HMS Barham (04)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barham (homonymie).
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir HMS Barham.
HMS Barham
Image illustrative de l'article HMS Barham (04)
HMS Barham

Histoire
A servi dans Pavillon de la Royal Navy Royal Navy
Quille posée 24 février 1913
Lancement 31 octobre 1914
Armé 19 octobre 1915
Statut torpillé le 25 novembre 1941 par l'U-331
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé de la classe Queen Elizabeth
Longueur 196 mètres[1]
Maître-bau 27,6 mètres
Tirant d'eau 8,8 mètres
Déplacement 29 150 tonnes
33 000 tonnes à pleine charge
Propulsion 4 arbres
24 chaudières Babcock & Wilcox à trois circuits
4 turbines à engrenages Parsons
Puissance 75 000 ch[1].
Vitesse 25 nœuds (46 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage Ceinture : 152 à 330 mm
Pont : 64 à 127 mm
Tourelles (face): 330 mm
Passerelle (latéral) : 279 mm
Armement À la construction :

8 canons couplés Mk I de 15 pouces/42
14 canons simples Mk XII de 6 pouces
2 canons simples de 3 pouces anti-aériens
4 canons simples de 3 livres (47 mm) d'alarme
4 tubes lance torpilles sous-marins de 21 pouces
1916 : 2 canons de 6-pouces retirés du gaillard d'avant
Après la modification de 1930-1934 :
8 canons couplés de 15 pouces
8 canons simples de 6 pouces
8 canons couplés de 4 pouces antiaériens

Autres caractéristiques
Chantier naval Cammell Laird
Indicatif 04
Coordonnées 32° 34′ 00″ N 26° 24′ 00″ E / 32.566666666667, 26.4 ()32° 34′ 00″ Nord 26° 24′ 00″ Est / 32.566666666667, 26.4 ()  

Le HMS Barham (Pennant number 04) était un cuirassé de classe Queen Elizabeth, appartenant à la Royal Navy, baptisé du nom de l'amiral Charles Middleton, 1er Baron Barham, construit aux chantiers navals John Brown & Company à Clydebank, en Écosse. Il fut lancé en 1914.

Service[modifier | modifier le code]

Durant la Première Guerre mondiale, en 1915, il entra en collision avec son navire-jumeau le HMS Warspite. En 1916, il était le navire amiral de l'amiral Hugh Evan-Thomas (en) commandant la 5e Escadre (en), et fut temporairement attaché à la flotte de croiseurs de bataille de l'amiral David Beatty lors de la bataille du Jutland où il fut touché à cinq reprises et tira 337 obus.

Durant la Grève générale de 1926 au Royaume-Uni, il fut envoyé avec le HMS Ramillies sur la Mersey pour acheminer de la nourriture. Dans l'entre deux-guerre, il fut moins complètement modifié que ses navires-jumeaux. Parmi ses commandants on compte Percy Noble (en).

Durant la Seconde Guerre mondiale, il opéra dans l'Atlantique et en Méditerranée. En décembre 1939, alors qu'il se trouvait en mer au nord des îles britanniques, il fut endommagé par une torpille tirée par un sous-marin allemand.

Le Barham en Méditerranée.

En septembre 1940, il participa à l'opération Menace, une attaque navale britannique sur Dakar au Sénégal, couplée à un débarquement de troupes de la France libre. Le HMS Barham y engagea le cuirassé français Richelieu. Le 25 septembre 1940, le Richelieu toucha le Barham avec un obus de 380 mm. Le même jour, le sous-marin français Bévéziers toucha le cuirassé HMS Resolution avec une torpille. L'opération Menace fut abandonnée. Le Barham rejoignit alors la Force H à Gibraltar, et prit part à plusieurs convois vers Malte.

À la fin de 1940, le Barham rejoignit la Mediterranean Fleet, il prit part à la bataille du cap Matapan en mars 1941 et à l'évacuation de Crète en mai où il fut bombardé.

Le 21 avril 1941, sous le commandement de l'amiral Andrew Cunningham, le Barham de conserve avec les cuirassés Warspite et Valiant (en) ainsi que le croiseur léger Gloucester (en) et plusieurs destroyers, attaqua le port de Tripoli[2].

Destruction[modifier | modifier le code]

La soute à munition du Barham explose le 25 novembre 1941.

Le 25 novembre 1941, alors qu'il croisait pour couvrir une attaque sur des convois italiens, le Barham fut touché par trois torpilles tirées par le sous-marin allemand U-331, commandé par le lieutenant Hans-Diedrich von Tiesenhausen. Les torpilles furent tirées à seulement 700 mètres prévenant toute possibilité d'esquive. Elles frappèrent le navire de façon si rapprochée qu'elles soulevèrent une seule et massive colonne d'eau. Alors qu'il gîtait fortement à bâbord, sa soute à munition explosa, précipitant l'enfoncement du navire et la perte de plus des deux tiers de l'équipage.

Une commission d'enquête de la Royal Navy évalua que l'explosion de la soute à munition avait été déclenchée par l'explosion en masse de munitions anti-aériennes de 4 pouces entreposées dans les passages d'ailes à côté des magasins principaux, celles-ci avait à son tour déclenché l'explosion du magasin principal. L'expérience d'attaques aériennes prolongées, lors d'opérations précédentes, avait démontré que la capacité des magasins de munitions anti-aériennes était insuffisante, ce qui expliquait que des munitions supplémentaires étaient stockées dans tous les espaces vides disponibles.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'Amirauté fut immédiatement avertie de la perte du navire. Toutefois, elle apprit également dans les heures qui suivirent que le Haut commandement allemand ignorait tout du naufrage. Y voyant une opportunité pour intoxiquer les Allemands et préserver le moral des Britanniques, l'Amirauté censura toutes information concernant la perte du Barham et de ses 861 membres d'équipages.

Après plusieurs semaines, le Ministère de la guerre décida d'informer les familles des disparus de la perte du navire, mais sous condition de secret. Les lettres de notifications contenaient une mise en garde dissuadant de discuter de cette perte avec qui que ce soit d'autre que la famille proche, énonçant qu'il était « tout à fait essentiel que l'information concernant l'évènement qui a conduit à la mort de votre mari ne parvienne pas à l'ennemi avant qu'il ne soit officiellement annoncé… »

À la fin de janvier 1942, le Haut Commandement allemand avait compris que le Barham avait disparu. L'Amirauté britannique informa la presse le 27 janvier 1942 et expliqua la raison qui l'avait poussée à dissimuler cette information.

Divers[modifier | modifier le code]

Lors d'une séance de spiritisme à Portsmouth fin novembre 1941, Helen Duncan une médium de Callander en Écosse, annonça qu'elle était entrée en contact avec un marin mort qui lui avait révélé que le Barham avait été récemment coulé. Duncan ne fut pas inquiétée à la suite de cet incident, mais en 1944 elle fut arrêtée durant une séance et condamnée au titre de la Loi sur les sorciers de 1735 à 9 mois de prison.

Le naufrage du Barham fut filmé ; l'explosion est l'une des plus puissantes explosions non-nucléaire jamais filmées. Ce film a été réutilisé plusieurs fois dans des documentaires et dans des films notamment Les soucoupes volantes attaquent, où il était présenté comme un destroyer américain, Task Force (en tant que porte avion japonais), et La Bataille d'Okinawa où il incarne le Yamato.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Histoire du Monde, HMS Barham
  2. Winston S. Churchill, The Grand Alliance p. 241.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

32° 34′ N 26° 24′ E / 32.567, 26.4 ()