Gygès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gygès (en grec ancien Γύγης / Gýgês), fils de Mermnas, fut roi de Lydie à une époque imprécisément connue: son avènement se situe entre 708 et 687 av. J.-C., sa mort entre 680 et 648 av. J.-C..

Biographie[modifier | modifier le code]

Son règne marqua l'apogée du royaume de Lydie: il tint en respect les Cimmériens et les Assyriens, étendit son empire aux dépens des villes grecques des côtes de l'Asie Mineure, attaqua Milet et Smyrne, s'empara de Colophon, et exerça son pouvoir sur la Troade. Il mourut dans une bataille contre les Cimmériens. C’était Gygès, roi de Lydie, qui avait consacré les premières offrandes d'or et d'argent. Le philosophe péripatéticien Phanias d'Érèse dit qu'avant son règne, Apollon Pythien n'avait ni or, ni argent[1].

Il était appelé Gugu par les Assyriens, et serait à l'origine des traditions bibliques sur Gog, prince de Magog (c'est-à-dire en assyrien mā(t) Gugu : « pays de Gygès »). Les conditions dans lesquelles Gygès est parvenu au pouvoir diffèrent en fonction des sources.

Selon Hérodote, le tyran Candaule, descendant d'Héraclès, ne cessait de vanter la beauté de sa femme à son confident Gygès, qui était le fils d'un de ses gardes. Pensant que Gygès doutait des charmes de la reine, Candaule lui ordonne de faire tout son possible pour la voir nue. Gygès, qui s'estime indigne de cette proposition, refuse. Le roi parvient à le rassurer et Gygès accepte finalement de se cacher dans la chambre royale au moment où la reine se déshabille, mais celle-ci s'en aperçoit. Elle décide alors de ne rien laisser paraître et prépare sa vengeance contre le roi qu'elle tient pour l'auteur de cet outrage. Le lendemain, elle convoque Gygès et lui propose un marché : soit il assassine Candaule pour obtenir sa main et le trône de Lydie, soit il est exécuté. Gygès choisit alors de poignarder le roi et s'empare du trône de Sardes.

Dans la version rapportée par Platon, Gygès était un simple berger de Lydie. Il faisait paître son troupeau quand un affaissement de terrain se forma après un violent orage. Il s'y aventura et découvrit un énorme cheval de bronze dans les flancs duquel étaient pratiquées des portes. Après avoir ouvert ces portes, Gygès aperçut à l'intérieur du cheval le squelette d'un géant portant au doigt une Bague d'or, nommée depuis anneau de Gygès. Il prit cet anneau, se le passa au doigt, et, sans dire un mot de son aventure, il alla rejoindre les autres bergers du voisinage. Il remarqua alors que, chaque fois qu'il tournait sa Bague vers l'intérieur, il devenait invisible pour tous, tout en gardant la faculté de voir et d'entendre ce qui se passait autour de lui. Dès qu'il retournait la bague dans l'autre sens, il redevenait visible. Après avoir confirmé les pouvoirs de son anneau par plusieurs expériences, il se rendit au palais et séduisit la reine. Il complota avec elle la mort du roi, le tua et s'empara du trône[2].

La légende voudrait que ce soit sous son règne ou celui de Alyatte II qui régna sur la Lydie entre -610 et -560 av. J.-C., que la Lydie changea le système du troc par celui de la monnaie métallique, en l'occurrence d'électrum extrait du fleuve Pactole, comme l'attestent les plus anciennes pièces retrouvées à ce jour.

Pièce lydienne en électrum (avant le VIe siècle av. J.-C.).

Représentation picturale[modifier | modifier le code]

L'épisode de Candaule et Gygès espionnant sa femme a été représenté par le peintre flamand Jacob Jordaens dans un tableau peint autour de 1646[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Athénée, Deipnosophistes [détail des éditions] [lire en ligne] : VI (231e)
  2. Rapporté par Cicéron, De officiis, III, IX, 38-39
  3. Tableau situé au Nationalmuseum de Stockolm

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]