Hégésias de Cyrène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hégésias.

Hégésias, dit Peisithanatos (Ἡγησίας), philosophe cyrénaïque, né vers l'an 290 av. J.-C.[1].

Selon Diogène Laërce II-86, Hégésias appartient à l'école d'Aristippe de Cyrène. Il serait un disciple de Paraibatès, lui-même disciple de Epimidès de Cyrène, lui-même disciple d'Antipatros de Cyrène qui est, lui, disciple d'Aristippe.

Il soutenait qu'il n'y a pas de bonheur possible et que la mort est préférable à la vie (sauf pour le sage à qui toutes deux sont indifférentes), aussi conseillait-il le suicide, ce qui le fit surnommer Peisithanatos (Pisithanate : celui qui pousse à la mort).

« Le bonheur est chose absolument impossible, car le corps est accablé de nombreuses souffrances, l’âme qui participe à ces souffrances du corps en est aussi troublée, enfin la Fortune empêche la réalisation de bon nombre de nos espoirs, si bien que pour ces raisons le bonheur n’a pas d’existence réelle. »

— Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne], II, 94

Son enseignement ayant entraîné de nombreux suicides, le roi Ptolémée II fit interdire ses livres et fermer son école et l'exila.

Hégésias de Cyrène ne doit pas être confondu avec Hégésias de Sinope, disciple de Diogène de Sinope.

Il adjoint la note suivante : « Hégesias est un philosophe renommé de l'école des Cyrenaïques. Il était à son meilleur vers -340, et on le surnommait le Peisithanatos en raison de ses arguments favorables au suicide. » Léonce Paquet identifie l'Hégésias de la citation à Hégésias dit le Peisithanatos; s'il est dans le juste celui-ci serait contemporain de Diogène de Sinope, mort le même jour qu'Alexandre selon Démétrios (DL VI).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tiziano Dorandi, Chapter 2: Chronology, in Algra et al. (1999) The Cambridge History of Hellenistic Philosophy, page 47. Cambridge