H. W. L. Poonja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis H.W.L. Poonja)
Aller à : navigation, rechercher

H. W. L. Poonja

Sage oriental hindou

Époque contemporaine

alt=Description de l'image Papaji_1.jpg.
Naissance 13 octobre 1910
Gujranwala Pakistan
Décès 6 septembre 1997 (à 86 ans)
Lucknow, Inde
École/tradition Advaïta védanta
Célèbre pour Advaïta védanta, Sagesse traditionnelle indienne

H. W. L. Poonja (Hari Wanch Lal Poonja, né le 13 octobre 1910 ou 1913, selon les sources, dans la partie du Punjab appartenant aujourd'hui au Pakistan et qui fut l'Inde jusqu'à la partition - mort le 6 septembre 1997 à Lucknow, Inde), également appelé Papaji ou Poonjaji, est un guru de l’Advaita Vedānta principalement connu à travers la diffusion de ses disciples en Occident.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans la ville de Gujranwala, il se marie à l'âge de 20 ans et a deux enfants avant de s'engager deux années dans l'armée[1]. Il rencontre son maître Ramana Maharshi en 1944, après avoir démissionné de l'armée[2]. En 1947, au moment de l'indépendance de l'Inde, il déménage à Lucknow où il travaille d'abord comme commercial et gérant d'une mine[1].

Il raconte avoir échappé à la mort au moment des émeutes suivant la partition de l'Inde et du Pakistan, en 1947, alors qu'il fuyait les lieux avec sa famille, une « voix » intérieure, qu'il attribue à Ramana Maharshi, lui aurait dit de monter dans le compartiment des musulmans, alors que ces derniers, 30 km après le départ du train, ont fusillé tous les hindous dans leurs compartiments réservés, son choix laissant la vie sauve aux 35 membres de sa famille qu'il amenait avec lui[3].

Il meurt le 6 septembre 1997 à l’âge de 83 ou 87 ans à Lucknow.

Disciples occidentaux[modifier | modifier le code]

Il fut le maître spirituel d'Andrew Cohen, Gangaji[4], Isaac Shapiro[5], Catherine Ingram, et Madhukar, entre autres. Un grand nombre de ses disciples sont venus des ashrams d'Osho après la mort de ce dernier en 1990[6]

Enseignement[modifier | modifier le code]

H.W.L Poonja ne s'associait pas à une tradition et avait un discours jugé assez radical. Pendant les satsangs qu'il organisait, le message paradoxal adressé à son auditoire de chercheurs spirituels, dans l'esprit de la non-dualité, est que le Soi est déjà réalisé et libre, qu'il n'y a pas de différence entre le maître et le disciple, et qu'il n'y a même pas de message à transmettre et que le silence enseigne aussi bien sinon mieux que les paroles. L'accent est cependant mis sur la réflexion autour du sens du "Je", telle que son maître l'enseignait.

Controverses[modifier | modifier le code]

Poonjaji a été accusé par certains observateurs et en particulier d'anciens disciples de décerner un peu trop légèrement le titre d'« éveillé » à des personnes qui en abusaient ensuite (puisque, selon la formule de Poonjaji, une personne « illuminée » ne fait que de « belles choses »)[7]. Andrew Cohen a même poussé la critique de son maître plus loin, à la suite d'une rupture avec lui et après une relation quasi fusionnelle pendant des années, parfois qualifiée de père/fils, en soupçonnant sa conduite de ne pas être à la hauteur de son enseignement[7] et à cause de ce qu'il a perçu comme des mensonges et de la duplicité[8]. Il a consacré un livre entier à cette rupture : « autobiographie d'un éveil »[9]. Il a cependant recommencé à parler de Poonjaji dans les années 2000 dans les termes les plus élogieux[8].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages de Poonja en français[modifier | modifier le code]

  • Hari W. Lal Poonja Réveillez-vous et rugissez ! Éd. Du Relié
  • Hari W. Lal Poonja Cela, ainsi parlait Poonja Hari W. Lal Poonja, Innerquest
  • Hari W. Lal Poonja Il ne s'est jamais rien passé, le Guru et le disciple Accarias-L'Originel
  • Hari W. Lal Poonja Journal, ni noms, ni formes Accarias-L'Originel
  • Hari W. Lal Poonja À la source de l'être Innerquest
  • Hari W. Lal Poonja Le réveil du lion Éd. Du Relié

Ouvrages au sujet de Poonja[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Edward Quinn, Critical companion to George Orwell a literary reference to his life and work, New York, Facts On File,‎ 2009, 450 p. (ISBN 978-1-4381-0873-5, lire en ligne), p. 331
  2. Les maîtres spirituels de l'hindouisme par Alexandre Astier, Eric Degas, Éditions Eyrolles, 2011
  3. Yoga Journal sept.-oct. 1992 p. 59, par Catherine Ingram
  4. Yoga Journal mai-juin 1994 p. 39
  5. Yoga Journal mai 1999 p. 110
  6. P. T. Mistlberger, The three dangerous magi : Osho, Gurdjieff, Crowley, Ropley, O Books,‎ 2010 (ISBN 978-1-8469-4435-2, lire en ligne), p. 181
  7. a et b (en) Alan Chapman, The urn, London, Heptarchia,‎ 2009, 36 p. (ISBN 978-0-9563-3211-0, lire en ligne)
  8. a et b Devotion, Deception and Opportunism par Stas Mavrides dans Integral World
  9. Interview avec Andre van de Braak dans Non-duality magazine

Liens externes[modifier | modifier le code]