HELLP syndrome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis HELLP Syndrome)
Aller à : navigation, rechercher
HELLP syndrome
Classification et ressources externes
CIM-10 O14.2
CIM-9 Not assigned
DiseasesDB 30805
MedlinePlus 000890
eMedicine ped/1885 
MeSH D017359
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

En obstétrique, le HELLP syndrome est considéré comme une complication grave ou une variante de pré-éclampsie chez la femme enceinte.

Le terme « HELLP » est l'acronyme en anglais des trois signes cliniques définis en 1990 par Sibaï : Hemolysis, hémolyse, Elevated Liver enzymes, augmentation des enzymes hépatiques, Low Platelet count, numération plaquettaire faible.

Historique[modifier | modifier le code]

Il a été décrit par Weinstein en 1982 sur 29 patientes. Il distingue ce syndrome de la pré-éclampsie de base.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le HELLP syndrome concerne 0,5 à 0,9 % des grossesses, et 10 à 20 % des cas de pré-éclampsie. 70 % des cas de HELLP surviennent avant l’accouchement et essentiellement entre 27 SA et 37 SA. 10 % des cas de HELLP surviennent avant 27 SA et 20 % après 37 SA.

Dans 15 % des cas, le HELLP Syndrome peut apparaître sans signe de pré-éclampsie. Le HELLP syndrome peut survenir dans les 48H après l’accouchement surtout si on est en présence d’hypertension artérielle gravidique (pression artérielle systolique ≥ 140 mm Hg et pression artérielle diastolique ≥ 90 mm Hg) et si la femme est atteinte de protéinurie (présence de protéines dans les urines, c’est-à-dire un taux de protéines supérieur à 0,3 g /24 heures).

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

La cause exacte du HELLP reste peu connue et il est difficile de différencier ses mécanismes à ceux de la pré-éclampsie : en effet les signes du HELLP ne lui sont pas spécifiques.

Le mécanisme qui entraîne le HELLP syndrome est vraisemblablement le suivant : l’implantation de l’œuf fécondé dans la paroi de l’utérus ne s’est pas faite correctement. Cela a provoqué un déséquilibre des médiateurs permettant la constriction et la dilatation des vaisseaux au niveau du placenta. Ces différents mécanismes provoquent des lésions de l'endothélium.

Il y a alors libération d’une molécule qui va activer les plaquettes. Celles-ci s’accumulent au contact de l’endothélium lésé et libèrent du thromboxane A2 (hormone provoquant une constriction des vaisseaux et une agrégation plaquettaire). Cela engendre une diminution du nombre de plaquettes en dessous de 150 000 plaquettes/mm3. De plus, l’endothélium lésé ne synthétise plus assez de prostacyclines (protéine permettant d’empêcher les plaquettes de s’agréger et former des caillots).

L’ensemble de ces processus vont faire que la tension artérielle va augmenter, le nombre de plaquettes va diminuer et il y’aura formation de caillots qui provoqueront l’ischémie. Il en résulte une activation anormale et généralisée de la cascade de coagulation déclenchée par la formation de caillots dans les capillaires sanguins, notamment au niveau du foie. Ce processus de microangiopathie thrombotique entraîne un emprisonnement des hématies et une agglutination des plaquettes, et donc une ischémie des tissus du foie, des hémorragies intrahépatiques, puis une destruction des cellules du foie et une nécrose. Cette destruction entraine une augmentation des transaminases qui sont des enzymes du foie.

Le terme HELLP est l'acronyme en anglais des trois signes cliniques définis en 1990 par Sibaï :

  • Hemolysis : hémolyse, révélée par un frottis sanguin périphérique anormal avec un taux de bilirubine supérieur à 12 mg·l-1 (normalement inférieure à 10 mg·l-1) et un taux de LDH (lactate déshydrogénase) supérieur à 600 UI/L (normalement compris entre 100 et 400 UI/L) ;
  • Low Platelet count : numération plaquettaire faible (inférieure à 100 000/mm3).

On distingue trois types de HELLP syndrome en fonction du nombre de plaquettes :

  • HELLP 1 : < 50 000 plaquettes/mm3
  • HELLP 2 : 50 – 100 000 plaquettes/mm3
  • HELLP 3 : 100 – 150 000 plaquettes/mm3

Symptômes et diagnostic[modifier | modifier le code]

Le syndrome HELLP peut être difficile à diagnostiquer car les symptômes sont variables et relativement peu spécifiques.

Cependant les principaux symptômes rencontrés chez une patiente souffrant de HELLP syndrome sont :

  • douleurs dans la région haute du système digestif et qui irradient dans le dos, qui évoluent par crises souvent nocturnes ;
  • nausées, vomissements ;
  • Hypertension artérielle gravidique (>16 cm Hg - 10 cm Hg) ;
  • œdème, prise de poids ;
  • présence de protéine dans les urines (protéinurie) ;
  • jaunisse (rare).

D’autres symptômes moins spécifiques peuvent apparaître :

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Les quatre principales maladies avec lesquelles on pourrait confondre le HELLP sont :

Confirmation de diagnostic et surveillance[modifier | modifier le code]

Afin de confirmer le diagnostic et surveiller la grossesse, il existe de nombreux tests d’imagerie médicale, notamment l’écho-doppler pour l’artère hépatique et pour la visualisation de la quantité et du passage du sang dans le cordon ombilical afin d’évaluer la souffrance du fœtus.

La surveillance médicale lors d’une grossesse avec un HELLP est plus importante avec plus d’échographie, autant au niveau du fœtus que du foie de la mère. Les analyses de sang se font grâce à des frottis sanguins.

Traitement[modifier | modifier le code]

Il est possible de prendre en charge le HELLP syndrome de trois manières différentes :

Médical[modifier | modifier le code]

Les objectifs de prise en charge médicale est de diminuer la constriction des vaisseaux sanguins et ainsi favoriser la circulation du sang.

Les traitements proposés sont :

  • des antihypertenseurs si la pression artérielle systolique est supérieure à 150 mm Hg et/ou la pression artérielle diastolique est supérieure à 105 mm Hg ;
  • des inhibiteurs calciques ;
  • des α bloquants ou β bloquants ;
  • transfusion de sang (plaquettes si moins de 50 000 plaquettes/mm3, hématies si anémie grave et/ou plasma en cas de trouble de la coagulation) ;
  • du sulfate de magnésium (en cas de convulsion si pré-éclampsie). Il peut être administré de manière systématique car il dilate les vaisseaux et empêche les plaquettes de s’agréger. Il n’a pas d’effet nocif pour la mère et pour le fœtus ;
  • les corticoïdes : ils ont un intérêt pour le fœtus (maturation pulmonaire) et pour la mère (régression des signes cliniques et biologiques du HELLP syndrome) mais l’efficacité thérapeutique n’est pas encore prouvée.

Obstétrical[modifier | modifier le code]

L’interruption médicale de grossesse se fait en cas extrême, notamment si la vie du fœtus et/ou de la mère est menacé. Elle se fait de manière systématique au-delà de 34 SA. Mais en dessous, il y a un risque important de complications fœtales en cas de grande prématurité. L’interruption de la grossesse se fait le plus souvent par césarienne.

L’accouchement par voie basse est possible si le nombre de plaquettes n’est pas inférieur à 50 000 plaquettes/mm3 et s’il n’y a pas d’autres problèmes obstétricaux majeurs.

Anesthésique[modifier | modifier le code]

Cette prise en charge est effective uniquement lors de l’accouchement. La péridurale est proscrite quand il y a moins de 100 000 plaquettes/mm3. Il faut alors recourir à une anesthésie générale. En cas d’accouchement par voie basse et d’impossibilité de péridurale, des anti-douleurs en intra veineuse ou local peuvent être administrés.

Pronostic – complication[modifier | modifier le code]

La mortalité maternelle est la complication la plus grave : elle survient dans 1,1 à 24% des cas de HELLP syndrome.

Les principales complications du HELLP sont :

Il existe également un risque de récidive pour les grossesses suivantes d’environ 19 % et de 61 % en cas de HELLP < 32 SA.

Le fœtus peut également être touché par des complications, notamment des risques de mortalité fœtale. En cas d’accouchement prématuré, le nouveau-né s’expose à toutes les maladies liées à la prématurité.

Information pour les patientes[modifier | modifier le code]

En cas de douleurs épigastriques survenant au cours du 2e ou 3e trimestre, il faut penser à un HELLP syndrome.

51 % des décès de la mère surviennent en cas de retard de diagnostic. Le dépistage rapide est donc indispensable afin de poursuivre la grossesse dans les meilleures conditions.

Il n’y a pas de contre-indication à la prise de contraceptifs œstro-progestatifs après un HELLP.

L’attitude thérapeutique est à discuter au cas par cas car les symptômes du HELLP peuvent être très différents d’une patiente à l’autre.

Une surveillance accrue est indispensable au cours d’une grossesse avec un HELLP syndrome car d’autres complications obstétricales peuvent apparaître (notamment hypertension en cas d’antécédent, au cours d’une grossesse ou non). Il est important de surveiller les grossesses suivantes et ceci le plus tôt possible.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]