Hôtel des Réservoirs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel des Réservoirs
Vue de la façade de l'hôtel, le mur sur la gauche est celui des réservoirs, à droite on aperçoit l'hôtel du Garde-Meuble.
Vue de la façade de l'hôtel, le mur sur la gauche est celui des réservoirs, à droite on aperçoit l'hôtel du Garde-Meuble.
Présentation
Nom local Hôtel de la Pompadour
Architecte Jean Cailleteau (« Lassurance »)
Date de construction 1751
Destination initiale Hôtel particulier
Propriétaire État
Destination actuelle Logements, bureaux
Protection Logo monument historique Classé MH (1936)
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Localité Versailles
Localisation
Coordonnées 48° 48′ 26″ N 2° 07′ 25″ E / 48.807163, 2.123523 ()48° 48′ 26″ Nord 2° 07′ 25″ Est / 48.807163, 2.123523 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hôtel des Réservoirs

L'hôtel des Réservoirs est un hôtel particulier situé au 7-9 rue des Réservoirs, dans le Quartier Notre-Dame à Versailles (Yvelines), en France[1]. Les réservoirs du parc de Versailles sont contigus au bâtiment.

Construit en 1751 par l'architecte Jean Cailleteau (« Lassurance ») pour Madame de Pompadour, l'hôtel communiquait avec le château de Versailles par un couloir couvert[2].

Dans les années 1870, avec l'hôtel voisin du Garde-Meuble voisin, il est transformé en hôtel de prestige[3]. Au début du XXe siècle, le bâtiment est agrandi et comporte désormais quatre étages au lieu d'un seul à l'origine[3].

En 1934, l'État le rachète. Il accueille actuellement le service départemental de l’architecture et du patrimoine (SDAP) des Yvelines et des logements de fonction[4],[5]. Depuis 2006 l'Hôtel des Réservoirs accueille l'Ecole Européenne d'Intelligence Economique (EEIE)[6].

Depuis le 6 mars 1936, l'hôtel est classé au titre des monuments historiques[1].

Historique[modifier | modifier le code]

François Francine, fontainier du roi, avait construit en 1665 une grotte avec des jeux d'eau, la grotte de Thétis[7], surmontée d'un réservoir. Pour alimenter ce réservoir, fut construit non loin, dans la rue en contrebas, la rue des Réservoirs, une tour octogonale abritant une puissante pompe hydraulique, dite « La Pompe » ou la « Tour d'eau »[7] au-dessus d'un puisard. La grotte fut détruite quelques années plus tard, en 1686 pour laisser la place à la chapelle du château[7]. Le système des étangs pour l'alimentation des bassins venait d'être mis en marche[7] à cette période, rendant cette pompe inutile. Elle fut supprimée et la tour détruite et c'est à cet emplacement laissé libre que l'hôtel de la Pompadour fut construit en 1751.

À la mort de Mme Pompadour, son frère le revend au Roi et en 1765, l'hôtel devint la résidence du gouverneur de Versailles et prit donc le nom d'hôtel du Gouvernement[7],[8]

Il fut vendu comme bien national le 9 avril 1794[3], racheté par un marchand de tissus et fut alors loué à un aubergiste-traiteur du nom de Raimbault[3].

Au cours du XIXe siècle, le bâtiment abrita un des restaurants les plus réputés de Versailles[7].

Le 30 juin 1836, le propriétaire de l'hôtel des Réservoirs signala des suintements importants d'eau des parois du réservoir et prévint l'architecte des eaux du château. On essaya alors de retirer le maximum d'eau du réservoir d'une capacité de 50 000 pieds-cubes et dominant la rue sur plus de 40 pieds[7]. Mais le mur céda avant, noyant les cours intérieures de l'hôtel et se déversant dans la rue, transformée alors pendant plusieurs minutes en « cascade[7]» .

En 1875, Eugène Grosseuvre, locataire du bâtiment depuis 1856 en fit le « Grand Hôtel des Réservoirs[3] » en lui rattachant une partie de l'hôtel voisin du Garde-Meuble. L'établissement va devenir huppé et plusieurs personnalités y séjourneront dont le prince de Galles et futur Edouard VII, Zola ou Proust qui y séjournera quelques mois[3]. Louis d'Orléans (1814–1896), fils du roi Louis-Philippe et seizième duc de Nemours, est mort dans l'hôtel des Réservoirs le 26 juin 1896.

Le bâtiment sera surélevé de deux étages aux débuts du XXe siècle[3]. C'est dans ses murs que fut logée la délégation allemande qui signa le traité de Versailles en 1919.

Photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b « Notice no PA00087678 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « L'hôtel des Réservoirs », sur madamedepompadour.com (consulté le 20 février 2011)
  3. a, b, c, d, e, f et g Versailles: le château, la ville, ses monuments d'Odile Caffin-Carcy et Jacques Villard, 1991
  4. Rapport d'activité de l'établissement public du musée et du domaine national de Versailles,‎ 2003 (lire en ligne)
  5. Rapport sur l'activité des services de l'État, Préfecture des Yvelines,‎ 2004 (lire en ligne)
  6. www.eeie.fr
  7. a, b, c, d, e, f, g et h Histoire des rues de Versailles et de ses places et avenue par J. A. Le Roi, conservateur des bibliothèques de Versailles, 2ème édition, 1861. page 9 et suivantes
  8. D'où quelquefois une confusion avec l'hôtel de Louvois situé plus haut dans la rue et qui fut aussi affecté un temps au gouverneur de Versailles et porte le nom d'hôtel du Gouvernement.

Lien externe[modifier | modifier le code]