Gyeongbokgung

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gyeongbokgung
La salle d’audience principale de Gyeongbokgung (Geunjeongjeon)
La salle d’audience principale de Gyeongbokgung (Geunjeongjeon)
Présentation
Nom local 경복궁, 景福宮
Période ou style Dynastie Joseon
Date de construction 1394, 1867
Commanditaire Taejo
Destination initiale Palais royal
Géographie
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Ville spéciale Séoul
Localisation
Coordonnées 37° 34′ 43″ N 126° 58′ 38″ E / 37.578611111111, 126.9772222222237° 34′ 43″ Nord 126° 58′ 38″ Est / 37.578611111111, 126.97722222222  

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

(Voir situation sur carte : Corée du Sud)
Gyeongbokgung

Géolocalisation sur la carte : Séoul

(Voir situation sur carte : Séoul)
Gyeongbokgung

Gyeongbokgung (경복궁, 景福宮), aussi appelé palais de Gyeongbokgung ou palais de Gyeongbok, est un palais royal situé au nord de Séoul en Corée du Sud. D’abord construit en 1394 puis reconstruit en 1867, il est le principal des cinq grands palais construits sous la dynastie Joseon. Le nom du palais, Gyeongbokgung, signifie « palais du Bonheur resplendissant ». Sa porte principale est la porte de Gwanghwamun.

Presque entièrement détruit par le gouvernement japonais au début du XXe siècle, l’ensemble du palais retrouve petit à petit sa forme originelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le palais a été construit en 1394 par le roi Taejo, fondateur et premier roi de la dynastie Joseon. Le nom de Gyeongbokgung fut donné par Jeong Dojeon, un influent ministre du gouvernement. Le palais de Gyeongbokgung a été continuellement étendu pendant le règne du roi Taejong ainsi que durant celui du roi Sejong le Grand. Malheureusement, la majorité du palais a été détruite par les flammes au cours des invasions japonaises de 1592–1598. Après que tous les palais de la capitale ont été démolis par les Japonais, Changdeokgung, un palais secondaire, a été reconstruit et a servi de palais principal. Gyeongbokgung a été laissé à l'abandon pendant 250 ans, puis il a finalement été reconstruit en 1868 par l'ordre du prince régent. 500 bâtiments ont été construits sur un terrain de plus de 40 hectares et constituent une petite ville. La deuxième fois que Gyeongbokgung a été détruit en grande partie fut pendant l'occupation japonaise (1910-45). 80% des bâtiments restaurés ont été démantelés, la porte de Gwanghwamun a été enlevée, et un énorme bâtiment du gouvernement japonais a été construit en face du secteur principal du palais. Un effort pour rétablir pleinement le palais de Gyeongbokgung dans son ancienne gloire est en cours depuis 1990. Le bâtiment colonial du gouvernement a été démoli, et la porte de Heungnyemun a été restaurée dans son état d'origine. Les quartiers royaux et le Palais de l'Est pour le prince héritier ont également été restaurés dans leur état d'origine. À la fin de 2009, il a été estimé qu'environ 40% des structures existant avant l'occupation japonaise de la Corée ont été restaurées ou reconstruites. Le projet de restauration par le gouvernement sud-coréen est prévu pour au moins 20 ans.

Galerie[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :