Hérode de Chalcis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monnaie de Hérode de Chalcis le représentant avec son frère Hérode Agrippa Ier couronnant l'empereur Claude.

Hérode de Chalcis (mort en 48), aussi connu sous le nom d'Hérode V, est le fils d'Aristobule IV, le petit-fils d'Hérode le Grand[1]. Lorsque l'empereur Claude accède au pouvoir (41), il est nommé roi de Chalcis, région sous domination romaine située entre le Liban et l'Anti-Liban. Il est le frère d'Hérode Agrippa Ier et d'Hérodiade[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En janvier 41[2], Claude devient empereur avec l'aide de son frère Agrippa Ier[2],[3]. Pour le récompenser il est immédiatement fait roi de Judée[4]. Pour sa part Hérode est fait roi de Chalcis — aujourd'hui Anjar, dans la plaine libanaise de la Bekaa — sur lequel régnait son frère jusque là[4]. Il reçoit aussi le titre de préteur.

Après la mort de son frère Hérode Agrippa Ier (vers 44), la Judée redevient une province romaine, désormais administrée par un procurateur[5]. Hérode succède toutefois à son frère comme inspecteur du Temple de Jérusalem, avec pouvoir de destituer et de nommer les grands prêtres. Il joue aussi le rôle d'intercesseur en faveur des Juifs auprès de l'empereur[6].

Sa première femme est sa cousine Mariamne[7], qui lui donne un fils nommé Aristobule, qui devient roi d'Arménie Mineure vers 55[8]. Devenu veuf, il épouse (vers 46) sa nièce Bérénice âgée de 18-20 ans, qui est elle aussi déjà veuve de Marcus Alexander, neveu du philosophe Philon d'Alexandrie et frère de Tibère Alexandre[4], alors procurateur de Judée (46 -48)[9]. Bérénice lui donne deux fils Bérénicien et Hyrcan[10].

Après sa mort (en 48[8]) son royaume est donné par l'empereur Claude, à son neveu Hérode Agrippa II.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
Hérode le Grand
 
 
 
Mariamne l'Hasmonéenne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérénice, fille de Salomé, sœur d'Hérode le Grand
 
Aristobule IV
 
Alexandre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hérode Agrippa Ier
 
Aristobule le Mineur
 
Mariamne
 
Hérodiade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hérode de Chalcis
 
Bérénice
 
Hérode Agrippa II
 
Mariamne
 
Drusilla
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bérénicien
 
Hyrcan


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Edmondo Lupieri, «Radicalizzazione dell'osservanza e aperture ai non giudei (da Pompeo a Nerone)», in G. Filoramo e D. Menozzi, Storia del cristianesimo - L'antichità; p. 26–9, Editori Laterza,‎ 2002.
  • Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion, Paris, 2011 (ISBN 9782756404721).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christian-Georges Schwentzel, "Hérode le Grand", Pygmalion, Paris, 2011, p. 225.
  2. a et b (en) Major, A., Was He Pushed or Did He Leap? Claudius' Ascent to Power, Ancient History, 22 (1992), p. 25–31.
  3. Mireille Hadas-Lebel, Rome, la Judée et les Juifs, éd. Picard, 2009, p. 85.
  4. a, b et c Christian-Georges Schwentzel, "Hérode le Grand", Pygmalion, Paris, 2011, p. 231.
  5. Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion, 2011, Paris, p. 253.
  6. Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, éd. Pygmalion, 2011, p. 232
  7. Mariamne était « fille de Joseph II (neveu d'Hérode le Grand) et d’Olympias, fille d'Hérode le Grand (Ant., XVIII, 134) » cf. S. Reinach et J. Weill E. Leroux, Guerre des Juifs, livre II, note 114.
  8. a et b Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion, Paris, 2011, p. 255.
  9. Jean-Pierre Lémonon, Ponce Pilate, éd. Atelier, 2007, p.  264.
  10. Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, livre II, § XI, 6, (218s).

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]