Gyrodon merulioides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gyrodon merulioides

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Gyrodon merulioides

Classification selon MycoBank
Règne Fungi
Division Basidiomycota
Sous-division Agaricomycotina
Classe Agaricomycetes
Sous-classe Agaricomycetidae
Ordre Boletales
Famille Paxillaceae
Genre Gyrodon

Nom binominal

Gyrodon merulioides
(Schwein.) Singer, 1938

Synonymes

Boletinellus merulioides (Schwein.) Murrill, 1909

Boletinellus merulioides, Westmoreland County, PA, États-Unis
Boletinellus merulioides, hymenium

Gyrodon merulioides[1] ou Boletinellus merulioides[2], de son nom vernaculaire le Bolet veiné est un champignon basidiomycètes de la famille respectivement des Paxillaceae ou des Boletinellaceae.

Ce bolet, qui est un ancêtre commun[Quoi ?] du genre Boletus[réf. nécessaire], a une particularité surprenante : il se nourrit du suc des pucerons du frêne, sans mycorhize avec l'arbre de son habitat. Côte Est des États-Unis et du Canada.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Nom binomial accepté[modifier | modifier le code]

Boletinellus merulioides (Schw.) Murrill 1909[3][réf. incomplète].[réf. nécessaire]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • Daedalea merulioides Schwein. (1832)
  • Gyrodon merulioides

Description du sporophore[modifier | modifier le code]

L'hyménophore, de 3-15 cm de diamètre, est convexe puis étalé à concave,

Cuticule sèche à viscidule, glabre ou presque, brun rougeâtre, brun jaunâtre ou brun olivâtre.

Marge incurvée puis souvent ondulée, avec bande étroite de tissu stérile.

Hyménium : L'hyménium est jaune à jaune olivacé, immuable ou devenant lentement bleu-vert au froissement La chair est jaunâtre, immuable ou devenant lentement bleu-vert à la coupe, surtout au-dessus de la couche de tubes, à odeur et saveur indistinctes.

Les pores sont anguleux et interveinés, réticulés, bolétinoïdes, parfois sublamellés, très larges, 1 mm ou plus de largeur. La Couche de tubes est décurrente, concolore à la face poroïde, 0,3-0,6 cm de longueur

Basidiome : Le basidiome produit de nombreux sclérotes, caractère inhabituel chez les bolets. Ces sclérotes sont petits, typiquement 2-3 mm de diam., globuleux à ellipsoïdes, noirs à brun foncé et ont un cortex dur.

Stipe : Le stipe (pied), de 2-6 x 1-2,5 cm, est souvent excentré à latéral, subégal, souvent courbe, plein, jaune vers l'apex, brun vers la base. Il ne présente pas de voile partiel.

Sporée : La sporée est brun olivacé

Habitat[modifier | modifier le code]

dispersé, grégaire ou souvent en troupes nombreuses; sous frênes, dans les forêts ou sur les pelouses; très commun. dans l'Est de l'Amérique du Nord[style à revoir]

Biologie spécifique[modifier | modifier le code]

L'écologie de ce bolet est particulièrement étonnante. Puisqu'il pousse presque exclusivement sous frênes, on supposerait que ce bolet et l'arbre soient en relation ectomycohizique. Le frêne, cependant, ne forme pas ce type de mycorhize et la présence du bolet à son voisinage est due à la relation entre le basidiome et un parasite aphidien qui vit seulement sur le frêne[4].

L'aphide, qui se nourrit sur les racines d'arbre, se réfugie dans le sclérote mycélien creux formé par le bolet dans le sol ou relié au système racinaire du frêne. Les aphides secrètent un sucre unique miellé et d'autres nutriments desquels les basidiomes peuvent se nourrir en retour. C'est un arrangement assez agréable pour les aphides et les basidiomes qui ne procure aucun bénéfice connu à l'arbre qui supporte l'aphide et ainsi, indirectement, au bolet[5].

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

Sous-ordre des Sclerodermatineae, un des sous-ordre des Boletales pour Boletinellus merulioides[6]

Saison[modifier | modifier le code]

fin juin à septembre[Quoi ?]

Comestibilité[modifier | modifier le code]

non recommandé[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MycoBank, consulté le 28 octobre 2013
  2. Index Fungorum, consulté le 28 octobre 2013
  3. Mycologia 1(1): 7, 1909.
  4. Meliarhizophagus fraxinifolii, (Brundrett & Kendrick, 1987)
  5. (en)Bessette. A.E. W. Roody, W. & Bessette, A.R, North american Boletes, 2000
  6. (en) Binder Manfred & Bresinsk Andreas, Derivation of a polymorphic lineage of Gasteromycetes from boletoid ancestor, Mycologia, 94(1), 2002, pp. 85–98. pdf

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Gyrodon merulioides (Schwein.) Singer 1938 :

Boletinellus merulioides (Schwein.) Murrill 1909 :