Hélisenne de Crenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Angoysses douloureuses qui procédent d’amours d’Hélisenne de Crenne

Hélisenne de Crenne, de son vrai nom Marguerite Briet, née vers 1510 à Abbeville et morte vers 1560, est une écrivaine et traductrice française.

Oubliée, puis redécouverte à la fin du XIXe siècle, Hélisenne de Crenne est désormais considérée tout à la fois comme une érudite de renom dans la tradition humaniste de la Renaissance, comme un précurseur du roman sentimental, psychologique et épistolaire, ainsi que comme une pionnière du féminisme.

Sa vie et son œuvre[modifier | modifier le code]

De sa vie, on sait seulement qu’elle épousa vers 1530 un certain Philippe Fournel, sieur du Crenne, dont elle se sépara légalement en 1552 pour aller vivre ensuite près de Paris. On lui doit quatre ouvrages : Les Angoysses douloureuses qui procédent d’amours, composées par dame Hélisenne (1538), Les Épistres familières et invectives de ma dame Helisenne, composées par icelle dame de Crenne (1539), Le Songe de madame Helisenne, composé par la dicte dame, la considération duquel est apte à instiguer toutes personnes de s’alliéner de vice, et s’approcher de vertu (1540) et Les quatre premiers livres des Eneydes du treselegant poete Virgile, traduictz de latin en prose françoyse par ma dame Helisenne (1541). Ce dernier constitue la seconde traduction de l'Énéide en français, la première étant due à Octavien de Saint-Gelais (1509). Les trois premiers connurent de nombreuses éditions avant d’être réunis en un seul volume, d’abord en 1543, puis en 1551 et 1560 par Claude Colet, qui crut bon de les alléger des latinismes, archaïsmes et néologismes par lesquels Hélisenne avait pu faire montre de son érudition, après quoi il faudra attendre trois siècles et demi pour que soit identifiée leur auteure et que l’on commence à relire son œuvre d’un œil neuf.

Les Angoysses douloureuses qui procédent d’amours

Les tourments de l’amour sont présentés dans ce roman du point de vue de la femme, ici figurée par Hélisenne, à la fois personnage, narratrice et auteur de l’histoire. La première partie raconte l’heureux mariage d’Hélisenne et le soudain désir adultère qu’elle éprouve pour le jeune Guénélic. Désespéré, son mari la fait enfermer dans une tour. Hélisenne écrit une longue missive à son amant, dans l’espoir qu’elle tombera entre ses mains et qu’il la délivrera. Dans le deuxième volet sont racontées les aventures de Guénélic et de son compagnon Quézinstra, qui sillonnent l’Europe à la recherche de la prison d’Hélisenne. Dans la dernière partie, Quézinstra relate le sort des deux amants.

Les Épistres familières et invectives de ma dame Hélisenne

Les 18 lettres contenues dans cet ouvrage ont trait à l’éducation des femmes et aux amitiés féminines, à la morale, à l’amour et à l’infidélité. Elles sont adressées à des personnes fictives, mais y sont citées comme modèles des personnalités telles que Didon, Judith, Aspasie et Marguerite de Navarre. On a longtemps cru que ces lettres avaient été composées par un homme, mais il s’agit bien de l’œuvre d’une femme, en guerre contre le mépris affiché de son époque à l’égard de son sexe, attitude notamment mise en évidence par Gratien Du Pont dans ses Controverses des sexes masculin et féminin publiées en 1534.

Le Songe de madame Hélisenne

Une dame et son amant discutent des dangers de l’amour adultère. Dans ce récit en grande partie allégorique où interviennent Vénus et de Pallas, puis Sensualité et Raison, le point de vue dominant est encore une fois celui de la femme, dont les désirs amoureux sont réprimés par son mari sans être pour autant satisfaits par son amant.

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

  • Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours, éd. Christine de Buzon, Paris, Honoré Champion, 1997 (ISBN 2852036932)
  • Les Angoisses douloureuses qui procèdent d’amours, éd. Jean-Philippe Beaulieu, Saint-Étienne, Publications de l'Université, 2005 (ISBN 2862723681)
  • Les Epistres familieres et invectives de ma dame Hélisenne, éd. Jean-Philippe Beaulieu et Hannah Fournier, Presses de l’Université de Montréal, 1995 (ISBN 2852035707)
  • Le Songe de madame Hélisenne de Crenne (1541), éd. Jean-Philippe Beaulieu, Paris, Indigo & Côté-femmes, 1995 (ISBN 2907883828)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]