Hélène David

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hélène David
Image illustrative de l'article Hélène David
Fonctions
Députée d'Outremont
En fonction depuis le 7 avril 2014
Prédécesseur Philippe Couillard
Ministre de la Culture et des Communications
En fonction depuis le 23 avril 2014
Prédécesseur Maka Kotto
Biographie
Date de naissance 13 décembre 1953 (61 ans)
Lieu de naissance Montréal, Drapeau : Québec Québec
Parti politique Parti libéral du Québec
Entourage Famille David
Diplômé de Université de Montréal

Hélène David (née le 13 décembre 1953 à Montréal) est une universitaire, fonctionnaire et femme politique québécoise. Elle est députée libérale d'Outremont depuis le 7 avril 2014, et ministre de la Culture et des Communications et de la Protection et de la promotion de la langue française dans le gouvernement Couillard.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille David (Québec).

Hélène David vient d'une famille de personnalités publiques reconnues[1]. Elle est la fille du cardiologue et ancien sénateur progressiste conservateur Paul David, la petite-fille de l'ancien député et sénateur libéral Athanase David et l'arrière-petite-fille de Laurent-Olivier David.

Elle est aussi la sœur de Françoise David, députée de Gouin et cheffe de Québec solidaire, et a deux frères : Charles-Philippe David, professeur de science politique et titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, et Pierre David, producteur de cinéma[2],[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Hélène David entre à l’Université de Montréal et y obtient un doctorat en psychologie clinique et y devient professeure. Elle y enseigne notamment la psychopathologie et l’intervention clinique, les méthodes de recherche et les problématiques féminines et maternelles. Appartenant à plusieurs comités universitaires, elle a été directrice adjointe du Département de psychologie avant de devenir vice-rectrice adjointe aux études en 2005.

De 2008 à 2010, elle a la charge de sous-ministre adjointe responsable de l’enseignement supérieur au ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport sous le gouvernement de Jean Charest. En quittant cette fonction, elle devient vice-rectrice aux affaires académiques à l’UdeM[4].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Pendant trois ans, Hélène David est membre de Québec solidaire, formation indépendantiste de gauche, elle contribue également financièrement à la campagne du parti dans Gouin. À ce sujet elle déclarera avoir toujours été fédéraliste et avoir uniquement voulu soutenir sa sœur[5].

Le 6 mars 2014, le Parti libéral du Québec annonce sa candidature aux élections provinciales dans le fief libéral d'Outremont, siège alors occupé par Philippe Couillard, chef du parti élu dans une élection partielle quelques mois auparavant[6].

Le 7 avril 2014, à l'issue de l'élection générale québécoise de 2014, elle est largement élue, obtenant 56,25% des voix. Elle devance largement sa plus proche concurrente, la solidaire Edith Laperle, qui obtient 16,91%[7]. Le 23 avril 2014, elle est nommée ministre de la Culture et des Communications au sein du cabinet ministériel de Philippe Couillard[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La famille David », Société Radio-Canada,‎ 1 février 2011
  2. Pierre David in Cinéma québécois, Télé-Québec, consulté en ligne le 30 août 2012.
  3. Pierre David, Independant Film & Television Alliance, consulté en ligne le 30 août 2012.
  4. Pour les deux paragraphes, biographie d'Hélène David sur le site de l'UdeM.
  5. Hugo Pilon-Larose, « La candidate libérale Hélène David a été membre de QS », sur le site de La Presse, le 16 mars 2014, consulté de 8 avril 2014.
  6. La Presse canadienne, « Hélène David, sœur de Françoise, sera candidate libérale dans Outremont », sur le site du Devoir, le 6 mars 2014, consulté de 8 avril 2014.
  7. Résultats sur le site du DGEQ
  8. Le Devoir, « Philippe Couillard place des médecins aux postes clés », sur le site du Devoir, le 23 avril 2014, consulté de 23 avril 2014.