Virus T-lymphotropique humain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis HTLV-1)
Aller à : navigation, rechercher

Virus T-lymphotropique
humain (HTLV)

Description de cette image, également commentée ci-après

Virus HTLV-1 & HIV-1

Classification
Type Virus
Groupe Groupe VI
Famille Retroviridae
Sous-famille Orthoretrovirinae
Genre Deltaretrovirus

Espèce

'Virus T-lymphotropique humain :

  • type 1 (HTLV-1)
  • type 2 (HTLV-2)
  • type 3 (HTLV-3)

— non-classé — :

Le virus T-lymphotropique humain (HTLV, de l'anglais Human T-lymphotropic virus) est le premier rétrovirus infectant l'Homme à avoir été isolé. Depuis deux autres types ont été découverts : le HTLV-2 et HTLV-3. Il n'a pas été établi que des maladies sont induites par ces deux derniers virus, mais le HTLV-1 est la cause de divers cancers comme des leucémies et des lymphomes.

En 2006 le nombre de personnes dans le monde infectées par le HTLV-1 et HTLV-2 est estimé à 20 millions[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au Japon en 1977 que les conséquences du HTLV ont été observées pour la première fois, mais il faudra attendre 1980 pour que l'équipe de Robert Gallo mené par Bernard J. Poiesz isole le virus[2].

En 1982 un second type de HTLV est découvert chez des patients ayant une variante de la leucémie induite par le HTLV-1, il n'y a pas de preuve claire que le HTLV-2 soit responsable de cette maladie[3].

Des facteurs environnementaux ou impliquant des différences de taux de population venant de régions plus à risque pourraient peut-être jouer un rôle épidémiologique ; Une étude a montré que nombre de cas de HTLV-I trouvé chez les donneurs de sang de l'ouest des Midlands était plus bas que dans le South Thames (pour la période étudiée, 1988 et 1999) [4]

Classification[modifier | modifier le code]

Le HTLV est du genre deltaretrovirus et comprend trois types classés (HTLV-1, HTLV-2 et HTLV-3) et un non classé (HTLV-4). Les trois premiers types de HTLV ont des équivalents simiens, qui est le virus T-lymphotropique simien (STLV de l'anglais Simian T-lymphotropic virus) et sont tous classés dans l'espèce des virus T-lymphotropique des primates (PTLV de l'anglais Primate T-lymphotropic virus) [5].

Les STLV sont les ancêtres des HTLV et sont passés du singe à l'Homme tout comme le virus de l'immunodéficience simienne (VIS) avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) [6].

HTLV-1[modifier | modifier le code]

Le HTLV-1 est endémique dans plusieurs régions du monde, principalement sur la côte Atlantique du nord de l'Amérique du Sud, dans les Caraïbes, en Afrique centrale et de l'Est, ainsi qu'au Japon. Il existe trois sous-types de HTLV-1, de A à C, le sous-type A est le plus répandu[7].

En 2006 et 2007, selon les sources de dix à vingt millions de personnes étaient infectés par ce virus et 5 % de ces personnes ont des risques de développer une des maladies induites par le HTLV-1 [8],[9]. Après une longue période asymptomatique (sans conséquence sur l'organisme), environ la moitié de ces 5 % développe une leucémie à cellules T de l'adulte (ATL) qui se révèle rapidement mortelle, alors que les autres sont atteints de diverses maladies inflammatoires [9].

Le HTLV-1 est très proche d'un rétrovirus infectant les bovins, le virus de la leucémie bovine (BLV), c'est pourquoi ce dernier est utilisé comme modèle de recherche in vivo [9].

HTLV-2[modifier | modifier le code]

Ce virus est présent chez certains toxicomanes aux États-Unis et en Europe, mais aussi de manière endémique chez les Amérindiens et certains Pygmées. Aucune maladie n'est clairement associée à ce virus qui est généralement sans effet chez l'homme.

HTLV-3[modifier | modifier le code]

Ces virus a été découvert en 2005 et on sait pour l'instant très peu de chose sur lui[6], [10].

Le HTLV-3 n'est pas à confondre avec le VIH-1, qui durant les années 1980 a été confondu avec le HTLV dont certains chercheurs pensaient qu'il était un nouveau type[11]. Le VIH-2 a également fait l'objet d'une telle confusion, où il a durant la même période été nommé par certains comme le HTLV-4 [12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Booth Wainscoat, Christopher Salas et Josiah D. Rich, « Human T-Cell Lymphotrophic Viruses - Introduction - Background », eMedicine,‎ 13 juillet 2006 (consulté en 13 mai 2008)
  2. (en) John M. Coffin, Stephen H. Hughes, Harold E. Varmus, « Retroviruses - Historical Introduction to the General Properties of Retroviruses », National Center for Biotechnology Information,‎ 1997 (consulté en 4 décembre 2007)
  3. (fr) Kalyanaraman VS, Sarngadharan MG, Robert-Guroff M, Miyoshi I, Golde D et Gallo RC., « A new subtype of human T-cell leukemia virus (HTLV-II) associated with a T-cell variant of hairy cell leukemia »,‎ 5 novembre 1982 (consulté en 6 décembre 2007)
  4. John Kurtz, Neil Smith, Steve Harbour[HTLV-I is lower in blood donors in West Midlands than South Thames] ; BMJ 2000;321:380, doi:10.1136/bmj.321.7257.380 (En ligne)
  5. (fr) « Deltaretrovirus », National Center for Biotechnology Information (consulté en 5 décembre 2007)
  6. a et b (fr) « Le cinquième rétrovirus humain découvert à l'Institut Pasteur », Institut Pasteur,‎ 12 mai 2005 (consulté en 4 décembre 2007)
  7. (fr) « HTLV-1 and HTLV-2 distribution », National Center for Biotechnology Information (consulté en 5 décembre 2007)
  8. (fr) « HTLV-I », Institut Pasteur,‎ mars 2006 (consulté en 4 décembre 2007)
  9. a, b et c (fr) Nicolas Gillet, Richard Kettmann et Luc Willems, « Homologies entre les deux rétrovirus BLV et HTLV-1 et développement dʼune nouvelle approche thérapeutique basée sur la levée de la latence virale », Biotechnology, Agronomy, Society and Environment,‎ 18 avril 2007 (consulté en 15 mai 2008), p. 152 (page 2 du PDF)
  10. (fr) Sara Calattini, Sébastien Alain Chevalier, Renan Duprez, Sylviane Bassot, Alain Froment, Renaud Mahieux et Antoine Gessain, « Discovery of a new human T-cell lymphotropic virus (HTLV-3) in Central Africa », Retrovirology,‎ 9 mai 2005 (consulté en 5 décembre 2007)
  11. (en) « HIV », sur Medical Subject Headings, National Library of Medicine,‎ 2007 (consulté en 13 mai 2008)
  12. (en) « HIV-2 », sur Medical Subject Headings, National Library of Medicine,‎ 2007 (consulté en 13 mai 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :