Influenzavirus A sous-type H7N7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis H7N7)
Aller à : navigation, rechercher

Virus A (H7N7)

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Virus Influenza A, type H7N7

Classification
Type Virus
Groupe Groupe V
Famille Orthomyxoviridae
Genre Influenzavirus A

Espèce

Influenzavirus A, sous-type H7N7
— auteur incomplet —, date à préciser

H7N7 est un sous-type du virus grippal Influenzavirus A, un genre d’Orthomyxovirus (virus responsables de la grippe animale et humaine).

Des souches hautement pathogènes (IAHP) et des souches faiblement pathogènes (IAFP) du sous-type H7N7 ont été repérées depuis qu'on les recherche.


Elles infectent les oiseaux (avec cas de passage à l'Homme[1]), les porcs, les pinnipèdes et les chevaux (on les a longtemps cru endémiques chez le cheval[2]) et ont infecté des souris. Les souches néerlandaises de 2003-2004 semblent avoir été les premières (repérées) a facilement infecter des humains (le plus souvent sans conséquences graves)[3] alors qu'en Italie, des virus proches (H7N1 et H7N3) n'avaient infecté aucun humain même ayant été en contact avec des oiseaux malades[3].

Cette large capacité zoonotique, associée au fait que le variant « néerlandais » passait facilement de l'oiseau à l'Homme font de ce sous-type un des candidats susceptible de causer une épidémie voire une pandémie.

L'immunité humaine étant naïve face à ce virus, qui est surveillé afin de détecter le plus tôt possible d'éventuels variants à la fois très pathogènes et contagieux.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom H7N7 fait référence à deux sous-types d’antigènes présents à la surface du virus :

  1. l’hémagglutinine (HA) de type 7 ; H7 étant fréquemment trouvé chez les virus responsables d'épidémies dans les élevages de volailles [4];
  2. la neuraminidase (NA) de type 7.

Rappel : il existe chez les oiseaux 16 sous-types de virus grippaux pour l’hémagglutinine. Seuls les sous-types H5 et H7 sont actuellement réputés hautement pathogènes chez les oiseaux (qui en tant que migrateurs sont des candidats pour la diffusion du virus, bien que les transports de volailles porteuses du virus soient aujourd’hui jugés également dangereux).

Pathogénicité[modifier | modifier le code]

Dans la nature ou dans les élevages, différentes souches du H7N7, faiblement à hautement pathogènes (IAHP) ont déjà été détectées.

Selon les cas elles ont infecté les humains (à priori à partir de contact avec des volailles infectées), des oiseaux, les porcs, les pinnipèdes et les chevaux.
Le virus s’est aussi montré en laboratoire capable d’infecter les souris.

Ce large et inhabituel potentiel zoonotique fait de ce sous-type viral une menace potentielle en termes d’épidémie voire de pandémie. C’est pourquoi ce sous-type H7N7 fait l’objet d’un suivi mondial, sous l'égide de l'OMS et de l'OIE.

À ce jour (mi-2013), ce virus ne semble qu’avoir rarement contaminé l’homme, mais avec un taux de mortalité assez élevé et une bonne capacité de contagion interhumaine.

Description du virus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Virus de la grippe A.

Historique[modifier | modifier le code]

Histoire de la détection du H7N7[modifier | modifier le code]

  • En 2003-2004, une épidémie zoonotique de grippe à H7N7 a été détectée aux Pays-Bas, d'abord durant 3 mois (de fin février à fin de mai 2003), mais l'épidémie a ensuite touché l'Allemagne et la Belgique[3].
    Dans ce cas, l'isolat (H7N7 A/Chicken/Netherlands/1/03) provenait d’une épidémie aviaire qui a touché plusieurs élevages industriels de volailles[5] et l'isolat était un virus faiblement pathogène génétiquement apparenté à un isolat détecté chez des canards sauvages (Colverts) aux Pays-Bas[6],[7].
    Le virus n’était pas très pathogène, mais le passage de l'oiseau à l'Homme s'est fait facilement (voir plus bas). Un variant muté du virus a provoqué la mort d'un vétérinaire, avec des symptômes comparables à ceux du H5N1 HP[3]. La mort n'était pas due à une prédisposition de santé du vétérinaire, car le virus cultivé chez des souris a causé les mêmes symptômes mortels chez elles.
  • En août 2006, un variant faiblement pathogène du H7N7 a été découvert lors de tests de routine dans un élevage de volailles à Voorthuizen, au centre des Pays-Bas. Par mesure de précaution, 25 000 poulets ont été abattus dans l’élevage de Voorthuizen et dans les élevages environnants[8].
  • En juin 2008, en Angleterre un variant hautement pathogène (HP) H7N7 a causé une épidémie dans une unité d’élevage de 25 000 volailles à Shenington, le virus étant probablement un mutant issue d’un variant faiblement pathogène préexistant. Selon le journal Farmers Guardian, l’éleveur avait noté une augmentation de mortalité de 2,5 %) dans un des hangars et une réduction de la production d'œufs, deux semaines avant que l’élevage soit décimé par la grippe, le 2 juin 2008, déclenchant les analyses qui ont permis de diagnostiquer la présence d’un variant HP H7N7 (le 4 juin 2008) [9].
  • En octobre 2009, c’est en Espagne qu’un variant hautement pathogène (HP) H7N7 a été diagnostiqué, dans une ferme d’ Almoguera, dans la province de Guadalajara, à la suite de quoi Hong Kong a annoncé une suspension des importations de volailles espagnole[10].
  • En août 2013, un variant hautement pathogène (HP) H7N7 a été trouvé sur les marchés de volailles en Chine lors d’essais recherchant le H7N9[11]

Cas humains[modifier | modifier le code]

En 2003, 89 cas humains confirmés de grippe à H7N7 ont été détectés aux Pays-Bas à la suite d'une épidémie aviaire qui a touché plusieurs élevages industriels de volailles[12].

L'isolat était un virus faiblement pathogène génétiquement apparenté à un isolat détecté chez des canards sauvages, mais une souche mutée a causée la mort d'un des patients ; un vétérinaire ayant été en contact avec des volailles infectées, mort le 17 avril 2004 de pneumonie et détresse respiratoire (fumeur, mais non immunodéprimé ; ni ne souffrait de pathologies le prédisposant aux symptômes induits par le virus[3]).

Sauf dans ce cas mortel, le virus n’était pas très pathogène, mais le passage de l'oiseau à l'Homme s'est fait facilement : des anticorps ont été trouvés dans plus de la moitié des 500 personnes testées car ayant été en contact ou à proximité des volailles malades. On a extrapolé que 1 000, et peut-être plus de 2 000 personnes ont été porteuses du virus durant cette période[3].

Chez les 89 premiers cas humains identifiés (86 personnes ayant manipulé des volailles infectées, et trois membres de leur famille) 78 malades n'ont présenté qu'une conjonctivite, cinq ont développé un syndrome grippal en plus de la conjonctivite ; deux ont présentée avec un syndrome grippal et quatre ne correspondait pas à la "définition de cas" de l'OMS. Les syndromes grippaux étaient généralement légers, hormis dans un cas (mort par pneumonie associée à un syndrome de détresse respiratoire aiguë)[3]. La plupart des isolats trouvés chez l'homme (dont chez les cas secondaires probables), n'avaient pas accumulé d'importantes mutations. Cependant, chez le patient mort, les virus présentaient 14 mutations (substitutions d'acides aminés), dont certaines connues comme marqueurs de pathégonicité chez la souris[13],[3].

Chez les autres mammifères[modifier | modifier le code]

Plusieurs espèces de mammifères sauvages ou domestiques s’y sont montrés sensibles, dont la souris, le porc et les chevaux pour ce qui concerne les animaux proches de l'Homme et donc susceptibles de jouer un rôle épidémiologique ou écoépidémiologique particulier.

Transmission et contagion[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de virus grippaux, ce virus se montre capable de franchir la barrière des espèces.

  • Le passage oiseau → homme est démontré : Dans le cadre de la zoonose observée aux Pays-Bas en 2003, la séroprévalence des anticorps/H7 a été étudiée chez les personnes n’ayant pas eu de contact avec des volailles infectées, mais qui ont été en contact étroit avec un travailleur infectée. Elle était élevée (59 %) ce qui suggère une bonne transmission interhumaine (contagion) et qu’en cas de mutation du virus ne renforçant que sa pathogénicité, la population à risque pour la grippe aviaire ne se limiterait pas aux personnes en contact direct avec des volailles infectées[14].
    L'analyse finale publiée en 2005 et faite sur les foyers néerlandais de cette grippe aviaire a montré des taux de transmission à l’Homme plus élevés qu’attendus[15].
  • Un cas de transmission phoque → humain est également documenté. Chez les phoques malades, le tissus pulmonaires était infecté, mais aussi le tissus cérébral[16]

Mutations[modifier | modifier le code]

Plusieurs variants, plus ou moins pathogènes ont été trouvés dans les élevages ou chez l’homme depuis 2003.

Chez l’animal[modifier | modifier le code]

Chez l’homme[modifier | modifier le code]

  • Un cas de mutation a été repéré en 2003, responsable de la mort d'un vétérinaire très probablement contaminé par les volailles victimes d'un virus hautement pathogène.

Taux de mortalité[modifier | modifier le code]

Prévention[modifier | modifier le code]

Les règles de base en matière d'hygiène sont à respecter, notamment dans les élevages et les métiers de contact avec l'animal ou la chair animale (abattoirs, boucheries…) La méthode de prévention préconisée par les vétérinaires est le plus souvent la destruction des animaux infectés ou suspects.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Tableaux cliniques et radiologiques[modifier | modifier le code]

Chez le vétérinaire mort en 2004, l'autopsie a confirmé la présence d'un œdèmegénéralisé avec 1 500 ml de liquide pleural des deux côtés et 1 000 ml de liquide séreux dans la cavité abdominale[3]. Les poids des poumons droit et gauche étaient environ trois fois le poids normal[3]. Le poumon vu en coupe était oedémateux et avec un emphysème, avec un liquide séreux ayant pénétré les bronches et les bronchioles[3].

Dans ce cas, l'histologie a montré des lésions alvéolaires diffuses mais graves[3].

  • Elles étaient caractérisé par l'intrusion d'un fluide sérosanguineux dans la lumière (lumina) alvéolaire, mélangé avec la fibrine et des neutrophiles dans les lobes pulmonaires inférieurs[3].
  • Les lumières (espace interne) alvéolaire étaient distendues avec parfois une rupture de cloisons alvéolaires[3].
  • Les cloisons alvéolaires étaient épaissies par une dilatation des vaisseaux capillaires, avec des signes d'infiltration et quelques lymphocytes et des neutrophiles[3].
  • Il y avait des preuves de régénération épithéliale, caractérisé par des pneumocytes atypiques dispersées et des cellules épithéliales ciliées tapissant respectivement les cloisons alvéolaires et les parois des bronchioles. Ces cellules atypiques étaient exceptionnellement grande, avec de gros noyaux, une chromatine grossière, et des nucléoles proéminents[3].

L'immunohistochimie n'a pas permis de détecter l'antigène du virus grippal dans les poumons, ni dans d'autres tissus[3].
L'examen macroscopique et histologique ont conclu que Seuls les organes respiratoires présentaient des lésions importantes[3].


Diagnostic biologique[modifier | modifier le code]

Des travaux récents ont porté sur les microRNA des virus grippaux[17] et du H7N7 notamment, qui à l'avenir pourraient améliorer les diagnostics[18].

Traitement[modifier | modifier le code]

Les antiviraux classiques peuvent être utilisés, sous réserve qu'une mutation ne permette au virus d'y résister.

Vaccin[modifier | modifier le code]

En 2013, l'OMS a lancé la préparation d'un vaccin

Un vaccin antigrippal universel (M2) pourrait un jour être disponible : Samedi 18 février 2006, des chercheurs belges annonce avoir expérimenté avec succès un prototype de vaccin universel actif contre toutes les formes de grippe (y compris le H5N1 et la grippe humaine saisonnière), visant l’antigène M2 présent sur toutes les formes de grippe, et non les antigènes H ou N spécifiques et trop facilement mutants de chaque variante grippale.

Ce vaccin n'est cependant pas encore produit, et il n'existe pas non plus de vaccins effectifs disponibles contre un virus pandémique.

Des vaccins sont produits chaque année contre la grippe saisonnière, mais ils ne protègeraient probablement pas, mal ou peu de personnes en cas de grippe pandémique. À ce jour, aucun vaccin ne peut être rapidement produit, prêt à être commercialisé et diffusé sans un délai de quelques mois après le début de la pandémie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Banks, J., Speidel, E. & Alexander, D. J. (1998), Characterisation of an avian influenza A virus isolated from a human – is an intermediate host necessary for the emergence of pandemic influenza viruses? Arch. Virol. 143 , 781–787 (résumé)
  2. Webster, R. G. (1993) Are equine 1 influenza viruses still present in horses ?, Equine Vet. J. 25 , 537–538. MedlineWeb of Science
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r (en) Ron AM. Fouchier, Peter M. Schneeberger, Frans W. Rozendaal, Jan M. Broekman, Stiena AG. Kemink, Vincent Munster, Thijs Kuiken, Guus F. Rimmelzwaan, Martin Schutten, Gerard JJ. van Doornum, Guus Koch, Arnold Bosman, Marion Koopmans et Albert DME. Osterhaus (2004), Avian influenza A virus (H7N7) associated with human conjunctivitis and a fatal case of acute respiratory distress syndrome ; PNAS, vol. 101 no. 5 ; 1356–1361 ; en ligne 0204-01-26, publié 2004-02-03, consulté 2013-08-26
  4. Hua Yang, Paul J. Carney, Ruben O. Donis et James Stevens (2012), Structure and Receptor Complexes of the Hemagglutinin from a Highly Pathogenic H7N7 Influenza Virus J. Virol. 86 (16) 8645-8652 (résumé)
  5. « Early bird flu warning for Dutch » ; BBC News ; Panorama, nov 2005
  6. Banks, J., Speidel, E. S., Moore, E., Plowright, L., Piccirillo, A., Capua, I., Cordioli, P., Fioretti, A. & Alexander, D. J. (2001), Changes in the haemagglutinin and the neuraminidase genes prior to the emergence of highly pathogenic H7N1 avian influenza viruses in Italy, Arch. Virol. 146 , 963–973 (résumé).
  7. Banks, J., Speidel, E. C., McCauley, J. W. & Alexander, D. J. (2000), Phylogenetic analysis of H7 haemagglutinin subtype influenza A viruses Arch. Virol. 145 , 1047–1058. (résumé)
  8. Mild form of H7N7 bird flu found in Netherlands. chinaview.cn, 10 August 2006
  9. (en) Poultry farmers' avian flu warning Farmers Guardian, 20 June 2008
  10. (es) El virus de gripe aviar de Guadalajara es el H7N7. El País, 15 October 2009
  11. (en) The Guardian 2013-21-08 article, http://www.theguardian.com/world/2013/aug/21/new-h7n7-bird-flu-strain-discovered-china
  12. (en) « Early bird flu warning for Dutch » ; BBC News ; Panorama, nov 2005
  13. (en) Hatta, M., Gao, P., Halfmann, P. & Kawaoka, Y. (2001), [ Molecular Basis for High Virulence of Hong Kong H5N1 Influenza A Viruses], Science 293 , 1840–1842.(résumé)
  14. Rijksinstituut voor Volksgezondheid en Milieu (2003), “Avian Flu Epidemic 2003: Public health consequences”. Executive summary ; REFID 630940004 ; Ed:RIVM
  15. (en) Bosman A, Meijer A, Koopmans M (2005), Final analysis of Netherlands avian influenza outbreaks reveals much higher levels of transmission to humans than previously thought; Euro Surveill., Vol.10, n°12, page 2616, 6 January 2005
  16. (en) Lang, G., Gagnon, A. & Geraci, J. R. (1981), Isolation of an influenza A virus from seals Arch. Virol. 68 , 189–195 (résumé)
  17. (en) William A. Buggele, Karen E. Johnson et Curt M. Horvath (2012), Influenza A Virus Infection of Human Respiratory Cells Induces Primary MicroRNA Expression ; J. Biol. Chem. Sept. 2012 287:37 31027-31040 ; doi:10.1074/jbc.M112.387670 (résumé)
  18. (en) Emma-Kate Loveday, Victoria Svinti, Sandra Diederich, John Pasick et François Jean (2012), Temporal- and Strain-Specific Host MicroRNA Molecular Signatures Associated with Swine-Origin H1N1 and Avian-Origin H7N7 Influenza A Virus Infection J. Virol. 86 (11) 6109-6122 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Grippe aviaire
Catégorie:Grippe aviaire :
Pandémie
Maladie
Pertes humaines
Grippe espagnole
19181919
50 millions
Grippe asiatique
1957
1 million
Grippe de Hong-Kong
1968
1 million
H5N1
2003– (en cours)
263

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources officielles de veille sanitaire et médicale

Autres sources non officielles

  • FluDB, Influenza Research Database Base de données génomique sur la grippe.
  • (en) Flu Wiki Wiki spécialisé sur les différentes formes de grippe (articles, cartes, nombreuses sources et références).


Bibliographie[modifier | modifier le code]