Hôtel d'Assézat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assézat.
Hôtel d'Assézat
Cour d'honneur
Cour d'honneur
Présentation
Période ou style Renaissance
Type Hôtel particulier
Architecte Nicolas Bachelier
Date de construction 1555
Destination initiale Hôtel particulier
Propriétaire Ville de Toulouse
Destination actuelle Fondation Bemberg
héberge l'Union des académies et des sociétés savantes
Protection Logo monument historique Classé MH (1914)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Région Midi-Pyrénées
Département Haute-Garonne
Commune Toulouse
Localisation
Coordonnées 43° 36′ 01″ N 1° 26′ 31″ E / 43.600325, 1.44203143° 36′ 01″ Nord 1° 26′ 31″ Est / 43.600325, 1.442031  

Situé à peu de distance de la place Esquirol à Toulouse en Haute-Garonne, l'hôtel d'Assézat est un hôtel particulier, élevé en 1555-1557 sur les plans de Nicolas Bachelier, le plus grand architecte toulousain de la Renaissance. Derrière un monumental portail en bois se cache une cour intérieure, rénovée en 1993. Il abrite le musée de la Fondation Bemberg qui présente une collection d'art, notamment de peinture, du XVe au début du XXe siècle. Il est classé monument historique depuis 1914[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Pierre d'Assézat a donné son nom à l'hôtel et Nicolas Bachelier aurait été l'architecte de ce bâtiment, dont la construction a débuté en 1555. Deux des côtés de la cour comportent une élévation à trois niveaux superposant les trois ordres classiques (ordre ionique, ordre dorique, ordre corinthien) ; il s'agit, avec la Cour Carrée du Louvre construite par Pierre Lescot à partir de 1546, d'une des premières manifestations du classicisme français.

Cet hôtel particulier aurait bien pu être deux fois plus grand si le projet initial avait été respecté. Mais, les voisins ne cédèrent pas aux offres de Pierre d'Assézat, et ne voulurent pas vendre leur terrain.

Pierre d'Assézat, riche industriel textile (pastelier), n'a pas pu en profiter. Il mourut ruiné en 1581 avant même que les travaux ne soient terminés. L'hôtel resta dans la famille Assézat jusqu'en 1761.

La banque Ozenne, qui acheta ce bâtiment au dix-neuvième siècle, le légua bientôt à la ville afin qu'elle y accueille des sociétés savantes. C'est toujours l'une de ses missions aujourd'hui. À partir de 1980, la ville commença la restauration des bâtiments anciens ainsi que la construction d'une extension moderne.

La Fondation Bemberg[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fondation Bemberg.
Entrée de la Fondation Bemberg

L'hôtel d'Assézat accueille en particulier le musée de la Fondation Bemberg. En 1994, Georges Bemberg, riche argentin amateur d'art, prête pour 99 ans à la municipalité la remarquable collection qu'il a réunie (1 100 œuvres réparties entre tableaux, sculptures et objets d'art) afin de la rendre accessible au public. Parmi les objets exposés, la peinture et le dessin occupent une place privilégiée, avec par exemple un ensemble unique de plus de trente toiles de Pierre Bonnard et des œuvres de grands peintres des différentes écoles européennes de peinture, du XVe au XXe siècle (Canaletto, Tiepolo, Francois Boucher, Lucas Cranach[Lequel ?], Titien, Véronèse, Tintoret, Antoon Van Dyck, Claude Monet, Henri de Toulouse-Lautrec, Edgar Degas, Paul Gauguin, Paul Cézanne, Henri Matisse, Pablo Picasso, Georges Braque, Amedeo Modigliani...).

L'union des académies et sociétés savantes[modifier | modifier le code]

Cour intérieure

L'hôtel d'Assézat héberge l'union des académies et des sociétés savantes qui se compose de six compagnies :

  • L'Académie des Jeux floraux : Elle a été fondée en 1323 par sept troubadours dans le but de perpétuer à Toulouse le lyrisme courtois. Depuis leur fondation, les jeux floraux sont célébrés chaque année le 3 mai. Cette académie est considérée comme la plus ancienne société littéraire du monde occidental.
  • La Société archéologique du Midi de la France : elle étudie les monuments du Midi de la France.
  • L'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse : Fondée en 1640, l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse a l'insigne privilège d'être l'aînée de son éminente sœur parisienne, née seulement en 1666. L'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse s'est forgée un renom national et international au travers de l'action de ses membres, dans les domaines de la conservation, de l'enrichissement et de la diffusion du savoir.
  • La Société de médecine, de chirurgie et de pharmacie :
  • La Société de géographie :
  • L'Académie de législation :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Tollon, Hôtels de Toulouse, p. 313-318, dans Congrès archéologique de France. 154e session. Monuments en Toulousain et Comminges. 1996, Société française d'archéologie, Paris, 2002
  • Marcel Sendrail, Pierre de Gorsse, Robert Mesuret, L'Hôtel d'Assézat, Édouard Privat éditeur, Toulouse, 1961

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]