HMS Indefatigable (1909)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir HMS Indefatigable.
HMS Indefatigable
Image illustrative de l'article HMS Indefatigable (1909)
Le HMS Indefatigable en 1916

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Quille posée 23 février 1909[1]
Lancement 28 octobre 1909
Armé avril 1911
Statut 31 mai 1916 : coulé à la bataille du Jutland
Caractéristiques techniques
Type Croiseur de bataille
Longueur 179,8 m
Maître-bau 24,4 m
Tirant d'eau 8,1 m
Déplacement 18 766 tonnes
Port en lourd 22 433 tonnes
Propulsion 4 hélices
4 turbines à vapeur Parsons
32 chaudières Babcock & Wilcox
Puissance 43 000 ch
Vitesse 25 nœuds (46 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture: 150 - 100 mm
Cloisons: 100 mm
Barbettes: 180 - 80 mm
Tourelles: 180 mm
Château: 250 mm
Pont: 65 - 25 mm
Armement 4 × 2 canons de 12 pouces
16 canons de 4 pouces
3 TLT de 450 mm
Rayon d'action 6 330 milles marins (11 700 km) à 10 nœuds (19 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage 800 hommes en temps de paix
1 017 en temps de guerre
Chantier naval Devonport Dockyard

Le HMS Indefatigable est un croiseur de bataille de la Royal Navy et le navire de tête de sa classe. Participant à la Première Guerre mondiale, il est coulé à la bataille du Jutland.

Conception[modifier | modifier le code]

Le 1908 Programme prévoit la construction d'un croiseur de bataille équivalent au HMS Neptune, mais au lieu de pallier les faiblesses de la classe Invincible, les navires de la classe Indefatigable sont finalement une copie de ceux-ci. Les caractéristiques dévoilées à l'époque sont exagérées par rapport à la réalité, peut-être en partie à cause de « fuites officielles » orchestrées par l'amiral Fisher[1]. En réalité, l'Indefatigable n'est qu'une copie des Invincible, mais rallongée afin de permettre aux tourelles centrales P et Q de tirer sur les côtés. Sa puissance de 43 000 chevaux, fournie par 32 chaudières Babcock & Wilcox alimentant 4 turbines Parsons, lui permet tout juste d'atteindre une vitesse convenable pour son rang ; lors des essais le navire atteint à peine les 25 nœuds (46 km/h). Il enregistre tout de même 26,89 nœuds (49,8 km/h) en poussant les machines à 55 000 chevaux, alors que ses deux sister-ships dépassent eux les 26 nœuds (48 km/h) en régime normal. Pouvant emporter jusqu'à 3 340 tonnes de charbon et 870 tonnes de fioul, le navire peut parcourir 6 330 milles marins (11 700 km) à une vitesse de 10 nœuds (19 km/h)[2].

Lors de sa sortie du chantier, l'Indefatigable est armé de 8 canons de 12 pouces BL Mk X répartis en 4 tourelles doubles[3], de 16 canons de 4 pouces BL Mk VII et de 3 tubes lance-torpilles de 450 mm. En mars 1915, un canon antiaérien de 3 pouces QF 20 cwt est installé. Le tube lance-torpilles de poupe est quant à lui retiré en 1915[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de l'Indefatigable débute le 23 février 1909. Le navire est lancé le 28 octobre 1909 avant d'être armé en avril 1911 et de rejoindre la 1re escadre de croiseurs de bataille. En décembre 1913 il est transféré dans la 2e escadre de croiseurs de bataille (en) de la Mediterranean Fleet. Il participe alors à la poursuite du Goeben et du Breslau (en) en août 1914, en compagnie de l'Indomitable[4]. Le croiseur de bataille devient le navire amiral de l'amiral Carden jusqu'en janvier 1915, date à laquelle il est remplacé par l'Inflexible. Après avoir subi des réparations à Malte, le navire rejoint la 2e escadre[2].

Le 31 mai 1916, l'Indefatigable prend part à la bataille du Jutland. Sous le feu roulant du SMS Von der Tann, il encaisse plusieurs obus de 280 mm ; trois d'entre eux, atterrissant vers l'arrière du navire, le font ralentir et s'éloigner de la ligne des croiseurs de bataille. Deux nouveaux obus touchent alors le navire britannique : l'un au niveau de la superstructure avant, l'autre de la tourelle avant ; les deux explosent à l'impact. Une trentaine de secondes plus tard, le navire commence à se désintégrer et explose ; il chavire alors lentement, continuant sa course et s'enfonçant dans la mer. Sur les 1 017 membres de l'équipage, seuls deux en réchappent, récupérés une heure plus tard par un destroyer allemand[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gardiner et Gray 1985, p. 26
  2. a, b et c Gardiner et Gray 1985, p. 27
  3. Friedman 2011, p. 59
  4. Massie 2007, p. 31-52
  5. Massie 2007, p. 593

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]