pour l'équipe de trouver un nouveau nom à leur plateforme et qu'il serait facile à traduire et utiliser dans d'autres langues. Aapo Kyrölä rapporte le déroulement de cette réunion: « Retiisi (membre de l'équipe, ndlr) dit "happo" ("acide" en finnois) et les autres le transformèrent en "habbo". [...] Le premier logo portait le nom "Grand Habbo Hotel", mais "Grand" a rapidement été supprimé »[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Les dates relatives à la version française sont indiquées ci-dessous en gras.

  • Novembre 2004: Sulake ouvre une version française de son jeu. Le premier compte du jeu, sans doute celui d'un technicien, a pourtant été ouvert le 17 septembre 2003[7],[8].
  • Mai 2006: l'entreprise change le nom de domaine principal du jeu anciennement http://habbohotel.com pour http://habbo.com ainsi que le nom "Habbo Hotel" pour "Habbo" sur la majorité des pages du jeu.
  • Août 2007: la communauté chinoise ferme ses portes car les coûts d'exploitation sont trop importants relativement au nombre d'utilisateurs.
  • Décembre 2008: le site russe annonce qu'il fermera ses portes en février 2009 car le jeu ne connaît pas là-bas le succès espéré.
  • Juin 2009: Sulake abandonne la technologie Shockwave pour la technologie Flash et propose une nouvelle version de son interface de jeu accessible à une poignée d'utilisateurs triés sur le volet[9].
  • Novembre 2009: la nouvelle interface utilisant Flash est déployée pour l'ensemble des utilisateurs après les retours des premiers utilisateurs[10].
  • Décembre 2009 - Janvier 2010: les utilisateurs ont maintenant la possibilité d'utiliser leurs comptes de réseaux sociaux pour s'inscrire et se connecter au jeu de façon simplifiée. Dans le même temps, une application sur la page Facebook du jeu permet aux utilisateurs de se connecter directement au jeu. Avec cette nouveauté, Sulake espère accroitre l'influence et la présence de son jeu sur les réseaux sociaux et ainsi gagner de nouveaux utilisateurs[11],[12].
  • Janvier 2010: Sulake annonce la fusion de la version américaine et canadienne du jeu qui devait être effective en avril 2010[13],[14]. Finalement, ce sont toutes les communautés anglophones (version américaine, canadienne, anglaise, singapourienne et australienne) qui seront fusionnées à terme au 30 mars 2011. Au-delà du fait de rassembler l'ensemble des utilisateurs parlant un même langage sur une même version, c'est surtout l'occasion pour la société de réduire les coûts d'exploitation du jeu. En effet, chacun des bureaux locaux employant les salariés de chacune des versions ont progressivement été fermés. La présence d'utilisateurs de pays situés sur des fuseaux horaires différents permet également de rationaliser les effectifs de modération[15].
  • Février 2012: Paul LaFontaine, alors PDG de Sulake, annonce un plan de licenciement de grande envergure concernant le licenciement de 40 à 60 salariés du groupe soit 25% de l'effectif total de l'entreprise dans le monde[16],[17],[18]. Avec ces licenciements, l'entreprise souhaite ré-organiser son implantation dans le monde. La plus part des bureaux locaux sont alors fermés progressivement ; l'activité est désormais gérée depuis les bureaux londoniens, madrilènes et helsinkiens. La décision, motivée par des raisons économiques[19], aura des conséquences négatives notables sur l'activité des différentes versions du jeu. En effet, la plus part de ces salariés contribuaient à l'animation et à la résolution des problèmes rencontrés par les utilisateurs. Il existait surtout des liens très forts entre les salariés et les joueurs qui ont manifesté à plusieurs reprises leur désapprobation face à cette décision [20].
  • Juin 2012: La chaîne de télévision britannique Channel 4 mène une enquête sur la sécurité des utilisateurs au sein du jeu[21]. Elle révèle de graves dysfonctionnements en matière de modération. L'article, repris par plusieurs médias dans le monde entier, constitue un véritable séisme pour Sulake qui avait fait de la sécurité des utilisateurs sur son jeu un argument face aux réticences des parents. Face au scandale, Paul LaFontaine alors PDG de l'entreprise prend la décision de couper tout moyen de communication sur le jeu le temps de réaliser un audit des procédures de sécurité[22]. Le scandale ébranlera la société à tous point de vue: chute du nombre de connectés puisque ne pouvant bénéficier des fonctionnalité de base, retrait d'investisseurs[23] et perte de crédibilité vis à vis des parents[24].
  • Octobre 2012: Suite au dernier scandale et à la perte d'utilisateurs et de revenus que celui-ci a occasionné, Sulake est encore dans l'obligation de procéder à des licenciements[25],[26],[27].
  • Août 2012: Ouverture d'une version turque du jeu. Afin de permettre l'installation de la communauté, les joueurs étrangers ne peuvent accéder dans un premier temps à cette version.
  • Décembre 2012: Pocket Habbo, une version simplifiée du jeu et adaptée pour les mobiles, est disponible sur la plus part des magasins d'applications[28].
  • Mai 2013: Sulake lance une opération de grande envergure contre les rétro serveurs, des copies illégales du jeu, en poursuivant le développeur d'un émulateur utilisé par un grand nombre de copies. Le pirate aurait ainsi écoulé plus de 1 000 versions de son émulateur[29].
  • Septembre 2013: M6 rompt son partenariat avec le jeu[30].
  • Mai 2013: La société Sulake France est radiée 8 ans après sa création. L'entreprise ne dispose plus d'aucun locaux ni salariés en France mais la version francophone du jeu est toujours ouverte à cette date[31].
  • Mai 2014: Le jeu est désormais disponible sur iPad grâce à une application disponible pour l'ensemble des communautés[32].
Historique des logos[modifier | modifier le code]

Fonctionnalités principales[modifier | modifier le code]

Dans le jeu[modifier | modifier le code]

Hors du jeu[modifier | modifier le code]

Mode de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Micropaiement[modifier | modifier le code]

Publicité et partenariats publicitaires[modifier | modifier le code]

Animation de la communauté[modifier | modifier le code]

Sécurité et modération[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

L'accès au jeu est en théorie réservé aux personnes âgées de 13 ans ou plus au moment de l'inscription, les utilisateurs mineurs doivent disposer de l'autorisation de leurs parents pour s'inscrire. Il n'est pourtant effectué aucune vérification quant à l'âge des utilisateurs à leur inscription. Très rapidement, Sulake a fait de la sécurité de ses utilisateurs une priorité mais aussi un argument commercial. De nombreuses pages ont ainsi été mises en place pour expliquer aux parents des utilisateurs encore mineurs comment s'effectuait la modération au sein du jeu et quels pouvaient être les dangers auxquels ils pouvaient être confrontés[33].

Modération[modifier | modifier le code]

Au lancement du jeu, la modération était effectuée par des joueurs bénévoles, les "Hobbas". Reconnaissables par leur insignes, ils participaient à l'animation et à la modération du jeu qui était encore très confidentiel. Quelques-uns de ces bénévoles ont par la suite été salariés par Sulake pour permettre le développement du jeu[réf. nécessaire].

Selon la société, ce seraient près de 200 modérateurs qui seraient employés pour surveiller le jeu et exclure les utilisateurs ne respectant pas les conditions d'utilisation. Elle emploierait des méthodes strictes quant à la sélection de ces modérateurs « Les membres du personnel ont tous été soumis à une enquête de moralité. Ils justifient tous d'une expérience significative en matière d'animation de communautés Internet »[33]. Chaque jour ce sont près de 70 millions de messages qui sont écris par les utilisateurs, un volume tel qu'il ne permet pas aux modérateurs de vérifier les conversations envoyées dans leur globalité[34]. Sulake a donc mit en place un système de filtre qui remplace instantanément les expressions grossières, à caractère sexuel ou racistes par des astérisques. Les joueurs sont invités à rapporter tout contenu ne respectant pas la « Habbo Attitude » (ndlr, règles de la communauté) aux modérateurs qui effectuent alors un contrôle à postériori et prennent les mesures adéquates.

Le jeu étant originellement ouvert 7j/7 et 24h/24, répondre à la promesse d'un jeu continuellement modéré représente finalement l'un des coûts les plus importants que la société devait supporter. Les horaires d'ouverture du jeu seront ainsi revus en février 2013, les joueurs peuvent se connecter désormais entre 8h et 3h[35].

En 2012, une enquête menée par un ancien joueur révèle que les modérateurs surveillant le jeu ne sont pas des employés de l'entreprise Sulake. En 2007, la société avait ainsi procédé au licenciement de 8 modérateurs qu'elle employait sous son propre nom pour confier cette mission à une autre entreprise basée en France. L'enquête établit également des liens entre la société à laquelle Sulake a sous-traité la modération et une autre société située en Tunisie. Cette dernière profiterait des coûts salariaux faibles du pays pour proposer un service financièrement attractif[36].

Copies illégales du jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu ainsi que le site dans leur globalité sont soumis au droit d'auteur qui interdit théoriquement la reproduction sans le consentement du créateur d'une ou plusieurs parties du contenu. Il est fait une exception pour les sites relayant l'actualité de jeux, appelés "sites de fan", et qui peuvent utiliser et reproduire des images du jeu. Mais le jeu fait l'objet de nombreuses copies illégales appelées "rétro serveurs".

A l'inverse de la version originale, ces copies permettent généralement aux utilisateurs de disposer gratuitement de mobilier ou d'avoir accès à d'autres fonctionnalités. Si certains utilisateurs cherchent dans ces copies le moyen de pouvoir jouer gratuitement, d'autres y trouveront plus d'animations ou encore la possibilité de jouer à des jeux de rôle de façon plus poussée. Certaines copies n'ont pas suivi l'évolution du jeu et restent volontairement dans d'anciennes versions[37],[38]. Pour se distinguer des copies, Sulake met notamment en évidence le manque de sécurité et de modération au sein des copies et rappelle régulièrement leur caractère illégal[39].

Ces copies illégales constituent un manque à gagner important pour la société éditrice du jeu qui s'emploie régulièrement à faire fermer ces copies ou les sites permettant de créer de nouvelles copies. Reproduire le jeu constitue une infraction assimilable à de la contrefaçon et pouvant faire l'objet de poursuite judiciaires même si les utilisateurs de copies ne semblent pas pouvoir être inquiétés. En mai 2013, après une action judiciaire, Sulake a obtenu l'arrêt de la distribution d'un émulateur permettant de réaliser des copies du jeu. Le pirate aurait ainsi écoulé plus de 1000 licences de son émulateur[40].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Engagement social[modifier | modifier le code]

Dans la plus part des versions du jeu, des partenariats ont été noués avec des associations ou des organisations à but non-lucratif pour sensibiliser et dialoguer avec les jeunes sur des sujets qui les concernent. Les joueurs sont invités à se rendre dans un appartement décoré en forme de bus, appelé "infobus", dans lequel ils discutent par petit groupes autour d'un thème fixé à l'avance. La discussion est animée et encadrée par des professionnels de santé.

Dans sa version française, Sulake s'est associée dès 2007 avec l'organisme Fil Santé Jeunes[41] qui anime de manière bihebdomadaire des rencontres dans le jeu d'une durée d'une heure. En 2008, 3 267 jeunes auraient participé aux rencontres organisées au sein du jeu[42]. Entre 2012 et 2013, le partenariat avait été suspendu suite à la coupure des moyens de communication au sein du jeu et à la fermeture du bureau français[43].

Dans le reste du monde, les discussions sont animées par d'autres organisations comme l'UNICEF ou encore la Croix Rouge[44],[45].

Rencontres avec artistes et célébrités[modifier | modifier le code]

Le jeu accueille régulièrement des artistes et des célébrités dans ses locaux. Pendant généralement plus d'une heure, ces derniers peuvent échanger avec les utilisateurs dans un appartement créé spécialement pour l'occasion. La rencontre est filmée puis publiée sur les réseaux sociaux. Depuis la fermeture des bureaux français de Sulake, peu de rencontres ont été organisées[46].

Dans le cadre de son partenariat avec la chaîne de télévision M6, de nombreux candidats et animateurs ont été reçus sur le jeu. C'est notamment le cas avec les émissions X Factor[47] et Nouvelle Star[48].

En mai 2008, Habbo lance le "Habbo Music Festival". Il s'agit du premier festival de musique en ligne dont le but est de récompenser les nouveaux talents musicaux. Le jeu a ainsi reçu 9 artistes dont Zaho et Big Ali[49]. A l'été 2013, avec "Habbo Palooza", Sulake reprend le principe de festival musical en ligne et l'étend à l'ensemble des communautés[50].

Liste des artistes et célébrités sur Habbo[51] 
  • Comédiens
  • Chanteurs, musiciens ou artistes musicaux
  • Candidats ou présentateurs d'émissions M6
  • Autres

Controverses[modifier | modifier le code]

Selon l'association Common Sense Media[52] qui étudie les effets que les médias et la technologie ont sur les jeunes utilisateurs, le site Habbo est dominé par les propos orduriers et les salles de chat sexuel, lui donnant une étoile sur cinq et ne recommande pas sa fréquentation, quel que soit l'âge de l'enfant[53].

Phishing (harponnage)[modifier | modifier le code]

Les utilisateurs de Habbo sont régulièrement la cible de tentatives de phishing de la part d'autres utilisateurs mal intentionnés, permettant alors aux fraudeurs de transférer les biens virtuels des victimes sur leurs comptes. En novembre 2007, un adolescent hollandais a d'ailleurs été interpellé par la police qui lui reproche d'avoir volé 4 000 euros de meubles virtuels à de nombreuses victimes[54].

Achat de crédits[modifier | modifier le code]

La facilité pour les adolescents d'acheter des Crédits Habbo, la monnaie virtuelle du site, sans l'accord de leurs parents inquiète également de nombreux parents et associations. En 2009, parce qu'elle avait refusé de payer les «Crédits Habbo» facturés par Internet, la Maison des jeunes de Questembert (Morbihan) a vu sa connexion internet coupée. En effet, c'est grâce à cette facilité de paiement que deux enfants de cette maison ont dépensé en trois mois 600 euros pour acheter des Crédits, sans avoir reçu l'accord des responsables de l'association[55]. Afin de se protéger juridiquement de ces excès, le site diffuse des messages incitant à demander l'autorisation parentale, sous peine d'exclusion définitive du site.

Cybersexe et pédophilie, la modération du site remise en question[modifier | modifier le code]

Le 12 juin 2012, un reportage de la chaine anglaise Channel Four News dénonce des lacunes dans la modération des contenus à caractère sexuel des messages en ligne par Habbo[56]. Une journaliste s'étant faite passer pendant 2 mois pour une jeune fille de 11 ans sur le site anglophone de Habbo, a été témoin de discussions et d'interactions d'une nature sexuelle explicite, lui a aussi été demandé si elle avait une webcam et si elle acceptait d'aller discuter sur MSN ou Skype[57].

L'affaire a pris de l'ampleur quand il est apparu que deux personnes déjà reconnues coupables d'abus sexuels sur des d'enfants avec lesquels ils étaient amis sur Habbo continuaient à utiliser régulièrement l'hôtel[58]. L'une de ces personnes, Matthew Leonard, 21 ans, de Billericay en Essex, a été condamné à sept ans de prison après avoir reconnu avoir tenté de gagner la confiance de jeunes filles rencontrées sur Habbo avec l'intention d'avoir une relation sexuelle avec elles[59].

La conséquence en a été le retrait de la vente des cartes de crédits Habbo pour trois détaillants britanniques [60], ainsi qu'au départ des deux plus grands actionnaires de la société[59],[61]. Paul La Fontaine annonce officiellement l'arrêt temporaire de toutes formes de chat avec les produits de sa société [62],[63].

Ce n'est que le 26 juin 2012 que cette fonction est de nouveau disponible pour les déclinaisons finlandaise, brésilienne et espagnole du site. Le 29 juin, ce sont les hôtels français, allemand, italien et néerlandais qui peuvent désormais se servir à nouveau du chat[64].

Un questionnaire de sécurité visant à s'assurer des problématiques liées à l'utilisation des messageries instantanées est déployée et constitue une étape obligatoire pour tout utilisateurs désireux de chatter à nouveau. Un système de filtres par mots clés est aussi développé pour contrôler les propos avant leur publication [65]. Néanmoins, il est toujours impossible d'écrire sur les "post-its" (billets où l'on peut écrire qu'on colle sur les murs des apparts) et de faire des "évènements" (invitations à des jeux, troc, rencontres, etc. qui apparaissent dans la liste des apparts). Les forums et les mini-mails, messages instantanés et pages personnelles restent désactivés à ce moment. L'entreprise annonce par ailleurs choisir deux parents par hôtel afin de recueillir leurs avis vis-à-vis des évolutions futures du produit[66][réf. obsolète].

Le 19 juillet 2012 voit les fonctions post-its, invitations chat par console et messages "wired" être de nouveau possibles, d'autres restant indisponibles (pages personnelles, forums, minimails, évènements, écriture de liens dans la conversation). Depuis[Quand ?], les pages personnelles et forums ont été réactivés mais pas les mini-mails ni le fait de pouvoir écrire des liens externez dans la conversation.

Suite à ce scandale, Habbo a été classé 6e des plus gros scandales de l'année 2012[67] par la chaîne Channel 4.

Affaires consécutives[modifier | modifier le code]

Malgré la controverse, les forums sont remis en place, conduisant à un nouveau double scandale en mars 2013 au Brésil où ont été rapportés des cas de racisme très violents et en Allemagne où la pédophilie a été de nouveau soulevée.

Applications mobiles[modifier | modifier le code]

Applications associées[modifier | modifier le code]

En 2009, Sulake lance "Bobba Bar", sa première application mobile. Comme Habbo, il s'agissait d'un monde virtuel mais disponible uniquement depuis des plateformes mobiles et destinée à des utilisateurs plus âgés. L'application permettait à des joueurs du monde entier, âgés de plus de 17 ans, de se rencontrer et de discuter dans des lieux publics virtuels comme des bars ou des clubs[68],[69]. L'application est retirée du marché et n'est plus accessible depuis le 7 avril 2014[70].

Jeux mobiles liés au jeu[modifier | modifier le code]

En cohérence avec la stratégie suivie pour développer et promouvoir le jeu, Sulake a fait appel à plusieurs reprises à des sociétés tierces afin de développer des jeux aux univers plus ou moins éloignés de Habbo. Les applications développées permettent d'obtenir des gains récupérables sur Habbo. L'entreprise souhaite ainsi faire le lien entre les plateformes mobiles et les plateformes traditionnelles[71].

En 2011 est ainsi lancé l'application "Lost Monkey" dans laquelle les joueurs peuvent incarner un singe et participer à plusieurs mini-jeux. Au fur et à mesure, les utilisateurs peuvent débloquer du mobilier et obtenir un singe à l'issue du jeu. Le jeu pouvait être téléchargé gratuitement sur l'Apple Store puis le Google Play Store mais il disposait d'achats in-app pour progresser plus rapidement[72].

En 2012, Sulake lance une nouvelle application "Niko" disponible également gratuitement mais comportant des achats in-app qui permettaient de débloquer de nouveaux mondes. D'abord disponible sur l'Apple Store, ce jeu de plateforme a ensuite été disponible sur le Google Play Store. Les joueurs pouvaient remporter du mobilier ainsi que des badges (insignes) pour le jeu Habbo[73].

À compter du 23 juin 2014, les applications "Lost Monkey" et "Niko" ne sont plus disponibles sur les magasins d'application ; il sera également impossible de les connecter à Habbo. Sulake n'assure désormais plus le support de ces applications. Les applications peinaient à se faire une place parmi celles déjà existantes[74].

Applications permettant d'accéder au jeu[modifier | modifier le code]

Changeant l'axe de sa stratégie mobile, Sulake souhaite désormais se concentrer uniquement sur son jeu Habbo et créer des applications mobiles permettant d'y accéder. En effet, l'utilisation de la technologie Flash pour accéder au jeu pose un problème de compatibilité avec la plus part des plateforme mobile disponibles sur le marché. Créer une application distincte mise à disposition sur un magasin d'application est ainsi le moyen pour les utilisateurs de jouer depuis la plus part des plateformes mobiles (smartphone, tablette, etc).

En décembre 2012, Sulake lance Pocket Habbo, une version simplifiée du jeu qui ne permet pas de profiter de toutes les fonctionnalité du jeu. Les joueurs ne peuvent, par exemple, avoir accès aux appartements ou discuter directement avec les autres utilisateurs, seules quelques fonctions basiques sont utilisables[75].

Depuis mai 2014, les utilisateurs d'iPad peuvent télécharger une application mobile spécifique permettant un accès complet et adapté pour écran tactile au jeu. Des achats in-app permettent d'effectuer des achats sur le jeu[76].


Habbo dans le monde[modifier | modifier le code]

Anciennes communautés[modifier | modifier le code]

Pays URL Date d'ouverture Date de fermeture
Drapeau de l'Australie Australie http://habbo.com.au novembre 2004 2 juin 2010
Drapeau du Canada Canada http://habbo.com.ca juin 2004 5 mai 2010
Drapeau de la République populaire de Chine Chine http://habbo.cn juillet 2006 24 août 2007
Drapeau du Japon Japon http://habbo.jp février 2003 16 avril 2009
Drapeau du Royaume-Uni UK
Drapeau de l'Irlande Ireland
http://habbo.co.uk
Drapeau de Singapour Singapour http://habbo.com.sg décembre 2004 4 juin 2010

Communautés actuelles[modifier | modifier le code]

Langue Pays associés URL principal URL redirigeant vers l'URL principal
Allemand Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Suisse Suisse (depuis la fusion des hôtels germanophones)
http://habbo.de http://habbo.ch
Anglais Drapeau des États-Unis USA
Drapeau du Royaume-Uni UK (depuis la fusion des hôtels anglophones)
Drapeau de l'Irlande Ireland(depuis la fusion des hôtels anglophones)
Drapeau de l'Australie Australie(depuis la fusion des hôtels anglophones)
Drapeau du Canada Canada(depuis la fusion des hôtels anglophones)
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande(depuis la fusion des hôtels anglophones)
Drapeau de Singapour Singapour(depuis la fusion des hôtels anglophones)
http://habbo.com http://habbo.co.uk
http://habbo.com.au
http://habbo.com.ca
http://habbo.com.nz
http://habbo.com.sg
Danois Drapeau du Danemark Danemark http://habbo.dk
Espagnol Drapeau de l'Espagne Espagne
Pays d'Amérique latine
http://habbo.es
Finnois Drapeau de la Finlande Finlande http://habbo.fi
Français Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau du Canada Canada
http://habbo.fr
Italien Drapeau de l'Italie Italie http://habbo.it
Portugais Drapeau du Portugal Portugal
Drapeau du Brésil Brésil
http://habbo.com.br http://habbo.pt
Néerlandais Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Belgique
http://habbo.nl http://habbo.be
Norvégien Drapeau de la Norvège Norvège http://habbo.no
Suédois Drapeau de la Suède Suède http://habbo.se
Turc Drapeau de la Turquie Turquie http://habbo.com.tr

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elisa est une entreprise de télécommunications finlandaise. Alors qu'elle est une des premières à croire au potentiel d'un monde virtuel en ligne, l'entreprise a finalement cédé ses participations dans la société[Quand ?][Combien ?]. En 2013, alors que Sulake se trouve en difficultés financières, Elisa redevient le principal actionnaire de la société.


  1. (en) Habbo Hotel - Where else? sur Site de l'entreprise Sulake. Consulté le 14 juin 2014.
  2. (en) Should you let your child play in Habbo Hotel? sur Channel 4. Mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 14 juin 2014.
  3. a, b, c, d et e (en)Hotel History sur Habborator. Consulté le 14 juin 2014.
  4. a, b, c et d (en)History sur Sulake. Consulté le 14 juin 2014.
  5. a et b (en)Sulake, the company sur Habborator. Consulté le 14 juin 2014.
  6. (en) Why start your own business? (archive) sur startups.co.uk. Mis en ligne le 15 juin 2014.
  7. A l'occasion du 6ème anniversaire Habbo sur Habbo France. Mis en ligne le 29 novembre 2010, consulté le 15 juin 2014.
  8. Page perso de Whatwasit sur Habbo France. Mis en ligne le 17 septembre 2003, consulté le 15 juin 2014.
  9. Qui va devenir Habbo testeur ? sur Habbo France. Mis en ligne le 1erjuin 2009, consulté le 15 juin 2014.
  10. Le nouveau Habbo est là!!! sur Habbo France. Mis en ligne le 4 novembre 2009, consulté le 15 juin 2014.
  11. (en) Habbo Hotel and Facebook are now connected sur Sulake. Mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 16 juin 2014.
  12. (en) Connecting Habbo Hotel to your social circle sur Sulake. Mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 16 juin 2014.
  13. (en) Habbo.com + Habbo.ca Unite sur Habbo.com. Mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 16 juin 2014. Version archivée de l'article supprimé.
  14. (en) Attention Habbos sur Habbo.com. Mis en ligne le 22 janvier 2010, consulté le 16 juin 2014. Version archivée de l'article supprimé.
  15. (en) Ending the Merge: Habbo Accounts sur Habbo.com Customer Support. Consulté le 16 juin 2014.
  16. (fi) Suomalainen Sulake vetäytyy maailmalta, irtisanoo tuntuvasti sur Dome.fi. Mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 18 juin 2014.
  17. (en) Dome.fi: Sulake To Lay Off 25% Of Workforce, Shuts All Country Offices sur ArcticStartup.com. Mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 18 juin 2014.
  18. (en) Sulake's CEO: Our Changes Are Strategy Driven, Games Will Be A Big Part Of Our Future sur ArcticStartup.com. Mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 18 juin 2014.
  19. (en) Sulake has a problem sur Ramine.net. Mis en ligne le 31 mars 2009, consulté le 18 juin 2014. Daté de 2009, cet archive d'article permet de mettre en évidence les coûts salariaux que l'entreprise supportait.
  20. (pt) Uma história feliz sur Habbo Brésil/Portugal. Mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 15 juin 2014.
  21. (en) Striptease and cyber sex: my stay at Habbo Hotel sur Channel 4. Mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 18 juin 2014.
  22. (en) Habbo Hotel chats silenced over sex allegations sur Telegraph. Mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 18 juin 2014.
  23. (en) Habbo investor pulls out after 'explicit' sex allegations sur BBC. Mis en ligne le 12 juin 2012, consulté le 18 juin 2014.
  24. (en) Reintroduction of Chat into Selected Markets and an Invitation to Parents to Contribute to Online Culture Change sur Sulake. Mis en ligne le 26 juin 2012, consulté le 18 juin 2014.
  25. (en) Habbo Hotel parent company to axe 60 jobs sur GamesIndustry. Mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 18 juin 2014.
  26. (en) Habbo Hotel revenue at 75 per cent of pre-scandal levels sur GamesIndustry. Mis en ligne le 10 août 2012, consulté le 18 juin 2014.
  27. (en) Habbo plans post-scandal reinvention, but that means cutting jobs sur Gigaom. Mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 18 juin 2014.
  28. (en) Pocket Habbo is Coming on December 19th! sur Blog Habbo. Mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 18 juin 2014.
  29. (en) Sulake shuts down a pirate Habbo software distributor sur Sulake. Mis en ligne le 13 mai 2013, consulté le 18 juin 2014.
  30. M6 annonce la fin du partenariat avec Habbo.fr sur Mangetoica. Mis en ligne le 5 septembre 2013, consulté le 18 juin 2014.
  31. Sulake France sur Societes.com. Consulté le 18 juin 2014.
  32. Habbo pour iPad : Maintenant dans ton App Store ! sur Habbo France. Mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 18 juin 2014.
  33. a et b Le Guide des Parents sur Centre d'aide Habbo. Consulté le 4 juillet 2014.
  34. (en) Habbo Hotel opens separate site to seek users' views sur BBC. Mis en ligne le 20 juin 2012, consulté le 4 juillet 2014.
  35. Habbo.fr fermera désormais de 03h à 08h du matin ! sur Mangetoiça. Mis en ligne le 11 février 2013, consulté le 4 juillet 2014.
  36. Habbo : la vérité sur les SOS sur Mangetoiça. Consulté le 4 juillet 2014.
  37. Immersion dans l’univers des rétros : plongée au coeur de l’illégalité sur Mangetoiça. Mis en ligne le 18 janvier 2014, consulté le 5 juillet 2014.
  38. Habbo et les rétro serveurs : l'enquête ! sur Vioupic. Mis en ligne le 17 février 2014, consulté le 5 juillet 2014.
  39. (en) Let’s Talk About Retros sur Habbo Blog. Mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 5 juillet 2014.
  40. (en) Sulake shuts down a pirate Habbo software distributor sur Sulake. Mis en ligne le 13 mai 2013, consulté le 5 juillet 2014.
  41. Besoin de parler? Fil Santé Jeunes est là pour t'écouter :) sur Habbo France. Mis en ligne le 21 juin 2010, consulté le 16 juillet 2014.
  42. Le rôle des espaces d'expression internet proposés par Fil Santé Jeunes dans la prévention sur cairn.info. Consulté le 16 juillet 2014. Publié dans Santé Publique 2009/hs2 (vol. 21) par Delphine Hervier.
  43. L'Infobus est de retour ! sur Habbsilver. Mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 16 juillet 2014.
  44. (en) Corporate social responsibility sur Sulake. Consulté le 16 juillet 2014.
  45. (it) Habbo - L'UNICEF in azione sur UNICEF Italie. Mis en ligne le 6 février 2012, consulté le 16 juillet 2014.
  46. VIP Music Room, Fournisseur officiel de Chats !. Mis en ligne le 29 novembre 2007, consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:Habbo France|Habbo France]] liste des éditions de cette œuvre
  47. X Factor, c'est aussi sur Habbo !". Consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:M6|M6]] liste des éditions de cette œuvre
  48. (en) Spring full of Nouvelle Star in Habbo FR. Mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:Sulake|Sulake]] liste des éditions de cette œuvre
  49. Habbo Music Festival : le premier festival virtuel de musique. Mis en ligne le 12 mai 2008, consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:Jeuxvideo.com|Jeuxvideo.com]] liste des éditions de cette œuvre
  50. (en) HABBO launches HABBOPALOOZA. Mis en ligne le 5 juillet 2013, consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:Sulake|Sulake]] liste des éditions de cette œuvre
  51. Articles dont la catégorie est "Visite de célébrités". Consulté le 7 juillet 2014. Extrait de [[Référence:Habbo France|Habbo France]] liste des éditions de cette œuvre
  52. (en)http://en.wikipedia.org/wiki/Common_Sense_Media
  53. (en)http://www.commonsensemedia.org/website-reviews/habbo
  54. http://lci.tf1.fr/high-tech/2007-11/arrete-pour-vol-meubles-virtuels-4891401.html
  55. http://www.letelegramme.com/ig/loisirs/multimedia/jeux-internet-attention-aux-pieges-03-01-2010-722741.php
  56. (en)http://www.channel4.com/news/striptease-and-cyber-sex-my-stay-at-habbo-hotel
  57. Le Monde du 13 juin 2012
  58. http://www.europe1.fr/International/Trop-de-sexe-sur-Habbo-1127445/
  59. a et b (en) « Habbo investor pulls out after 'explicit' sex allegations », sur BBC News,‎ 12 juin 2012 (consulté le 27 avril 2014)
  60. (en)http://www.marketingweek.co.uk/news/tesco-wh-smith-pull-habbo-backing-over-pornography-reports/4002156.article
  61. (en)Second Habbo Hotel investor 3i checks out, BBC News, 14 juin 2012
  62. (en)http://blog.habbo.com/2012/06/13/a-message-to-the-habbo-community-from-the-ceo/
  63. https://help.habbo.fr/entries/21564947-mise-en-silence-generale-du-site
  64. (en)Chat réactivé dans 4 hôtels
  65. Liste blanche
  66. http://parentsummit.habbo.com/ "Parents Advisory Summit"
  67. http://www.channel4.com/news/top-uk-business-stories-2012-scandals-and-highlights
  68. (en) Sulake Is Going For The Adult Market With Bobba Bar. Beer Anyone? sur ArcticStartup. Mis en ligne le 9 novembre 2009, consulté le 19 juin 2014.
  69. Bobba Bar : un réseau social à boire sur Blog LeFigaro. Mis en ligne le 13 novembre 2009, consulté le 19 juin 2014.
  70. Bobba Bar : un réseau social à boire sur Mangetoica. Mis en ligne le 10 mars 2014, consulté le 19 juin 2014.
  71. (en) Sulake CEO discusses Niko, Habbo Hotel and the drive to move audiences across platforms sur VentureBeat. Mis en ligne le 19 janvier 2012, consulté le 19 juin 2014.
  72. (en) Sulake’s Habbo Hotel appearing on iOS with Lost Monkey sur Technology Tell. Mis en ligne le 4 octobre 2011, consulté le 19 juin 2014.
  73. Sulake, le créateur d'HABBO, creuse son sillon sur le mobile en lançant NIKO sur Agence Française pour le Jeu Vidéo. Mis en ligne le 23 janvier 2012, consulté le 19 juin 2014.
  74. (en) ‘Lost Monkey’ & ‘Niko’ say goodbye sur Habbo.com. Mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 19 juin 2014.
  75. (en) Pocket Habbo is Coming on December 19th! sur Blog Habbo. Mis en ligne le 17 décembre 2012, consulté le 19 juin 2014.
  76. Habbo Hotel disponible sur iPad sur Pocket Gamer. Mis en ligne le 30 mai 2014, consulté le 19 juin 2014.


Lien externe[modifier | modifier le code]