Hôtel Lagorce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Lagorce
Image illustrative de l'article Hôtel Lagorce
Le château de l'Hermine et ses jardins
Nom local Château de l'Hermine
Période ou style Néoclassique
Début construction 1785
Propriétaire initial Propriété privée
Destination initiale Hôtel particulier
Propriétaire actuel Ville de Vannes
Destination actuelle Institut culturel de Bretagne
Coordonnées 47° 39′ 19″ N 2° 45′ 24″ O / 47.655194, -2.75666747° 39′ 19″ Nord 2° 45′ 24″ Ouest / 47.655194, -2.756667  
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Région Bretagne
Département Morbihan
Commune Vannes

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
Hôtel Lagorce

Géolocalisation sur la carte : Vannes

(Voir situation sur carte : Vannes)
Hôtel Lagorce

L'Hôtel Lagorce plus connu sous le nom du Château de l'Hermine est un édifice intégré aux remparts de la ville de Vannes (Morbihan). Construit sur les ruines de l'ancienne forteresse de l'Hermine, résidence des ducs de Bretagne entre le XIVe siècle et le XVIe siècle, l'hôtel Lagorce fut successivement un hôtel particulier, l'école d'artillerie de Vannes, la trésorerie générale, l'école de droit, et est actuellement le siège de plusieurs associations, dont l'Institut culturel de Bretagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’hôtel Lagorce[modifier | modifier le code]

Plan des ruines de l'ancien château de l'Ermine. Pour faire voir la position des deux tours et terrain restant à afféager. Et demandé par le Sieur Julien Lagorce traiteur à Vannes.

L’hôtel Lagorce, plus connu sous le nom de château de l'Hermine est, avec la porte Saint-Vincent et la porte Poterne, un des trois éléments ne faisant pas partie du système fortifié[n 1]. Cet hôtel particulier intégré entre deux courtines est construit sur les ruines de l'ancienne forteresse du duc Jean IV de Bretagne. Ses soubassements sont afféagés en 1785[n 2] à Julien Lagorce, un maître traiteur vannetais qui construit un hôtel particulier en lieu et place de l'ancienne demeure ducale. Lagorce, ruiné, revend l’hôtel en 1802[n 3] à M. Castellot, un négociant lorientais. L'hôtel Lagorce, devenu Castellot puis Jollivet-Castellot est à nouveau cédé à M. Thareau, un entrepreneur vannetais qui, après l'avoir restauré et surélevé en 1854, le rétrocède en 1874 à l'État pour accueillir l’État Major de l'école d'artillerie[1]. L‘aile Est de l'hôtel subit des travaux afin d'être réaménagé en salles de cours. Les murs de refend sont supprimés et des poutrelles métalliques sont posées afin de renforcer la structure de l'édifice.

En 1960, l'hôtel devient le siège de l'administration du Trésor public jusqu'en 1974, date à laquelle la ville de Vannes en fait l'acquisition pour y installer l'école de droit du Morbihan. Depuis 2003, le château de l'Hermine est le siège de l'Institut culturel de Bretagne et abrite les locaux de plusieurs associations. En 2006, les salles du rez-de-chaussée ont été entièrement modernisées pour accueillir des expositions. L'année 2010 est marqué par le départ de la bibliothèque de la Société polymathique du Morbihan. La même année, une association œuvrant à la sauvegarde et à la réhabilitation du château est constituée par un collectif de citoyens vannetais[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le système fortifié est achevé pour sa part avec la construction de l'éperon de la Garenne en 1628
  2. La communauté de ville accorde le terrain sur lequel se trouvent les ruines du château à la date du 18 octobre 1784, l'acte d'afféagement est signé le 14 mai 1785
  3. Le 6 fructidor, an X soit le 24 août 1802 et non en 1803 comme indiqué dans le Bulletin de la Société polymathique du Morbihan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guyot-Jomard, Le Château de l'Hermine (p. 34 à 42), in La ville de Vannes et ses murs, revue des archives municipales et départementales (p. 26 à 176), in Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1887, p. 40 et 41
  2. « Château de l'Hermine. Une association pour la réhabilitation », dans Le Télégramme, 3 juillet 2010 [lire en ligne (page consultée le 14 janvier 2012)]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]