Hémisphère continental

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du globe terrestre, centrée sur l'hémisphère continental (projection de Lambert).

L'hémisphère continental est l'hémisphère de la Terre qui possède le plus de terres émergées. Il s'oppose à l'hémisphère maritime.

Description[modifier | modifier le code]

L'hémisphère continental comprend les six septièmes des terres émergées de la planète (environ 85 %), soit l'Europe, l'Afrique, l'Amérique du Nord, la majorité de l'Asie (approximativement 95 %) ainsi que de l'Amérique du Sud (environ 75 %).

La surface de la Terre, dans son ensemble, comporte 71 % d'eau pour 29 % de terres émergées. L'hémisphère continental comporte 53 % d'eau et 47 % de terres émergées : bien que correspondant à une configuration où le maximum de terres émergées sont regroupées dans une même moitié de globe, cet hémisphère possède en superficie plus d'océans que de continents.

Le centre de l'hémisphère continental est situé en France, dans le département de la Loire-Atlantique, bien que sa localisation exacte diffère selon les publications.

Historique[modifier | modifier le code]

Soulignant la disparité de la distribution des terres émergées à la surface du globe, le géographe français Buache introduit les notions d'hémisphères continental et océanique au XVIIIe siècle[1]. La construction rigoureuse de ces hémisphères semble être l'œuvre du géographe allemand Albrecht Penck qui la proposa à la fin du XIXe siècle[réf. nécessaire]. Au cours du même siècle, les géographes cherchent à déterminer la place du « pôle continental », centre de l'hémisphère continental.

Les premières estimations de l'emplacement du « pôle continental » sont peu précises. Ainsi, les villes comme Paris, Londres ou Berlin sont proposées. D'autres géographes le situent dans la Manche ou bien à Cloyes-sur-le-Loir dans l'Eure-et-Loir[1].

En 1898, le géographe allemand Otto Krümmel propose une méthode pour déterminer ce « pôle continental », ce qui permet à H.Beythien de le localiser sur la côte française de l'Océan Atlantique, proche de l'embouchure de la Loire[1].

En 1912, le physicien français Alphonse Berget (1860-1934) présenta à l'institut océanographique de Paris le résultat de recherches tendant à prouver que le centre de l'hémisphère continental était situé sur l'île Dumet, au large de la Loire-Atlantique et du Morbihan (47° 24′ 42″ N 2° 37′ 13″ O / 47.41167, -2.62028 ())[2],[3],[4],[1].

Cependant, selon des recherches publiées en 1945 par le géographe américain Samuel W. Boggs, ce centre se situerait dans le centre ville de Nantes (vers 47° 13′ N 1° 32′ O / 47.217, -1.533 ())[5],[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Alphonse Berget, « Répartition géographique des Océans (détermination du pôle continental) », Annales de l'Institut océanographique, vol. V, no 10,‎ 1913 (lire en ligne)
  2. André Douzet, « L'île Dumet : le nombril du monde », sur France Secret
  3. Stéphane Pajot, « Les mystères de l'île Dumet », Presse-Océan, 2 août 2009
  4. Page consacré à l'île Dumet sur le site du Conseil général de la Loire-Atlantique
  5. (en) Samuel Whittemore Boggs, « This Hemisphere », Journal of Geography, vol. 44, no 9,‎ décembre 1945, p. 345–355 (lien DOI?)
  6. (en) Judy M. Olson, « Projecting the Hemisphere », dans Arthur H. Robinson (dir.), John P. Snyder (dir.) et Committee on Map Projections, Matching the Map Projection to the Need, Bethesda, American Congress on Surveying and Mapping, coll. « Special Publication of the American Cartographic Association » (no 3),‎ 1991, 30 p. (ISBN 0-9613459-5-0), chap. 4, p. 8–9 (spécialement Figure 4.3)

Articles connexes[modifier | modifier le code]