Hōlua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reproduction d'un papa hōlua au musée de Keauhou.
Vestige du kahua hōlua de Keauhou.

Le hōlua ou heʻe hōlua est un ancien sport traditionnel hawaïen vieux de 2 000 ans qui consiste, au moyen d'une luge, à descendre une pente à la manière d'un surfeur sur une vague[1]. Cette pratique est aussi un moyen d'honorer les dieux de la mythologie hawaïenne, notamment Pélé, la déesse du feu et des volcans, et pouvait aussi servir de moyen de transport[1].

Le participant prend place sur un papa hōlua, une luge de bois de kauila (Alphitonia ponderosa ou Colubrina oppositifolia)[2], uhiuhi (Caesalpinia kavaiensis) ou māmane (Sophora chrysophylla)[3] long de 3,7 mètres, large de 15 centimètres et haut de quelques centimètres reposant sur deux patins, sur lequel il se tient soit debout, soit à genoux, soit allongé[1]. Il descend alors un kahua hōlua, une pente naturelle ou spécialement aménagée dont la surface est couverte de blocs de lave, en dépassant parfois les 80 km/h[1]. Dans l'ensemble de l'archipel d'Hawaï, 57 kahua hōlua ont été recensés[1]. Du fait des conditions de pratique de ce sport, les accidents peuvent conduire à des blessures graves, voire la mort[1].

Les missionnaires arrivés dans l'archipel à partir du début du XIXe siècle interdisent ce sport et la dernière compétition de hōlua se tient en 1825[1]. Après plusieurs années de construction d'un papa hōlua et d'aménagement d'un kahua hōlua, un Hawaïen a effectué une descente de hōlua en 2005[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Alexandre Da Silva, « Thrill ride », Honolulu Star-Advertiser,‎ 24 juillet 2005 (lire en ligne)
  2. Beatrice H. Krauss, Plants in Hawaiian culture, University of Hawaii Press,‎ 1993, 345 p. (ISBN 9780824812256, résumé), p. 97–98
  3. Benton Kealii Pang et Sam Gon III, Wood in Ancient Hawaiʻi, Hawaiʻi County Resource Center, 11 p.