Hôpital de l'Île

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôpital de l'Île
Image illustrative de l'article Hôpital de l'Île
Image illustrative de l'article Hôpital de l'Île
Une partie du complexe hospitalier
Présentation
Coordonnées 46° 56′ 50″ N 7° 25′ 30″ E / 46.947332619069, 7.424869537353546° 56′ 50″ Nord 7° 25′ 30″ Est / 46.947332619069, 7.4248695373535  
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Berne
Adresse Inselspital
3010 Berne
Fondation 1354
Site web [www.insel.ch www.insel.ch]
Organisation
Type Hôpital universitaire
Affiliation Université de Berne
Services
Service d’urgences oui
Nombre de lits 1 000[1]

Géolocalisation sur la carte : canton de Berne

(Voir situation sur carte : canton de Berne)
Géolocalisation sur la carte : Suisse/Canton de Berne

L'Hôpital de l'Île également connu sous le nom de Hôpital universitaire de Berne, en allemand Inselspital ou Universitätsspital Bern, est un important Centre hospitalier universitaire suisse situé à Berne[NB 1]. L'hôpital est lié par un contrat d'état avec le Canton de Berne en ce qui concerne la santé publique[2].

Il est l'un des cinq CHU de Suisse, les autres étant : le Centre hospitalier universitaire vaudois, les Hôpitaux universitaires de Genève, l'Hôpital universitaire de Zürich et l'Hôpital universitaire de Bâle. C'est l'hôpital le plus important du Canton de Berne, notamment dans les traitements de cas complexes.

L'Hôpital de l'Île travaille en collaboration avec la Faculté de médecine de l'Université de Berne dans les domaines de la formation et de la recherche.

Localisation et rayon de compétence[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Île se trouve en ville de Berne en Suisse. Situé dans le quartier de Mattenhof-Weissenbühl, l'hôpital est un grand complexe composé de plusieurs bâtiments généralement affectés à un département, une clinique ou une fonction particulière[3],[4].

Il est l'hôpital principal du Canton de Berne. En effet, selon la Direction de la santé publique, l'Hôpital de l'Île a le rayon de compétences le plus large du Canton. Les hôpitaux régionaux sont des hôpitaux généralistes qui peuvent traiter une majorité des cas, toutefois l'Hôpital de l'Île, en plus d'être généraliste possède tous les services pour le traitement des patients, à l'exception d'un service de réadaptation des toxicomanes. Le tableau suivant compare trois hôpitaux du Canton en montrant les services disponibles, selon la liste cantonale des hôpitaux[5] :

Prestations USI Médecine interne Chirurgie Gynécologie Obstétrique Pédiatrie Psychiatrie Ophtalmologie ORL Dermatologie et vénérologie Radiodiagnostic Méd. physique et réadaptation Gériatrie Service d'urgences Réadaptation des toxicomanes
Hôpital de l'Île Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait
Hôpital régional de Bienne Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait Fait
Hôpital du Jura bernois Fait Fait Fait Fait Fait

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1354 à 1950[modifier | modifier le code]

Fontaine Anna Seiler à Berne
Fontaine Anna Seiler à Berne

L'Hôpital de l'Île est fondé le 23 novembre 1354 grâce au testament d'Anna Seiler, c'est également la première fondation de Suisse[6]. Aux environs de 1350, une épidémie de peste faire rage à Berne avec des conséquences importantes sur la démographie à cette époque[7]. Cette épidémie a certainement contribué à la décision d'Anna Seiler de fonder, par son testament, l'Hôpital de l'Île[8].

« Sachant que rien n’est plus sûr que la mort et rien plus incertain que l’heure de la mort, moi, Anna Seiler, nullement contrainte par la perfidie de quiconque, mais saine de corps et d’esprit et après mûre réflexion ainsi qu’avec l’avis et l’autorisation du maire, du Conseil et du Grand Conseil, uniquement pour l’amour de Dieu et le salut et le repos de mes ancêtres et de tous les croyants, …ai procédé à la fondation d’un hôpital perpétuel. Je souhaite que dans cet hôpital treize lits soient mis constamment à disposition des personnes nécessiteuses et que trois autres personnes honorables veillent sans relâche sur les pauvres malades alités… »

— Anna Seiler, Traduction d'un extrait du testament[1]

Le premier exemplaire de son testament est détenu par la Fondation de l'Hôpital de l'Île, en allemand l'Inselspital-Stiftung[9], le second exemplaire se trouve aux archives cantonales de Berne[10]. À cette époque, Anna Seiler s'occupait des malades de l'« Hôpital des prédicateurs ». Lors de son décès, l'hôpital de l'actuelle Rue de l'Arsenal, en allemand Zeughausgasse, a été renommé Hôpital Seiler[8]. L'Hôpital de l'Île tient son nom du second emplacement de l'Hôpital Seiler, un couvent dominicain nommé St-Michel-en-l'Île, qui se tenait au lieu ou se trouve actuellement le Palais fédéral[8].

L'hôpital est entièrement détruit par un incendie en 1713. La reconstruction démarre 5 ans plus tard au même endroit pour s'achever en 1724[8]. Entre 1798 et 1809, l'hôpital sert d'hôpital militaire aux troupes de Napoléon et ne peut donc plus s'occuper des patients civils. L'hôpital perd également son indépendance en raison de l'appropriation du patrimoine par le Canton de Berne[8].

En 1841, l'Hôpital de l'Île et le Canton de Berne mettent en place un contrat de dotation qui définit les droits et obligations respectifs. À partir de ce moment, l'hôpital commence à former des étudiants en médecine[8]. Les capacités d'accueil de l'hôpital étant dépassées et ne suffisant plus à répondre à l'afflux de patients, un nouveau bâtiment est érigé à la zone du champ de la croix, en allemand Kreuzmatt-Areal, sur un terrain mis à disposition par la fondation en 1884. Les capacités de ce dernier seront également rapidement atteintes[8].

De 1950 à nos jours[modifier | modifier le code]

Bettenhochhaus
Bettenhochhaus

Entre 1958 et 1978, une grande partie des locaux de 1884 sont démolis. L'hôpital commence à prendre sa forme actuelle avec la construction d'un bâtiment pour l'hébergement des patients, le Bettenhochhaus, - littéralement la maison haute pour les lits -, le bloc opératoire, les logements du personnel, la policlinique 1 et la nouvelle unité pour les enfants[8]. La première transplantation rénale de Suisse a eu lieu à Berne en 1963 et en 1983 la première transplantation hépatique[11]. En 1989, l'Hôpital de l'Île devient le premier hôpital à mettre sur pied un poste à plein temps de coordination des transplantations[11].

En 1990, l'hôpital se restructure et poursuit désormais un nouvel objectif, celui de faire des bénéfices grâce à une gestion globale[8].

En 2010, le Centre de transplantation de Berne, faisant partie de l'Hôpital de l'Île, reçoit l'autorisation d'effectuer des greffes de la main[11]. Depuis 2011, les hélicoptères de la Rega ont la possibilité d'atterir à l'Hôpital de l'Île grâce à la navigation par satellite, facilitant ainsi l'accès en cas de mauvaises conditions météorologiques[12].

Le 2 mai 2013 est inauguré la nouvelle annexe au bâtiment historique de la pharmacie de l'hôpital. Le bâtiment principal, construit il y a plus de 100 ans, a également été rénové. Grâce à cette annexe, la surface de la pharmacie a été doublée. La nouvelle infrastructure est conforme aux normes légales de production stérile des produits pharmaceutiques. Le coût total des travaux est d'environ 45,5 millions de francs suisses[13].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Île est dirigé par une direction composée de personnes responsables d'un domaine de l'hôpital (directeur médical, administratif, ressources humaines, etc.). Actuellement, sont à la tête du complexe hospitalier Holger Baumann, président du Comité de direction (anciennement par le Docteur Urs Birchler) et le Professeur Docteur Andreas Tobler, directeur médical et vice-président[14]. Le comité de direction est composé de huit personnes. Cependant, le doyen de la Faculté de médecine n'a qu'une voix consultative. La commission de direction élargie se compose du comité de direction et des neuf responsables de départements ainsi que du président de la Clinique universitaire de médecine interne[15].

Le doyen de la faculté de médecine à la possibilité de participer aux séances du comité de direction à titre consultatif. Le Professeur Docteur Peter Eggli est actuellement à la tête de la faculté de médecine de l'Université de Berne[16].

Départements et centres spécialisés[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Île est structurée en 10 départements[17] :

L'hôpital est également composé de plusieurs centres spécialisés[18] :

Département des soins intensifs, médecine d'urgence et anesthésie-réanimation[modifier | modifier le code]

Le Département des soins intensifs, médecine d'urgence et anesthésie-réanimation est composé de trois cliniques, la Clinique universitaire pour l'anesthésie-réanimation et thérapie de la douleur, la Clinique universitaire de médecine intensive et le Centre universitaire d'urgences[19].

La Clinique universitaire pour l'anesthésie-réanimation se charge des parties opératoire, de diagnostics mais également de conservation de l'anesthésie. Elle fournit des thérapies contre la douleur à tous les patients, mais également des diagnostics et traitements aux patients souffrant de douleurs chroniques. La clinique est dirigée par le Professeur Docteur Frank Stüber.

La Clinique universitaire de médecine intensive s'occupe des soins de réanimation. En 2012, elle a traité plus de 5 600 patients. Le Professeur Docteur Jukka Takala est directeur et médecin-chef de la clinique.

Le Centre universitaire d'urgences est un centre spécialisé dans l'accueil et le traitement des urgences. Son rôle est de prendre en charge les personnes se présentant spontanément ou étant amenées par une ambulance afin de les traiter de manière ambulatoire ou de les rediriger vers un autre service si nécessaire. Ce genre de service est ouvert tous les jours, 24 heures sur 24. Le Centre d'urgences est dirigé par le Professeur Docteur Aristomenis Exadaktylos.

Département pour femmes, enfants et endocrinologie[modifier | modifier le code]

Le département pour femmes, enfants et endocrinologie est composé de quatre cliniques distinctes : la clinique universitaire de gynécologie, la clinique universitaire de pédiatrie, la clinique universitaire de chirurgie pédiatrique et la clinique universitaire d'endocrinologie, de diabétologie et de nutrition médicale[19].

La clinique universitaire de gynécologie est chargée des divers maladies et événements spécifiquement liés à la femme, allant du cancer de la poitrine à la naissance. La clinique a vu naître 1 450 enfants en 2012, un chiffre jamais atteint depuis 32 ans. Elle effectue également 50 000 consultations par an. Elle est sous la direction des Professeurs Docteurs Michael Mueller et Daniel Surbek.

La clinique universitaire de pédiatrie se charge des soins sur les enfants depuis la naissance jusqu'à la période postpubertaire, en général jusqu'à l'âge de 18 ans. Cette clinique travaille en étroite collaboration avec les autres départements pour les cas nécessitant une expertise plus précise dans un domaine. Elle est dirigée par le Professeur Docteur Christoph Aebi.

La clinique universitaire de chirurgie pédiatrique prend en charge les enfants, selon le même critère que ci-dessus, lors d'opérations chirurgicales. La clinique peut également accueillir des patients d'autres hôpitaux qui ont besoin de soins plus pointus qui ne peuvent être fournis dans un hôpital régional. La clinique est sous la responsabilité du PD Docteur Steffen Berger.

La clinique universitaire d'endocrinologie, de diabétologie et de nutrition médicale se charge des patients souffrant de problèmes et de maladies endocrinologiques, de diabète, de maladies métaboliques et de nutrition. Le Professeur Docteur Peter Diem est à la tête de cette clinique.

Département de dermatologie, d'urologie, de rhumatologie, de néphrologie et de physiothérapie[modifier | modifier le code]

Le Département de dermatologie, d'urologie, de rhumatologie, de néphrologie et de physiothérapie est composé de cinq cliniques, la Clinique universitaire de dermatologie, la Clinique universitaire d'urologie, la Clinique universitaire de rhumatologie, d'immunologie clinique et d'allergologie, la Clinique universitaire de néphrologie et d'hypertonie et la Clinique universitaire de physiothérapie[19].

La Clinique universitaire de dermatologie prend en charge tout le spectre des maladies de la peau, des muqueuses, des cheveux, des ongles et les infections sexuellement transmissibles. Les spécialités sont les tumeurs de la peau, les traitements au laser, les maladies des cheveux et des ongles ainsi que les maladies infectieuses auto-immunes de la peau. De plus, elle dispose d'un centre de compétences national pour l'épidermolyse bulleuse dystrophique. La clinique travaille en collaboration avec l'Hôpital cantonal de Fribourg et l'Hôpital bourgeois de Soleure, en allemand Bürgerspital. La clinique est sous la direction du Professeur Docteur Luca Borradori.

La Clinique universitaire d'urologie s'occupe des maladies et blessures de l'appareil urinaire et de l'organe génital masculin, depuis le diagnostic à la thérapie et le suivi post-soins. Le Professeur Docteur George Thalmann est directeur et médecin-chef de la clinique.

Département de cardiologie[modifier | modifier le code]

Département de chirurgie orthopédique et plastique[modifier | modifier le code]

Département de neurologie[modifier | modifier le code]

Département d'hématologie, d'oncologie, d'infectiologie, de biologie médicale et de pharmacie hospitalière[modifier | modifier le code]

Département des maladies de l'estomac, de l'intestin, du foie et du poumon[modifier | modifier le code]

Département de radiologie, de neuroradiologie et de médecine nucléaire[modifier | modifier le code]

Médecine interne[modifier | modifier le code]

Centre de cardiologie[modifier | modifier le code]

Centre de neurologie[modifier | modifier le code]

Centre des tumeurs[modifier | modifier le code]

Centre de médecine du sommeil[modifier | modifier le code]

Centre de transplantation[modifier | modifier le code]

Le Centre de transplantation de Berne à la possibilité de faire des transplantations cardiaques, hépatiques, rénale, cornéennes et des Greffes d'îlots de Langerhans. Depuis 2010, le centre a également l'autorisation de mener des greffes de la main[11].

Le Centre réalise dix à quinze transplantations cardiaques sur tous types de personnes par année. Dans le domaine cardiaque, l'Hôpital de l'Île collabore avec l'Hôpital universitaire de Bâle. Vingt à trente transplantations hépatiques sont menées chaque année, de même que 45 transplantations rénales sur des adultes et environ 3 sur des enfants. Concernant les greffes d'îlots de Langerhans qui sont beaucoup plus rares, il existe un accord de collaboration avec les Hôpitaux universitaires de Genève. En ce qui concerne les cornées, ce sont près de 90 greffes annuelles ainsi que 30 greffes d'amnios. L'hôpital prévoit une à deux greffes des mains par année[11].

Recherche[modifier | modifier le code]

Département de recherche clinique[modifier | modifier le code]

Le Département de recherche clinique (DRC) de l'Hôpital universitaire de Berne met à disposition des chercheurs de l'hôpital l'infrastructure afin de mener des recherches. Le département est un institut de la Faculté de médecine de l'université de Berne. Plus de 49 groupes de chercheurs sont ralliés au DRC[20],[21].

Les recherches se portent sur un large éventail de domaines du biomédical[20],[22]. Un des principaux buts du département est de créer un lien entre la recherche clinique et la recherche sur la personne humaine[21]. Le DRC est actuellement dirigé par le Professeur Docteur Hugues Abriel[21].

Unité de recherche clinique[modifier | modifier le code]

L'Unité de recherche clinique, ou en anglais Clinical Investigation Unit (CIU), est une unité spécialisée dans les essais cliniques faisant partie du Département de recherche clinique[23].

Cette unité prépare et réalise les phases I-IV des essais cliniques[23].

Unité d'essais cliniques[modifier | modifier le code]

L'Unité d'essais cliniques, en anglais Clinical Trials Unit (CTU), est un centre de compétences consacré à la recherche clinique également relié au Département de recherches cliniques[24]. Cette unité était soutenue de 2007 à 2012 par le Fonds national suisse de la recherche scientifique qui avait lancé un programme de financement pour la recherche clinique orientée vers les patients. En 2012, il a été décidé d'intégrer le CTU au sein du DRC de l'Hôpital de l'Île[25].

Les recherches fournissent principalement des informations sur : la genèse des maladies, l'épidémiologie, la prévention, le diagnostic, les traitements et la rééducation[24].

Centre de recherches en ingéniérie biomédicale pour les organes articiels[modifier | modifier le code]

Le Centre de recherches en ingéniérie biomédicale pour les organes articiels, en anglais Artificial Organ Center for Biomedical Engineering Research (ARTORG), est un centre de Génie biomédical fondé par l'Université de Berne et lié à la Faculté de médecine. Le centre est spécialisé dans la recherche, le développement et l'amélioration des organes artificiels[26].

Les groupes de recherches s'occupent notamment des organes et thèmes suivants[26] :

La recherche et l'amélioration à l'ARTORG se passe sur la basse de la coopération entre différents cliniciens et technologues de l'industrie du génie biomédical et d'autres institution technologiques suisses[26].

Formation[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Île forme également des jeunes dans douze domaines. En 2012, 204 apprentis étaient formés dans des fonctions variées telles que : infirmiers, employés de commerce, cuisiniers, logisticiens, etc.

En tant que Hôpital universitaire, et selon l'accord avec l'Université de Berne, l'Hôpital de l'Île occupe également 202 étudiants en médecine ou dans les divers domaines de la santé[19].

Il travaille également en collaboration avec d'autres écoles suisses, notamment la Hauté école spécialisée de Berne, dans divers domaines. Via le centre de recherche ARTORG, elle participe à la formation du Master en ingéniérie biomédicale et au programme de formation doctorale (PhD) pour les sciences cellulaires et médicales, en anglais Graduate School for Cellular and Medical Sciences[26].

Données statistiques[modifier | modifier le code]

Hospitalisations[modifier | modifier le code]

L'Hôpital de l'Île dispose de 1 000 lits et traitent plus de 200 000 personnes en hospitalisation ambulatoire par année ainsi que près de 40 000 en hospitalisation ou en hospitalisation semi-ambulatoire[1]. On remarque que le nombre d'hospitalisations est stable d'année en année. En revanche, la durée moyenne des hospitalisations diminue[NB 2].

     2008[27] 2009[28] 2010[29] 2011[30] 2012[19]
Hospitalisations 37 488 38 437 38 083 38 386 37 826
Nuits d'hospitalisation 295 247 292 699 294 115 296 785 254 987
Durée moyenne d'hospitalisation (en jours) 7,9 7,6 7,7 7,7 6,6
Nombres de cas au Département de médecine générale interne 2 921 3 308 3 645
Nombres de cas au Département de cardiologie 4 013 3 977 3 817
Naissances 1 450

Personnel[modifier | modifier le code]

En 2012, l'Hôpital de l'Île emploie 7 747 personnes, tous domaines confondus, ce qui représente 5 853 emplois à plein temps. Le groupe d'employés le plus important est le personnel soignant, fort de 2 279 personnes, suivi des médecins, 989, puis du personnel administratif, 953. Le reste des employés sont répartis dans divers groupes tels que : techniciens médicaux, personnel thérapeutique, personnel académique et entretien.

Le personnel est composé à 75% de femmes et à 25% d'hommes. L'âge moyen du personnel, sans le personnel en formation est de 41 ans[19].

Finances[modifier | modifier le code]

L’Hôpital de l'Île est un cas particulier dans le domaine hospitalier, en effet, dès 1990, un objectif à atteindre est de réaliser des bénéfices. Ce qui est plutôt rare dans ce domaine d'activité[8]. L’Hôpital de l'Île a réalisé un chiffre d'affaires de 1,19 milliards de francs suisses en 2012 pour un bénéfice final de 27,6 millions de francs[19].

Les Hôpitaux universitaires de Suisse ont critiqué le nouveau système tarifaire introduit en 2012 dans toute la Suisse, car selon ces tarifs, le traitement de certains patients est lié à des pertes directes non prises en charge par l'assurance maladie. En effet, en tant qu'hôpitaux universitaires, ils sont chargés de cas complexes qui sortent de la norme prise en compte dans les grilles tarifaires. L'Hôpital de l'Île, même s'il peut déjà affirmer que ce problème le concerne, ne communiquera ses conclusions qu'après une année et demie d'utilisation du système[31].

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Emil Theodor Kocher a été professeur ordinaire de chirurgie et directeur de la clinique universitaire de chirurgie à Berne dès 1872. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1909 « pour ses travaux sur la physiologie, la pathologie et la chirurgie de la glande thyroïde »[32].

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Fritz Leu, L'Hôpital de l'Île : Histoire de l'Hôpital universitaire de Berne, 1954-2004 [« Das Inselspital: Geschichte des Universitätsspitals Bern, 1954–2004 »], Thun/Gwatt,‎ 2006 (ISBN 3-909532-36-5)
  • (de) Elisabeth Rüedi, Les soins et le management des soins en changement continuel [« Die Pflege und das Pflegemanagement in ständigem Wandel. Geschichte der Krankenpflege im Inselspital 1954-2004 »], Zürich, Société suisse pour la politique de la santé SSPS,‎ 2008 (ISBN 978-3-85707-093-8)
  • (de) Fritz Leu, Analyse d'innovation pour le système "Hôpital universitaire de Berne [« Innovationsanalyse für das System "Universitätsspital Bern »], Berne, Société suisse pour la politique de la santé SSPS,‎ 2011 (ISBN 978-3-85707-110-2)
  • (de) Stefan Weigel et Paul Messerli, La signification économique régionale de l'Hôpital de l'Île [« Die regionalwirtschaftliche Bedeutung des Inselspitals »], Berne,‎ 2011 (ISBN 978-3-85707-109-65[à vérifier : ISBN invalide])

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les informations de cet article, telles que personnes dirigeant l'hôpital, chiffre d'affaires, nombre d'employés, etc. sont des informations valables au moment de l'écriture. Elles devraient être régulièrement mises à jour. Les informations de cet article sont actuellement celles disponibles à début juin 2013.
  2. Les informations disponibles ne sont pas identiques dans le rapport de gestion d'années en années, c'est pourquoi certaines cases restent vides.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Inselspital, « Dépliant d'informations »,‎ 2008 (consulté le 16 juillet 2013)
  2. (de) Inselspital, « Direction médicale » (consulté le 1er juillet 2013)
  3. Google, « L'Hôpital de l'Île sur Google Maps » (consulté le 10 juillet 2013)
  4. Inselspital, « Plan de situation de l'Inselspital » (consulté le 10 juillet 2013)
  5. Canton de Berne, « Liste des hôpitaux du Canton de Berne » (consulté le 10 juillet 2013)
  6. Etienne Eichenberger, « 10 faits que vous ne savez (probablement) pas sur la philanthropie en Suisse », Bilan,‎ 2013-06-17 (lire en ligne)
  7. Roger Seiler, « Peste » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 2011-01-11. consulté le = 2013-06-26
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Inselspital, « Origine de l'Inselspital » (consulté le 26 juin 2013)
  9. Inselspital, « Testament d'Anna Seiler à l'Inselspital-Stiftung » (consulté le 26 juin 2013)
  10. (de) Canton de Berne, « Testament d'Anna Seiler aux archives cantonales de Berne » (consulté le 26 juin 2013)
  11. a, b, c, d et e Office fédéral de la santé publique OFSP, « Centre de transplantation de Berne » (consulté le 1er juillet 2013)
  12. Rega, « Communiqué de Rega » (consulté le 1er juillet 2013)
  13. Canton de Berne, « Communiqué de presse pour la rénovation et l'inauguration de la nouvelle annexe de la pharmacie de l'Inselspital »,‎ 2 mai 2013 (consulté le 1er juillet 2013)
  14. http://www.insel.ch/de/inselspital/organisation/geschaeftsleitung/
  15. Inselspital, « Direction élargie de l'Hôpital de l'Île » (consulté le 1er juillet 2013)
  16. Université de Berne, « Doyen de l'Université de Berne » (consulté le 1er juillet 2013)
  17. (de) Inselspital, « Organigramme de l'Hôpital de l'Île » (consulté le 1er juillet 2013)
  18. Inselspital, « Liste des centres spécialisés de l'Hôpital de l'Île » (consulté le 1er juillet 2013)
  19. a, b, c, d, e, f et g (de) Inselspital, « Rapport de gestion 2012 » (consulté le 26 juin 2013)
  20. a et b Inselspital, « Département de recherche clinique de l'Hôpital de l'Île » (consulté le 1er juillet 2013)
  21. a, b et c (de) Université de Berne, « Département de recherche clinique de l'Université de Berne » (consulté le 1er juillet 2013)
  22. (de) Université de Berne, « Liste des domaines de recherches et chercheurs du DRC » (consulté le 26 juin 2013)
  23. a et b Inselspital, « Département de recherche clinique de l'Hôpital de l'Île » (consulté le 26 juin 2013)
  24. a et b Inselspital, « Clinical Trials Unit » (consulté le 26 juin 2013)
  25. (en) Université de Berne, « Présentation du CTU » (consulté le 26 juin 2013)
  26. a, b, c et d Inselspital, « ARTORG sur insel.ch » (consulté le 26 juin 2013)
  27. (de) Inselspital, « Rapport de gestion 2008 » (consulté le 26 juin 2013)
  28. (de) Inselspital, « Rapport de gestion 2009 » (consulté le 26 juin 2013)
  29. (de) Inselspital, « Rapport de gestion 2010 » (consulté le 26 juin 2013)
  30. (de) Inselspital, « Rapport de gestion 2011 » (consulté le 26 juin 2013)
  31. (de) Matthias Raaflaub, « L'Hôpital de l'Île fait des pertes avec les cas les plus chers », Der Bund,‎ 2013-06-22 (lire en ligne)
  32. (en) Fondation Nobel, « Theodor Kocher sur le site du [[Prix Nobel]], la biographie présentée a été écrit lors de la remise du prix, publié pour la première fois dans la série de livres « Les prix Nobel ». Il a par la suite été édité et republié dans « Nobel Lectures ». » (consulté le 27 juin 2013)