Hōgen monogatari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans cette représentation de la rébellion de Hōgen, le guerrier avec l'armure noire est Taira no Kiyomori -- voir au centre gauche.

Le Hōgen monogatari (保元物語?) est une chronique guerrière japonaise - ou un conte guerrier (gunki monogatari) - qui rapporte les événements et les personnages principaux de la rébellion de Hōgen[1]. On estime que ce classique littéraire et historique a été achevé durant l'époque de Kamakura ca. 1320. Son ou ses auteurs restent inconnus. Les événements rapportés dans le Hōgen monogatari précèdent ceux qui seront relatés dans le Heiji monogatari[2].

Rivalités[modifier | modifier le code]

Comme dans le Heiji monogatari, des rivalités à de multiple niveaux et inter relationnelles amènent à la guerre et les principaux protagonistes sont présentés selon l'ordre traditionnel de leur statut : Les empereurs et les anciens empereurs d'abord, puis les ministres Fujiwara en deuxième suivis des guerriers du clan Minamoto en troisième[3].

Comme dans le Heiji monogatari, la structure narrative est divisée en trois segments :

  • La première partie présente les personnages et les rivalités qui les opposent[4].
  • La deuxième partie relate le cours des conflits[7].
  • La troisième partie rapporte les tragiques conséquences[8].

Historiographie du monogatari[modifier | modifier le code]

Les Japonais ont développé un certain nombre de stratégies complémentaires pour la capture, la conservation et la diffusion des éléments essentiels de leur histoire nationale communément acceptée - chroniques des souverains et des événements, biographies des personnalités éminentes et le conte militaire ou gunki monogatari. Cette dernière forme a évolué à partir d'un intérêt dans l'enregistrement des activités des conflits militaires à la fin du XIIe siècle. Les grandes batailles, les escarmouches et les petits conflits individuels - ainsi que les personnalités militaires qui animent ces contes - ont tous été transmis de génération en génération sous la forme narrative du Hōgen monogatari (1156), du Heiji monogatari (1159-1160) et du Heike monogatari (1180-1185).

Dans chacun de ces monogatari familiers, les figures centrales sont populaires, les événements majeurs sont généralement compris et les enjeux tels qu'ils ont été compris à l'époque sont classiquement admis comme éléments de la fondation de la culture japonaise. La précision de chacun de ces documents historiques appelle nécessairement une étude plus approfondie et certains épisodes ont résisté à un examen minutieux, tandis que d'autres « faits » présumés se sont révélés être inexacts[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans l'intitulé Hōgen monogatari, le nom « Hōgen » renvoie à la nengō (ère du Japon]) après l'ère Kyūju et avant l'ère Heiji. En d'autres termes, la rébellion Hōgen s'est déroulée durant l'ère Hōgen, période qui couvre les années de 1156 à 1159
  2. Dans l'intitulé Heiji monogatari, le nom « Heiji » renvoie à la nengō (ère du Japon]) après l'ère Hōgen et avant l'ère Eiryaku. En d'autres termes, la rébellion Heiji s'est déroulée durant l'ère Heiji, période qui couvre les années de 1159 à 1160
  3. Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, p. 388.
  4. a et b Brown, p. 386.
  5. Brown, p. 387.
  6. Brown, pp. 387-388.
  7. Brown, pp. 389-390.
  8. Brown, p. 390.
  9. Brown, pp. 385-386.