Héraklion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Héraklion (homonymie).
Héraklion
(el) Ηράκλειο
Le vieux port
Le vieux port
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Crète
District régional Héraklion
Dème Dème d'Héraklion
Maire Yannis Kourakis (el)
(PASOK)
Code postal 70x xx, 71x xx, 720 xx
Indicatif téléphonique 2810
Immatriculation HK, HP
Démographie
Population 140 730 hab. (2011[1])
Densité 1 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 20′ 00″ N 25° 00′ 48″ E / 35.33333, 25.01333335° 20′ 00″ Nord 25° 00′ 48″ Est / 35.33333, 25.013333  
Altitude 40 m
Superficie 12 000 ha = 120 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Crète

Voir sur la carte administrative de Crète
City locator 14.svg
Héraklion

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Héraklion

Géolocalisation sur la carte : Grèce

Voir la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Héraklion
Liens
Site web http://www.heraklion-city.gr

Héraklion (du grec ancien Ἡράκλειον / Hêrákleion), ou Iráklio (du grec moderne Ηράκλειο / Iráklio), appelée anciennement Al Ḫandaq (الخندق) par les Arabes, Candie (Χάνδαξ / Chándax) ou Megálo Kástro (Μεγάλο Κάστρο)[2], est une ville grecque située sur la côte nord, au centre de l'île de Crète. Elle est le chef-lieu du dème d'Héraklion, du district régional d'Héraklion, et la capitale de la périphérie de Crète, mais aussi celle du diocèse décentralisé du même nom.

Carte d'identité[modifier | modifier le code]

  • Population : 151 324 habitants (agglomération) ; 140 730 habitants au recensement de 2011 (ville)
  • Coordonnées : 35° 33' 30 Nord ; 25° 13' 30 Est ;
  • Altitude : variée - de 0 m à 811 m (sur le mont Iouchtas au sud de la ville). Au centre ville stricto sensu l'altitude moyenne est de 40 m;
  • Surface : 120 km²
  • Chef-lieu de la périphérie (région administrative) de Crète (Periféria Krítis, Περιφέρεια Κρήτης)
  • Chef-lieu du district régional d'Héraklion (Periferiakí Enótita Iraklíou, Περιφερειακή ενότητα Ηρακλείου)
  • Chef-lieu du dème d'Héraklion (Dímos Iraklíou, Δήμος Ηρακλείου)
  • Ancien chef lieu de la province de Temenos (Eparchia Temenous, επαρχία Τεμένου)
  • Maire : Yannis Kourakis (el) (parti PASOK)

Histoire[modifier | modifier le code]

Époques archaïque, classique et hellénistique[modifier | modifier le code]

La ville d’Héraklion fut fondée à l'époque archaïque, elle tire son nom du héros grec Héraclès, auquel les Crétois avaient voué un culte en ce lieu. Si l'emplacement du sanctuaire d'Héraclès nous est encore inconnu aujourd'hui, nous savons, par différentes fouilles, que la cité à l'époque archaïque n'était pas très étendue : on a retrouvé des traces d'occupation datant de cette époque dans le quartier de la ville environnant le musée archéologique. Les textes antiques évoquant Héraklion sont peu nombreux :

  • Strabon (Géographie X, 476, 7) dit ceci : « Knossos a pour port Héraklion »
  • Pline l'Ancien (Histoire naturelle IV, 12, 59) évoque lui aussi la cité comme l'extension maritime de Knossos.
  • Claude Ptolémée (Géographie III, 15, 4, 5) lorsqu'il énumère les cités du nord de la Crète parle d'Héraklion.
  • Sous le règne de Dèce (249-251 après J.-C.), un des dix saints martyrs de l'Église de Crète, répondant au nom d'Euarèstos, a pour lieu de naissance la ville d'Héraklion.

Le territoire de la cité a semble-t-il très peu évolué au cours de l'époque classique et hellénistique. Cnossos demeure la plus grande cité du centre nord de la Crète jusqu’à la fin de l’époque romaine.

Occupation romaine[modifier | modifier le code]

Périodes byzantines et occupation arabe[modifier | modifier le code]

Première période byzantine (de 395 à 824)[modifier | modifier le code]

Même s'il n'y a aucune discontinuité politique entre l'Empire romain et l'Empire dit byzantin on parle aujourd'hui pour la période allant de 395 à 824 de première période byzantine. C'est à cette époque que s'opère la fin de la christianisation de l'île. Héraklion, alors nommé Kastro (le château, en grec moderne: Κάστρο), joue durant cette première période byzantine qu'un rôle très secondaire; sur l'île, les vrais centres politiques et religieux sont, comme à l'époque romaine, Cnossos et Gortyne. Pendant cette première période byzantine, Héraklion, comme d'autres villes de Crète, est régulièrement pillée par les pirates.

Occupation arabe (de 824 à 961)[modifier | modifier le code]

Occupé en 824 par des rebelles maures expulsés d'abord de l'émirat de Cordoue par al-Hakam Ier en, puis d'Alexandrie, qu'ils avaient conquise en 818, le Kastro byzantin est renommé El Khandak (en arabe, خندق). Ce terme qui signifie « fossé », tire son origine du fossé défensif creusé pour défendre la cité.

Jusqu'en 961, la ville se développa grâce à la piraterie contre l'empire byzantin, car les Arabes qui l'occupaient ne dépendaient d'aucune autre faction du monde musulman et par conséquent ne se souciaient pas de diplomatie.

Cette activité leur coûta néanmoins l'indépendance et bien plus, puisqu'après onze mois de siège, en 961, le général byzantin Nicéphore Phocas, futur empereur, reconquit la ville, la pilla, massacra l'ensemble des Arabes, et la réduisit en cendres.

Deuxième période byzantine (de 961 à 1204)[modifier | modifier le code]

Occupation vénitienne[modifier | modifier le code]

En 1204, les Vénitiens achetèrent l'île de Crète à Boniface de Montferrat et ils modifièrent le nom arabe de la capitale crétoise El Khandak en Candie (Candia en italien), nom qu'elle conserva dans la diplomatie européenne jusqu'en 1898. Les Vénitiens améliorèrent grandement ses fortifications, et de nos jours, on peut encore voir le rempart qui fait par endroits quarante mètres d'épaisseur et la forteresse protégeant l'entrée du port.

Occupation ottomane[modifier | modifier le code]

Vue d'Héraklion, alors appelée Candie, en 1669 peu avant que les Vénitiens ne rendent la ville aux Turcs.

Le 27 septembre 1669, après vingt-deux ans de siège, probablement le plus long de toute l'Histoire, qui coûtèrent la vie à 30 000 Crétois et 120 000 Turcs, l'amiral vénitien Francesco Morosini se rendit à l'Ottoman Ahmed Koprolu, et la ville passa sous domination ottomane.

Jusqu'en 1898, ce fut surtout une place forte (les Ottomans la nommaient Kandiye, les Grecs Megálo Kástro-la grande forteresse) et son activité économique déclina, au profit de La Canée. Il fallut donc attendre l'indépendance de la Crète sous l'égide de la communauté internationale pour relancer le tout.

De l’autonomie à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Après le rattachement de la Crète à la Grèce en 1913, la population crétoise composée principalement de Turcs et de Grecs ne changea guère jusqu'en 1922. Après la "Grande Catastrophe", en Asie mineure, en 1922, fut décidé l'échange de population entre Grecs d'Asie et Turcs (principalement les turco-crétois). La population musulmane de l'île fut ainsi obligée de partir, vidant Héraklion et sa région de près de la moitié de sa population. L'installation des Micrasiates, Grecs d'Anatolie, a posé cependant de nombreux problèmes d'intégration — les Crétois de souche acceptant mal l'arrivée de cette population aux mœurs différentes des leurs. Selon les registres de la ville, 17 463 réfugiés d'Asie Mineure ont été enregistrés à Héraklion entre le 12 décembre 1922 et le 31 octobre 1923[3]. À cette importante population s'ajoute celle venue du Pont-Euxin, évaluée pour la municipalité d'Héraklion à 2550 personnes.

Administrations[modifier | modifier le code]

Héraklion accueille l'ENISA (acronyme anglais de European Network and Information Security Agency soit l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information).

Vue panoramique de Héraklion

Culture, curiosités touristiques[modifier | modifier le code]

Le port d'Heraklion
L'église Agia Aikaterini du Sinaï
La loggia vénitienne

L'urbanisme d'Héraklion déroute quelque peu. Au centre de la ville se côtoient églises byzantines, palais vénitiens, fontaines turques, bâtiments néoclassiques et immeubles de béton construits dans les années 1950. Détruite à plusieurs reprises, notamment en août 1898 et durant la seconde guerre mondiale, Héraklion a eu les pires difficultés à gérer son développement. Pendant la junte militaire, des bâtiments vénitiens pourtant dans un état parfait ont été rasés[4]. La notion de patrimoine architectural n'est entrée que très récemment dans la mentalité hérakliote. La préparation des Jeux olympiques d'été de 2004[5] et l'accession à la mairie de Giannis Kourakis ont énormément fait évoluer le paysage urbain d'Héraklion. Une partie du centre-ville est désormais piéton, les câbles électriques et téléphoniques sont systématiquement enterrés. Un effort considérable a été fourni pour améliorer le cadre de vie citadin.

Monuments et sites protohistoriques[modifier | modifier le code]

Monuments byzantins[modifier | modifier le code]

  • Église de Aghia Aikaterini

Monuments vénitiens[modifier | modifier le code]

  • Vieux port où subsistent quelques éléments de l'arsenal vénitien dont la forteresse de Koules
  • Église Saint-Marc (servant aujourd'hui de pinacothèque municipale)
  • Monastère Saint-Pierre-et-Saint-Paul (du XIIIe siècle)
  • Église Saint-Tite (construite à l'époque byzantine puis profondément remaniée au XVe siècle par les Vénitiens)
  • Loggia vénitienne (quatre loggias se sont succédé au même endroit. Celle qui accueille, aujourd'hui, le conseil municipal date de 1628)
  • La Candie vénitienne était réputée pour son système d'approvisionnement en eau (aqueducs) et les nombreuses fontaines érigées par les familles aristocratiques de la ville
    • La fontaine Bébo (Krini Bebo, Κρίνη Μπέμπο)
    • La fontaine Morosini (Krini Morozini, Κρίνη Μοροζίνη)
    • La fontaine Sagredo (Krini Sagredo, Κρίνη Σαγρέντο)
    • La fontaine Priuli (Krini Priouli, Κρίνη Πριούλι)

Monuments modernes[modifier | modifier le code]

  • Place de la Liberté (Platia Eleftherias, Πλατεία Ελευθερίας), centre de la vie des Hérakliotes.

Musées[modifier | modifier le code]

Déesse aux serpents minoéenne
  • Musée archéologique d'Héraklion (Archeologiko Moussio, Αρχαιολογικό μουσείο). Reconstruit après le tremblement de terre de 1951, le musée archéologique d'Héraklion abrite la plus importante collection au monde d'objets minoens. Une grande partie des fresques de Knossos y est conservée (une autre partie se trouvant au musée national archéologique d'Athènes). On peut y apercevoir des artefacts, en provenance de toute la Crète, datant de l'époque néolithique à l'époque romaine. Le musée a fonctionné au ralenti durant presque 10 ans en raison d’importants travaux d'entretien,et d'agrandissement. Il a rouvert intégralement ses portes en mai 2014.
  • Musée d'histoire naturelle (Moussio fysikis istorias, Μουσείο φυσικής ιστορίας) sur la faune et la flore de Crète.
  • Musée historique (Istoriko Moussio Kritis, Ιστορικό Μουσείο Κρήτης). Ce musée complète historiquement le musée archéologique. Il accueille des objets de Crète de l'époque romaine tardive au XXe siècle. On peut y voir notamment les dernières traces de la synagogue de la ville et y admirer l'importante collection d'icônes de l'école crétoise ainsi que deux œuvres attribuées à El Greco.

Instituts archéologiques[modifier | modifier le code]

  • 23e éphorie des antiquités préhistoriques et classiques (ΚΓ' εφορεία πρoϊστορικών και κλασικών αρχαιοτήτων)
  • 13e éphorie des antiquités byzantines (ΙΓ' εφορεία βυζαντινών αρχαιοτήτων)
  • 7e éphorie des monuments modernes (7η εφορεία νεότερων μνημείων)
  • Institut archéologique de Crète, Archaiologiko institouto Kritis (Αρχαιολογικό ινστιτούτο Κρήτης)
  • Une antenne de l'école archéologique italienne d'Athènes (Scuola archeologica italiana di Atene)

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Stade olympique Pankrition
  • Stade Th. Vardinogiannis
  • Salle close du Lido
  • Stade clos de basket du T.E.I

Population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1951 1961 1971 1981 1991 2001
55 373 64 337 78 209 102 398 116 178 137 766


La population de la ville est, aujourd'hui, estimée à 150 000 habitants[6].

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

La forte croissance des exportations des produits agricoles d'Héraklion est la combinaison de deux phénomènes :

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Le secteur secondaire, en raison des faibles investissements, reste faiblement représenté dans l'économie hérakliote. Certaines industries d'Héraklion, toutefois, sont parmi les plus importantes de Grèce. L'entreprise Plastika Kritis (Πλαστικά Κρήτης), les plastiques de Crète est un des leaders balkaniques de la fabrication de plastique[9].

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Restaurants en bord de mer

L'économie de la ville d'Héraklion est principalement tournée vers le tourisme (hôtellerie, restauration, loisirs) et les services (transports maritimes, internet).

Aéroports[modifier | modifier le code]

L'aéroport Níkos-Kazantzákis est, en nombre de passagers, le second aéroport de Grèce. Il occupe la première place en nombre de charters. Cet aéroport est situé dans la municipalité de Néa Alikarnassós, à quatre kilomètres à l'est d'Héraklion. Les nuisances sonores, l'augmentation exponentielle du trafic des charters ont amené les autorités crétoises à réfléchir à des alternatives pour diminuer la gêne occasionnée par les avions. Deux solutions ont été envisagées: la première, de construire une piste d'atterrissage supplémentaire sur la mer, à Néa Alikarnassós; la seconde, de construire un nouvel aéroport, à trente kilomètres de la ville, à Kasteli (en). Au printemps 2009, le Ministère grec des Transports opta pour la deuxième solution, provoquant une levée de bouclier de la part des habitants de Kasteli. Le dossier est toujours, actuellement en négociation avec les autorités locales. Les travaux qui auraient dû commencer en 2010 ont été repoussés en 2011 en raison du changement de majorité au parlement grec. Les entreprises candidates à la construction de l'aéroport ont jusqu'au 19 octobre 2010 pour soumettre leur dossier[10]. Parmi les sociétés en lice, on compte Vinci [11], J&P Avax en collaboration avec Aéroports de Paris Management et la compagnie allemande Hochtief[12]

Éducation[modifier | modifier le code]

À Héraklion se trouvent les écoles des sciences exactes et de la santé de l'université de Crète. Le campus de la ville compte 8000 étudiants. Héraklion abrite également l'ITE-FORTH (Ίδρυμα Τεχνολογίας και Έρευνας), à savoir, l’Institut de technologie et de recherche, un des plus grands centres de recherche de Grèce, ainsi que l’Institut pédagogique technique de Crète (avec 6500 étudiants)[6].

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Quartiers[modifier | modifier le code]

  • Agia Aikaterini (Αγία Αικατερίνη)
  • Agia Irini Chryssovalantou (Αγία Ειρήνη Χρυσοβαλάντου)
  • Agia Marina (Αγία Μαρίνα)
  • Agia Triada (Αγία Τριάδα)
  • Agios Ioannis (Άγιος Ιωάννης)
  • Agios Ioannis Chostos (Άγιος Ιωάννης Χωστός)
  • Analipsi (Ανάληψη)
  • Atsalenio (Ατσαλένιο)
  • Bedevi (Μπεντεβή)
  • Chanioporta - Porte de la Chanée (Χανιώπορτα)
  • Chryssopigi (Χρυσοπηγή)
  • Dilina (Δειλινά)
  • Estavromenos (Εσταυρωμένος)
  • Filothei (Φιλοθέη)
  • Fortetsa (Φορτέτσα)
  • Giofyro (Γιόφυρο)
  • Hilioupoli (Ηλιούπολη)
  • Kainourgia Porta - Nouvelle porte (Καινούργια Πόρτα)
  • Kamaraki (Καμαράκι)
  • Kaminia (Καμίνια)
  • Katsabas (Κατσαμπάς)
  • Kipoupoli (Κηπούπολη)
  • Knossos (Κνωσσός)
  • Kommeno Bedeni (Κομμένο Μπεντένι)
  • Lido (Λίντο)
  • Mastabas (Μασταμπάς)
  • Messambelies (Μεσαμπελιές)
  • Papa-Titou Metochi (Παπα-Τίτου Μετόχι)
  • Pateles (Πατέλες)
  • Poros (Πόρος)
  • Therissos (Θέρισσος)
  • Tria Pefka (Τρία Πεύκα)
  • Tris Vagies (Τρεις Βάγιες)

Banlieue[modifier | modifier le code]

  • Agia Irini (Αγία Ειρήνη)
  • Agia Marina (Αγία Μαρίνα)
  • Ammoudara (Αμμουδάρα)
  • Amnissos (Αμνισσός)
  • Athanati (Αθάνατοι)
  • Daphnès (Δαφνές)
  • Finikia (Φοινικιά)
  • Gazi (Γάζι)
  • Giofyrakia (Γιοφυράκια)
  • Karteros (Καρτερός)
  • Kavrochori (Καβροχώρι)
  • Néa Alikarnassós (Νέα Αλικαρνασσός)
  • Skalani (Σκαλάνι)
  • Stavrakia (Σταυράκια)
  • Syllamos (Σύλλαμος)
  • Vassilies (Βασιλειές)
  • Voute (Βούτες)
  • Xirokambos (Ξηρόκαμπος)

Climat[modifier | modifier le code]

Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jul Aoû Sep Oct Nov Déc
Maximum [°C] 15,1 15 17,8 20,1 23,5 27,2 29,6 29,7 27,2 23,9 20,4 16,5
Minimum [°C] 9,3 8,6 10,5 12,5 15,5 19,4 22,6 22,7 20,2 17,4 13,9 11
Précipitations (mm) 97,4 85,1 27,5 27,5 10,6 0,1 0,7 2,7 13,7 35,4 62,9 110,8
Record [°C] 24 28 33 37 38 46 41 40 39 36 31 27

Source weatheronline.gr[13]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) « Résultats du recensement de la population en 2011 »
  2. Sur une carte française du XIXe siècle, Héraklion est nommé « Mation » : cf. Το Ηράκλειο και η νομαρχία του, Héraklion, 2005, p.46.
  3. Evgenia Lagoudaki-Sasli, "Τo eidikon prosfygôn", Patris - 24 juillet 2003.
  4. Το Ηράκλειο και η νομαρχία του, Héraklion, 2005, p.115-116.
  5. Plusieurs matchs de football, dont la demi-finale, se sont déroulés à Héraklion.
  6. a et b (grc) Δήμος Ηρακλείου
  7. http://ec.europa.eu/agriculture/qual/fr/261_fr.htm http://ec.europa.eu/agriculture/qual/fr/260_fr.htm http://ec.europa.eu/agriculture/qual/fr/266_fr.htm
  8. Sélection géographique
  9. PLASTIKA KRITIS S.A. - Company Profile
  10. article en grec: http://www.inews.gr/39/mechri-19-oktovriou-i-katathesi-prosforon-gia-aerodromio-kritis.htm
  11. http://www.vinci.com/commun/presentations.nsf/2BED3E202956D4D1C12576DB0058CC67/$File/vinci-resultats-annuels-2009.pdf p.54
  12. article en grec
  13. Températures enregistrées entre janvier 2000 et décembre 2008