Hébé et l'aigle de Jupiter (François Rude)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hébé et l'aigle de Jupiter
Image illustrative de l'article Hébé et l'aigle de Jupiter (François Rude)
Hébé et l'aigle de Jupiter
Artiste François Rude et Paul Cabet
Date 1852 - 1857
Technique Marbre
Dimensions (H × L × l) 253 × 120 × 080 cm
Localisation Musée des beaux-arts de Dijon, Dijon (Drapeau de la France France)
Coordonnées 47° 19′ 18″ N 5° 02′ 34″ E / 47.3216, 5.04267 ()47° 19′ 18″ N 5° 02′ 34″ E / 47.3216, 5.04267 ()  

Géolocalisation sur la carte : Dijon

(Voir situation sur carte : Dijon)
Hébé et l'aigle de Jupiter (François Rude)

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Hébé et l'aigle de Jupiter (François Rude)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Hébé et l'aigle de Jupiter (François Rude)

Hébé et l'aigle de Jupiter est une sculpture française du XIXe siècle, de style classique, en marbre, réalisée entre 1852 et 1857 par le sculpteur français François Rude (1784-1855) et terminée par Paul Cabet (1815-1876). Cette oeuvre majeur et testamentaire de François Rude est une allégorie de la jeunesse éternelle, exposée au musée des beaux-arts de Dijon depuis 1857.

Historique[modifier | modifier le code]

François Rude consacre les trois dernières années de sa vie à deux sculptures dont il choisit lui-même les sujets pour répondre aux commandes de sujets libres de sa ville natale de Dijon : cette oeuvre commandée en 1846, et L'Amour dominateur du monde dans lesquelles l'artiste renoue avec un certain classicisme et qui constituent son testament artistique.

Il sculpte cette oeuvre à partir d'une esquisse de 1852 (exposée au Musée du Louvre). L'oeuvre reste inachevée à sa disparition en 1855. Elle est terminée deux ans plus tard en 1857, sous la direction de son élève et neveu Paul Cabet, exposée au salon de peinture et de sculpture 1857 de Paris, puis au musée des beaux-arts de Dijon.

Thème artistique[modifier | modifier le code]

Cette oeuvre majeur et testamentaire de l'artiste fait référence au thème artistique des divinités de la mythologie gréco-romaine. Elle est une allégorie à la jeunesse éternelle, avec le corps svelte de la jeune déesse éternelle Hébé (fille de Jupiter et de Junon, déesse de la jeunesse et de la vitalité, échanson des dieux, chargée de leur servir la nourriture divine Ambroisie et Nectar). Elle tient une coupe de nourriture divine, que l'aigle (aigles dans la culture) symbolisant la puissance du dieu des dieux Jupiter (son père) cherche à atteindre ...

Les principaux auteurs antiques éternels de mythologie gréco-romaine Homère, Hésiode, Euripide, Ovide, Virgile et Catulle sont inscrits sur le socle.

Ce thème a également inspiré des nombreux peintres et sculpteurs du XIXe siècle dont Albert-Ernest Carrier-Belleuse, Antonio Canova, Jean Coulon, Bertel Thorvaldsen, Eugène-Antoine Aizelin, Gaspare Landi ...

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]