Gypsy punk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gypsy punk

Origines stylistiques Punk rock, folk punk, post-punk, klezmer, musique gitane
Origines culturelles Fin des années 1990 ; Drapeau des États-Unis États-Unis
Instruments typiques Guitare, batterie, basse, fiddle, accordéon
Popularité Élevée à la fin des années 2000 et début 2010
Scènes régionales New York

Le gypsy punk (ou immigrant punk[1]) est genre musical hybride mêlant musique traditionnelle rrom et punk rock. Le premier groupe de rock à incorporer des éléments de punk et de musique gitane est Motherhead Bug, principalement en activité au début des années 1990. Un intérêt général pour le genre se fait ressentir après la sortie de l'album de Gogol Bordello Gypsy Punks: Underdog World Strike, et le chanteur Eugene Hütz considère leur performance sur scène comme du « gypsy punk cabaret »[2]. Le terme de gypsy punk décrit par la suite le genre et crée la polémique envers la communauté des roms.

Les groupes de gypsy punk mêlent habituellement mesures et instrumentation rock à l'instrumentation traditionnelle gitane comme la batterie, le tambourine, l'accordéon, le fiddle, la trompette et le saxophone[1],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du terme gypsy punk est depuis longtemps débattue, mais sa liaison avec la culture rom ne fait aucun doute. Cette communauté, voyageant à travers le monde, a influencé l'industrie musicale occidentale comme le démontre Gogol Bordello. L'instrumentation traditionnelle d'Europe de l'Est et les paroles multilingues[4] sont deux des caractéristiques de la musique rom. Dans le cas Gogol Bordello, le tempo et la « chant-hurlement punk »[5] et ces caractéristiques musicales gitanes créent un exemple concret de ce qui sera connu sous le terme de gypsy punk. « Le mot “gypsy” accouplé au terme “punk” décrit de la musique punk ayant adopté un mode particulier de rébellion, d'anarchie, et de résistance dans un contexte occidental[6] » qu'il est bon de noter depuis l'émergence de Gogol Bordello et d'autres groupes ayant intronisé le genre, « le mouvement punk s'identifie à la culture de masse comme la suppression définitive des normes sociétales et musicales. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « The Subgenres of Punk Rock - Gypsy Punk », sur Punkmusic.about.com (consulté le 16 janvier 2010).
  2. (en) « Gogol a Go-Go" », sur The Village Voice (consulté le 25 mars 2012).
  3. (en) Ben Sisario, « The Rise of Gypsy Punkers », sur New York Times,‎ 2 juillet 2005 (consulté le 25 mars 2012).
  4. (it) « Gogol Bordello - GYPSY PUNKS », Rockol.it (consulté le 7 janvier 2010).
  5. (en) Hajdu, David. TRIUMPH OF THE GYPSIES. New Republic 241, no. 7 (13 mai 2010): 27–30.
  6. (en) Jablonsky, Rebecca. “Russian Jews and ‘Gypsy Punks’: The Performance of Real and Imagined Cultural Identities Within a Transnational Migrant Group.” Journal of Popular Music Studies 24, no. 1 (2012): 3–24.