HN-5 (missile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hong Nu 5 (HN-5)
(caractéristiques version HN-5A)
Image illustrative de l'article HN-5 (missile)
Un système SA-7, le missile soviétique ayant servi de base au HN-5.
Présentation
Fonction missile sol-air portable à très courte portée
Constructeur Drapeau de la République populaire de Chine Entreprises d'état chinoises
Déploiement Depuis fin 1970
(à l'heure actuelle : réserve opérationnelle)
Caractéristiques
Moteur Moteur fusée à combustible solide (poudre)
à deux étages
Masse au lancement système complet : 16,5 kg
missile seul : 10,2 kg
Longueur 1,46 m
Diamètre 72 mm
Vitesse 500 m/s
Portée mini : 800 m
maxi : 4,4 km
Altitude de croisière de 50 à 2 500 m
Charge 0,5 kg
Guidage infrarouge passif
Détonation impact
Plateforme de lancement fantassin, trépied, véhicule, hélicoptère, navire

Le HN-5 (chinois : Hong Nu 5, « dame rouge ») est une famille de missiles sol-air portatifs très courte portée de première génération, basé sur une technologie soviétique. La traduction littérale de Hong Nu est « dame rouge », mais l'abréviation « HN » est utilisée pour éviter la confusion avec « HY » (« Hai Ying », aigle de mer), le nom d'une série de missiles anti-navires, issue de la famille de missiles « Silkworm »

Au-niveau de l'armée chinoise, la série HN-5 a été écartée des unités de première ligne et de la réserve par la série de missiles portatifs[1] « QW », mais ces missiles sont encore utilisés par des unités de la milice.

Caractéristiques et versions[modifier | modifier le code]

HN-5[modifier | modifier le code]

Le HN-5 est une copie de rétro-ingénierie du 9K32 Strela-2 (SA-7a) soviétique.

En réponse à un besoin urgent de missiles anti-aériens portatifs au-cours de la guerre du Viêt Nam, les nord-vietnamiens fournissent à la Chine un exemplaire original du Strela-2 et lui demande de produire en masse des copies pour les fournir à leurs troupes. Toutefois, en raison de la crise politique en Chine, à savoir la Révolution culturelle, le processus de rétro-ingénierie sera assez lent, et au moment où la première petite série de production sera envoyée au Viêt Nam pour évaluation, les résultats seront très mauvais. En effet, les américains auront déjà, à ce moment-là, intégré l'emploi massif de contre-mesures électroniques visant à contrer le HN-5 et son original soviétique, le Strela-2.

Les caractéristiques de taille, de poids et de performances du HN-5 sont très proches de celles du SA-7a soviétique.

HN-5A[modifier | modifier le code]

En raison des résultats insuffisants du HN-5 original, la Chine entreprend immédiatement d'améliorer le missile.

Une fois encore, le Nord-Viêt Nam fournit un exemplaire original d'un missile soviétique, cette fois-ci étant un Strela-« 2M » (SA-7b). Malheureusement, quand les Chinois auront finalement achevé son amélioration, il sera déjà trop tard pour le voir en action, parce que la guerre du Viêt Nam sera terminée et les relations entre les deux pays se seront dégradées.

HN-5B[modifier | modifier le code]

Développé par la Chine sur la base du SA-14 Gremlin soviétique.

Même s'il entre en service dans l'armée chinoise au milieu des années '80, il ne sera révélé officiellement au public qu'à-partir de 1990[2]. D'après des sources médiatiques chinoises et d'autres sources extérieures, la Chine aurait obtenu des exemplaires du missile « source » via le Zaïre, lorsque l'UNITA avait capturé et saisi des missiles Strela-3 des stocks des forces gouvernementales angolaises. Cela n'est pas sans rappeler la façon dont a été obtenue la première version du HN-5, avec les vietnamiens, et ce sera encore cette façon d'opérer qui permettra aux chinois d'obtenir une réplique assez fidèle du missile soviétique Igla-1, un peu plus tard.

Le HN-5B entrera en service dans l'armée pakistanaise en janvier 1990.

Versions dérivées[modifier | modifier le code]

Le Pakistan a produit un missile, le Anza Mk I. Il a été employé au combat à quelques reprises.

HN-5C[modifier | modifier le code]

Le HN-5C est une version du HN-5B montée sur véhicule, qui entre en production pour la première fois en 1986, alors qu'il ne sera révélé au public chinois qu'à-partir du début des années '90.

Un total de huit missiles sont emportés (deux grappes de quatre) sur un véhicule de type 4x4, associés à un système de contrôle de tir électro-optique. La taille du véhicule détermine si des recharges peuvent être utilisées. Même si les missiles de la version montée sur véhicule pourraient être utilisés dans un MANPADS (MAN Portable Air Defense System - système de défense aérienne portatif), ils ne peuvent pas être employés tels-quels sur le terrain, cette utilisation nécessitant préalablement un rétrofit du système.

HQ-5C[modifier | modifier le code]

« HQ » provient de Hong Qi, « drapeau rouge » en chinois, la désignation commune à tous les missiles Sol-Air chinois.

Ce missile a été spécifiquement développé dans les années '80 pour le marché d'export. Il est une version « occidentalisée » du HN-5B, adoptant des standards occidentaux pour sa conception. La raison était que, malgré son faible prix, quand le missile HN-5 de genre soviétique avait été exporté vers des pays du tiers-monde principalement équipés d'armes occidentales, beaucoup de problèmes de compatibilité avaient vu le jour. Ajoutés aux problèmes logistiques, ils avaient fortement influencé le prix de revient du missile.

Pour éliminer ces problèmes, le HN-5C est rendu compatible avec les standards occidentaux. L'armée des Philippines aurait été l'un des deux clients à l'achat du HQ-5C, la Thaïlande étant supposée être l'autre.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : écarté des unités de première ligne et de la réserve par la série de missiles portatifs « QW », mais ces missiles sont encore utilisés par des unités de la milice.
  • Drapeau de l'Équateur Équateur[3]
  • Drapeau de la République socialiste du Viêt Nam Viêt Nam : versions HN-5 et HN-5A uniquement, retirés du service.
  • Drapeau du Cambodge Cambodge
  • Drapeau de l'Albanie Albanie
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande : supposé acheteur de la version HQ-5C.
  • Drapeau des Philippines Philippines : version HQ-5C.
  • Drapeau du Pakistan Pakistan : version HN-5B, puis création d'une copie locale, l'Anza Mk.I.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Attention! On ne parle de missiles « portatifs » que s'ils sont utilisables avec la seule force d'un homme. Les missiles dits « portables » sont transportables par un (ou plusieurs) hommes, mais leur emploi nécessite de les fixer sur un support pour être opérationnels, car ils sont trop lourds pour être employés à l'épaule. ex. : Le Stinger américain est portatif, le missile antichar Milan est portable.
  2. (en) (HN-5) shoulder-fired air defence missile.
  3. (en) http://china-defense.blogspot.com/2009/12/next-stop-ecuador.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]