Héctor José Cámpora

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Héctor José Cámpora

Héctor José Cámpora (né le 26 mars 1909, mort le 18 décembre 1980), surnommé affectueusement El Tío (« l'oncle »), est un homme politique argentin, péroniste de gauche, originaire de Mercedes (Buenos Aires). Élu président de la République aux élections de mars 1973 en tant que candidat officiel du FREJULI, la coalition du Parti justicialiste de Juan Perón, il prit ses fonctions le 25 mai 1973. À peine 49 jours plus tard, il dut démissionner, laissant le 13 juillet 1973 la place au président par intérim Raúl Alberto Lastiri. Son buste a été placé à la Casa Rosada en novembre 2008, au cours d'une cérémonie d'inauguration présidée par Cristina Kirchner, en présence d'Esteban Righi, de la fille du gouverneur Oscar Bidegain et de son propre fils, Héctor Pedro Cámpora [1].

De la jeunesse à la présidence[modifier | modifier le code]

Cámpora fit carrière comme dentiste et fut un militant péroniste convaincu ; il fut élu député lors des élections générales de 1945 et présida la Chambre des Députés entre 1946 et 1952. Le motif de son éloignement fut son amitié personnelle et politique pour Evita Perón. Après le décès de celle-ci, les secteurs réactionnaires et nationalistes du péronisme déplacèrent les modérés et les gauchistes tant au sein de l'état que dans l'entourage du président Perón.

En 1955, après la "Révolution libératrice" d'Aramburu et consorts, il se présenta devant la justice pour blanchir sa situation. Cependant il fut faussement accusé de corruption et de malversation, et fut confiné au pénitencier d'Ushuaïa avec d'autres prisonniers politiques. En 1956, il s'enfuit de la prison avec un groupe d'autres péronistes et se réfugia au Chili. Plus tard, il retourna en Argentine, une fois clôturées ses inculpations, afin d'y aider sa famille. Il est nommé en 1968, par Jorge Daniel Paladino, alors délégué personnel de Perón, « délégué national [du Parti justicialiste] de la province de Buenos Aires », poste auquel il est remplacé en octobre 1970 par Héctor Agustín Sáinz (es) [2].

En 1971 il fut désigné délégué personnel de Juan Perón, en remplacement de Jorge Daniel Paladino, le général voulant favoriser l'aile gauche du péronisme, rétive à toute négociation avec la dictature. Dans ces circonstances, il mena à bien le plan de Perón pour récupérer le pouvoir en 1973, après la faillite de la "Révolution argentine" d'Onganía et consorts et profitant de l'ouverture du général-président Alejandro Agustín Lanusse formalisée dans le « Grand Accord national ».

Des élections de mars 1973 à l'exil[modifier | modifier le code]

Héctor Cámpora se présenta aux élections de mars 1973 comme candidat à la présidence de l'Argentine pour le FreJuLi (front justicialiste de libération), étant donné que Juan Domingo Perón en était exclu, de par une proscription de Lanusse. Le mouvement péroniste avait alors comme slogan « Cámpora au gouvernement, Perón au pouvoir! » Il gagna ces élections avec plus de 49,5 % des votes. Il prit sa fonction le 25 mai 1973, en présence entre autres du président du Chili, Salvador Allende, et de celui de Cuba, Osvaldo Dorticós. Pour le recevoir, il y eut plus d'un million de personnes à la Plaza de Mayo. Il nomme comme ministre de l'Intérieur Esteban Righi (futur procureur de la Nation sous Nestor Kirchner), composant son gouvernement de représentants des diverses tendances (gauche et droite) du péronisme[3].

Le Parlement, où le Parti justicialiste a la majorité, s'apprêtait à voter à l'unanimité l'amnistie des 500 prisonniers politiques de la dictature militaire de la « Révolution argentine » (dont les survivants du massacre de Trelew de 1972 et différents guérilleros) [4]. Toutefois, en raison de la pression populaire, celle-ci eut lieu avant la mise en vigueur de la loi, Cámpora et Righi décidant le 25 mai 1973, le jour même de l'investiture du nouveau gouvernement, de libérer les prisonniers[4]. La loi d'amnistie fut tout de même votée à l'unanimité les jours suivants[4],[3]. Puis Cámpora renoua les relations diplomatiques avec Cuba, et commença à approvisionner ce pays en denrées alimentaires et produits industriels pour rompre le blocus. Le 30 mai 1973, son gouvernement signe l'Acte de Compromis national (ou « pacte social ») avec la CGT et le syndicat patronal de la CGE, qui visait à opérer une redistribution progressive des revenus du PNB et à mettre un frein à l'inflation [3].

Sa proximité avec la gauche péroniste le fit s'affronter avec la droite du parti, représentée en particulier par la branche syndicale du Parti justicialiste (dite « bureaucratie syndicale »). Le 20 juin 1973, au retour de Perón, eut lieu le massacre d'Ezeiza, un affrontement armé brutal entre les deux ailes du péronisme. Le chiffre des morts fut estimé à des dizaines, voire des centaines de personnes. Le lendemain, le général Perón s'éclipsa de sa résidence pour rencontrer les ministres de Cámpora, en l'absence notable de ce dernier ainsi que d'Esteban Righi et du ministre des Affaires étrangères Juan Carlos Puig, les deux seuls qui ne furent pas reconduits dans leurs fonctions après la démission de Cámpora [5]. Se rendant compte de cette rencontre confidentielle, le président Cámpora se rendit à la maison personnelle du général où elle avait lieu et s'y fit accuser par Perón de favoriser les éléments « gauchistes » dans son gouvernement[5].

Finalement, le 13 juillet 1973, Perón lui ayant retiré sa confiance, Cámpora ainsi que Vicente Solano Lima renoncèrent à leur charge pour permettre la réalisation de nouvelles élections, Raúl Lastiri assumant l'intérim [3], le président du Sénat, Alejandro Díaz Bialet (péroniste), ayant été écarté. Pérón les gagna avec plus de 60 % des voix. Puis il le nomma ambassadeur au Mexique. Après le coup d'Etat de mars 1976, il se réfugia à l'ambassade du Mexique à Buenos Aires, qui lui y accorda l'asile politique pendant plus de trois ans. Finalement, la junte l'autorisa à s'envoler vers le Mexique, où il mourut peu après.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Cámpora fue sinónimo de la lealtad a Perón", Telam, 14 novembre 2008
  2. Juan Ladeuix, Introducción: el GAN y la normalización del Partido Justicialista, sur le site de l'Université nationale du général San Martín (en)
  3. a, b, c et d Triunfo de Héctor Cámpora, sur le site du gouvernement provincial de Buenos Aires
  4. a, b et c Entretien avec Esteban Righi, ministre de l'Intérieur de mai à juillet 1973, par Tabaré Areas, Revista Somos, 1984
  5. a et b Roberto Fernández Taboada et Pedro Olgo Ochoa. El relevo de Cámpora, Revue Somos, septembre 1983