HMS Thetis (N25)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir HMS Thetis.

38° 15′ 00″ N 13° 15′ 00″ E / 38.25, 13.25 ()

HMS Thetis (N25)
Image illustrative de l'article HMS Thetis (N25)
Le Thetis, rebaptisé Thunderbolt en 1940

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Commandé 21 décembre 1936
Lancement 1er juin 1939
Caractéristiques techniques
Type sous-marin
Longueur 81 mètres
Maître-bau 8.08 mètres
Tirant d'eau 3,89 m vers l'avant

4,45 m à l'arrière

Propulsion 2 x moteurs diesels

2 x moteurs électriques

Puissance 3 700 Watts
Vitesse 28,24 km/h en surface

17 km/h en plongée

Profondeur 91 mètres
Autres caractéristiques
Équipage 109 hommes
Chantier naval Cammell Laird
Indicatif N25
Coordonnées 38° 15′ 00″ N 13° 15′ 00″ E / 38.25, 13.25 ()38° 15′ 00″ Nord 13° 15′ 00″ Est / 38.25, 13.25 ()  

Le HMS Thetis était un sous-marin de classe T de la Royal Navy. Construit dans les chantiers navals Cammell Laird à Birkenhead, il était long de 81 mètres, armé de dix tubes lance-torpilles de 21 pouces (533 mm) et d'un canon de pont de 4 pouces (101 mm) sur l'avant-pont.

Le submersible s'était préparé pour la plongée le 1er juin 1939, à 9 heures du matin le lendemain, le Thetis s'immobilise par quarante mètres de profondeur dans la baie de Liverpool.

Histoire[modifier | modifier le code]

Par temps clair et ensoleillé, vers 9 heures 45 minutes, le Thetis glisse du bassin et descend la Mersey, suivi par le remorqueur d'escorte Grebecock chargé de porter secours au sous-marin en cas de danger. Le commandant Guy Bolus annonce la plongée, donne l'ordre de noyer les ballasts principaux et auxiliaires, très lentement par prudence. Le commandant demande à l'officier-torpilleur Frederick Greville Woods de vérifier les tubes lance-torpilles, les tubes 5 et 6 doivent normalement être pleins, mais le tube numéro 5 était rempli d'eau et son chapeau de proue grand ouvert, alors que la jauge indiquait « vide », car elle était obstruée par une parcelle de poussière. L'officier-torpilleur Woods pour s’en assurer, inspecte et ouvre les portes arrière des quatre premiers tubes, examine à l'aide d'une lampe électrique l'intérieur, puis arrivé à la porte du tube numéro 5, il tire le levier, et soudain celle-ci s'ouvre brutalement en laissant s’engouffrer violemment l'eau de mer. L'accident venait de se produire...

L'accident[modifier | modifier le code]

L'officier-torpilleur Woods tente de refermer la porte, mais la pression était trop forte, le marin Hambrook tente d'aider l'officier, sans succès, le capitaine Oram voit le baromètre anéroïde monter de deux pouces, ce qui lui fait comprendre qu'un accident vient de se produire. Le commandant Guy Bolus essaie immédiatement de souffler les ballasts principaux, soudain le sous-marin pique et plonge vers le fond, dans une dernière tentative le commandant libère une bouée de repérage et un engin de signalisation fumigène. La bouée rouge flotte à la surface avec inscrit dessus « Wreck » (navire naufragé), le Thetis heurte violemment le fond, les lumières s'éteignent, les chambres avant des torpilles se remplissent rapidement d'eau.

Au secours[modifier | modifier le code]

L'officier-torpilleur Frederick Greville Woods et les marins ont juste le temps de se réfugier dans la cale d'emmagasinage, mais sous la pression celle-ci cède et les hommes doivent s'échapper du second et s'abriter dans le troisième sas où se trouve le lieutenant Jamieson, la porte résiste... Le commandant arrive en compagnie du capitaine Oram, ainsi que quelques experts militaires, et leur explique que la porte numéro 5 devait être ouverte, et que le sous-marin ne tarderait pas à refaire surface.

Solutions du Thetis[modifier | modifier le code]

Deux méthodes de renflouement sont possibles :

  • soit chasser l'eau des compartiments inondés en injectant de l'air sous pression : la moitié de la réserve avait été utilisée pour souffler les ballasts principaux ;
  • soit chasser l'eau à l'aide d'une pompe : pour cela, il faut fermer la porte du tube lance-torpille n°5 et ouvrir deux vannes à l'intérieur du second compartiment envahi par l'eau.

Le capitaine opte pour la deuxième solution, et déjà un premier volontaire, le lieutenant Chapman se présente. Muni d'un masque et de l'appareil respiratoire, le lieutenant se glisse dans le sas, mais sous la pression de l'eau, il fait signe qu'il était sur le point de perdre connaissance, donc il faudra cesser la manœuvre. Deux autres tentatives étaient faites avec deux hommes à la fois, mais toujours sans succès. Le capitaine décide d'arrêter les manœuvres dangereuses pour l'équipage, et d'autres plans de sauvetage étaient élaborés avec les spécialistes à bord.

Solutions de la Navy[modifier | modifier le code]

À la surface le Grebecock ne voyant pas le submersible réapparaître, lance un message d'alarme à la base de Portsmouth, et n'ayant ni vu la balise, ni le signal de détresse du Thetis, il se lance à sa recherche. Le commandant en chef de la base de Plymouth donne au capitaine Hart, chef des services de sauvetage de la zone de Liverpool, l'ordre d'embarquer à bord du navire de sauvetage le Vigilant, qui avait déjà renfloué plus de cent navires. Le Brazen s'approche du Grebecock tous feux allumés pour repérer le sous-marin, et seulement à l'aube, la poupe de celui-ci apparaît à la surface. Les naufragés étaient à l'intérieur depuis plus de quinze heures et désespéré, Osram se propose d'essayer de sortir avec les plans du sous-marin, accompagné du lieutenant Woods, pour doubler les chances. C'est un succès...

Les rescapés[modifier | modifier le code]

Les hommes enfermés dans le Thetis menaient une bataille de survie contre le temps, les lampes portatives s'épuisaient, l'air vicié était devenu irrespirable. Le lieutenant Chapman ordonne à quatre hommes de pénétrer dans la chambre de sauvetage, de s'équiper de masques respiratoires, et de tenter de s'échapper, mais sous la pression de l'eau et de l'oxygène respirée, trois d'entre eux perdent connaissance et à l'extérieur avec deux ouvriers volontaires Stocker Arnold et Shaw, après moult péripéties, ils réussissent à les extraire vivants.

Dernière tentative[modifier | modifier le code]

La sixième flottille de destroyers commandée par le capitaine Nicholson décide de passer un câble d'acier sous le sous-marin et de le hisser pour brancher un tuyau d'air comprimé, une fois la manœuvre réalisée, les treuils se mettent en action mais malheureusement le câble de 9 cm de diamètre se rompt. Une deuxième tentative donnera le même résultat et le samedi à midi l'amirauté britannique communique la liste des hommes se trouvant à bord... tout espoir était terminé pour les familles des victimes.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après avoir été renfloué, le Thetis est réparé, et rebaptisé HMS Thunderbolt. Il est remis en service pendant la Seconde Guerre mondiale de 1940 à 1943. Il est coulé le 14 mars 1943 au large de la Sicile par la corvette italienne Cicogna.

Bibliographie[modifier | modifier le code]