Hémione

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hémione

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Hémione (Equus hemionus)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Ordre Perissodactyla
Famille Equidae
Genre Equus

Nom binominal

Equus hemionus
Pallas, 1775

Répartition géographique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition des Hémiones

Statut de conservation UICN

( EN )
EN  : En danger

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 01-07-75
Sauf ssp. hemionus

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01-07-75
E. h. hemionus uniquement

L'Hémione, Onagre ou Âne sauvage d'Asie[1], est un âne sauvage répandu autrefois dans une grande partie de l'Asie, de la Palestine à la Chine.

Il ne survit plus à l'état sauvage que dans des isolats désertiques en Mongolie et dans les régions chinoises frontalières, en Asie centrale (Turkménistan et Kazakhstan), en Iran, en Chine dans les monts Kunlun au nord du plateau tibétain[2] et dans le Nord de l'Inde, où il souffre de la concurrence humaine, en particulier du fait du pastoralisme. À l'exception de la Mongolie, et dans une moindre mesure de l'Inde du nord, les populations sont peu importantes, et considérées comme très menacées.

Divers projets de réintroduction ont été menés ou sont en cours, et des populations réintroduites dans la nature existent, comme dans le désert du Néguev israélien, ou en Ouzbékistan.

L'animal est gris, et mesure près de 1,2 m au garrot.

Description[modifier | modifier le code]

L'âne sauvage d'Asie mesure entre 1,20 m et 1,40 m et pèse entre 300 à 350 kg. Sa robe est beige clair, ses jambes sont sans rayures, il possède une raie noire le long de la colonne vertébrale et, son ventre et son bout du nez sont blancs, comme l'âne sauvage d'Afrique.

Habitat[modifier | modifier le code]

L'Hémione vit dans des zones désertiques ou semi-désertiques, en Chine, en Mongolie, en Inde et en Asie centrale.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Il existe 5 sous-espèces encore vivantes, toutes menacées d'extinction[3] :

[[Image::Jielbeaumadier onagre de perse koln 2008.jpeg|thumb|Onagre de Perse au zoo de Cologne.]] Les cinq sous-espèces couramment acceptées sont :

  • Equus hemionus hemionus (Pallas 1775) - Hémione de Gobi ou Hémione de Mongolie - Mongolie - sous-espèce en danger (Cites I) ;
  • Equus hemionus luteus (Matschie 1911) - Hémione de Mongolie - Mongolie - sous-espèce en danger (Cites I) ;
  • Equus hemionus kulan (Groves et Mazak 1967) - Koulan ou Âne de Mongolie - Turkménistan et Kazakhstan - sous-espèce en danger critique (Cites II) ;
  • Equus hemionus onager (Boddaert 1795) - Onagre ou Onagre de Perse - Iran - sous-espèce en danger critique (Cites II) ;
  • Equus hemionus khur (Lesson 1827) - Onagre de l'Inde, Onagre de Khur ou Ghorkhar - Nord-Ouest de l'Inde - sous-espèce en danger (Cites I) - 2 839 animaux au recensement de 1999, en augmentation.

Il faut y ajouter :

  • Equus hemionus hemippus - Hémippe de Syrie, Hémippe, Achdari ou Âne sauvage de Syrie -- sous-espèce vivant en Syrie, éteinte en 1927. Parfois présentée comme une espèce à part, Equus hemippus, ce qui semble douteux.

Il est à noter que certains auteurs regroupent certaines sous-espèces. Ainsi, Shirevdamba et al. (1997) regroupent les deux sous-espèces mongoles Equus hemionus hemionus et Equus hemionus luteus en une seule sous-espèce, Equus hemionus hemionus. Ainsi également, Oakenfull et al. (2000) envisagent (sans trancher totalement), la fusion de E. h. onager et de E. h. kulan. Il est donc possible que les 5 sous-espèces couramment acceptées ne soient en fait que 3[4].

À l'inverse, certains auteurs ont fait de Equus Kiang une sous-espèce de Equus hemionus : Equus hemionus Kiang. Cependant, comme l'indique le rapport de l'UICN de 2002, « Il est désormais largement accepté, d'après les analyses morphologiques ainsi que des chromosomes et de l'ADN mitochondrial, que l'âne sauvage du Tibet, ou kiang (Equus kiang), est une espèce spécifique (Ryder et Chemnick, 1990)[4] ».

Selon l'historien Thierry Murcia, la mule de Libye (parfois également appelée "âne de Libye"), autrefois très appréciée pour ses qualités et que mentionnent diverses sources antiques, serait issue du croisement entre un onagre et une jument[5].

Arts et littérature[modifier | modifier le code]

La peau de chagrin évoquée dans le roman d'Honoré de Balzac est une peau d'onagre, dont le pouvoir magique d'exaucer tous les souhaits est dramatiquement assorti d'une terrible malédiction : à chaque souhait ou vœu exaucé, la peau se rétrécit, diminuant d'autant l'espérance de vie de la personne qui la possède. Balzac donne dans son ouvrage une description très savante de l'onagre et émet des hypothèses sur l'origine du nom de sa peau.

Dans la Bible, Ismaël est comparé à un onagre. Dans le coran sourate 74 "Le revêtu d'un manteau" verset 50, Dieu décrit les athées qui "sont comme des onagres épouvantés".

L'hémione est l'animal décrit dans la 3e partie de l'œuvre musicale Le Carnaval Des Animaux [Fantaisie Zoologique] de Camille Saint-Saëns.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Cites, Equus hemionus Pallas, 1775
  2. Louis-Marie, Élise et Thomas Blanchard, Explorateurs du Toit du Monde, Carnets de route en Haute-Asie (1850-1950), Édition de La Martinière, 2010, Page 69 (ISBN 978-2-7324-4216-7).
  3. Asian wild ass (Equus hemionus) (en)
  4. a et b Equids : zebras, asses and horses : status survey and conservation action plan - IUCN - 2002 - PDF.
  5. Thierry Murcia, Jésus dans le Talmud et la littérature rabbinique ancienne, Turnhout, Brepols, 2014, p. 266-268.