Gwenc'hlan Le Scouëzec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gwenc’hlan Le Scouëzec

Gwenc’hlan Le Scouëzec (11 novembre 1929, Plouescat - 6 février 2008, Brasparts) à l'état-civil Heol Loïc Gwennglan Le Scouëzec, est un écrivain breton.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Maurice Le Scouëzec, artiste-peintre, Gwenc'hlan Le Scouëzec nait en 1929 à Plouescat (29). il passe une partie de son enfance à Madagascar où il apprend à marcher, Paris, Landivisiau et Douarnenez, avant d'entreprendre ses études secondaires à Saint-Vincent de Pont-Croix, Saint-Yves de Quimper et Saint-Grégoire de Tours, en 1942. Il fait partie du mouvement scout breton Bleimor. Il étudie d'abord l'histoire à la Sorbonne à Paris.

Il fait son service militaire en 1951-1953 comme officier de réserve à la Légion étrangère à Sidi bel-Abbès et à Daya en Algérie. Il est rappelé au 5e régiment étranger en 1957-1958.

Il enseigne le français en Crète et à Athènes (de 1953 à 1957). Après son service, il est professeur à l’Institut français d’Athènes puis, revenu en France, à Saint-Didier-en-Velay et à Versailles.

À partir de 1960, il entame ses études de médecine et soutient sa thèse à la Faculté de médecine de Paris. En 1963, il se marie à Martine Goudard dont il aura quatre enfants. Il milite alors au Parti socialiste unifié, puis à l'Union démocratique bretonne. Il s'occupe, pendant quelque temps, de la fabrication des livres aux Éditions du Seuil.

Il s'installe ensuite à Quimper où il exerce comme médecin allergologue (de 1969 à 1985).

Il est l'un des cofondateurs de l’association humanitaire Skoazell Vreizh, (le « Secours Breton ») avec Xavier Grall et Yann Choucq en 1969. Il participe au colloque Bretagne et autogestion en 1973. Il est le préfacier du livre de Morvan Lebesque : Comment peut-on être breton ? Essai sur la démocratie française et celui de Paol Keineg: Hommes liges des talus en transes (Oswald, 1969).

En 1985, il cesse d'exercer la médecine et crée les éditions Beltan. Il s'établit comme libraire, éditeur et galeriste à Brasparts (Finistère) et aidé de façon très efficace par Maï-Sou Robert Dantec sa compagne de l'époque il se donne ainsi les moyens de faire redécouvrir l’œuvre de son père, le peintre Maurice Le Scouëzec.

Il décède le 6 février 2008 à Brasparts.

Druidisme[modifier | modifier le code]

  • Gorsedd de Bretagne :

Grand-Druide adjoint par le Poellgor (conseil directeur) le 1er avril 1979. Il a succédé comme cinquième Grand Druide de Bretagne à Per Loisel le 1er novembre 1980. À sa demande, la Gorsedd ajoute à son titre l'appellation de « Fraternité des druides, bardes et ovates de Bretagne ». Malgré des périodes d'inactivité et les scissions récurrentes elle représente le plus ancien néo-druidisme existant en France (1899). Le Breuriez Barzed Breie (1838) créé par Théodore Hersart de la Villemarqué dont l’activité, très réduite, est purement littéraire et linguistique[1],[2]. Les scissions au sein de la Gorsedd ont souvent pour origine des divergences sur les rapports entre la religion et la philosophie et sur l'importance à accorder à l'Antiquité celtique.

Il a laïcisé l'institution, en la détachant de toute tendance religieuse et en condamnant tout penchant raciste. Il l'a tirée vers la philosophie. Il s'est également lancé dans la recherche d'une filiation antique qu'il ne trouva que dans d'hypothétiques rituels forestiers ou dans une incorporation éventuelle de l'esprit des Druides dans l'Église de la Grande-Bretagne antique.

En novembre 1993, il rassembla autour de lui un groupe de francs-maçons français.

Sous l'impulsion du Frère Régis Blanchet et après un long travail de recherche historique, ils constituèrent une « loge maçonnique de la pierre » pour ensuite y instaurer le rite maçonnique forestier des Modernes, qui prit le nom des « Forestiers d'Avallon », première Vente forestière de la résurgence des rites forestiers en France.

Publications[modifier | modifier le code]

  • L’Encyclopédie de la divination (sous la direction de René Alleau). Tchou, 1963
  • Guide de la Bretagne mystérieuse. Tchou, 1966 (réédité depuis sous le titre Le Guide de la Bretagne)
  • La Bretagne. Sun, 1967.
  • Histoire du Mouvement breton. Que sais-je ?, PUF, 1971
  • Bretagne terre sacrée. 1977
  • La médecine en Gaule. Guipavas, Ed. Kelenn. 1976
  • Brasparts : une paroisse des monts d’Arrée. Le Seuil, 1980.
  • Le peintre Le Scouëzec. Brasparts, Alrea, 1984.
  • Maurice Le Scouëzec, L’aventure de peindre. Brasparts, Beltan, 1993.
  • Le peintre Le Scouëzec, mon père. Brasparts, Beltan, 1995.
  • Le Scouëzec, 1881-1940 : Montparnasse, la Bretagne, l'Afrique. Cénomane, 1998.
  • Dictionnaire de la Tradition bretonne. Paris, Éditions du Félin, Philippe Lebaud, 1999.
  • Guide des calvaires bretons. Spézet, Coop Breizh, 1999.
  • Itinéraire spirituel en Bretagne. Paris, La Table Ronde, 2000.
  • Les Druides, trois tomes. Beltan, 2001.
  • Le grand druide était innocent. Éditions Beltan. (François Taldir-Jaffrenou)
  • Arthur, roi des Bretons d'Armorique. Le Manoir du Tertre.
  • Maurice Le Scouëzec, 1881-1940. Textes de Gwenc'hlan Le Scouëzec et Henry Le Bal. Éditions Beltan, 2005.

En collaboration avec Jean-Robert Masson :

  • Pierres sacrées de Bretagne : calvaires et enclos paroissiaux (1982)
  • Pierres sacrées de Bretagne : croix et sanctuaires (1983)
  • Bretagne mégalithique (1987)
  • Enez Eusa, Ouessant mystérieux (avec la coll. de Maï-Sous Robert-Dantec). Quimper : Élisart Éditeur, 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Jigourel, Les Druides : modernité d'un tradition millénaie, Coop Breizh, 2002. p. 95-98.
  • Entretiens avec un druide nommé Gwenc'hlan, de Régis Blanchet, Éditions du Prieuré, 1993.

Fonds et archives[modifier | modifier le code]

En 2008, Bernadette Le Huche Le Scouëzec, son épouse, a fait don de la bibliothèque de Gwenc'hlan à la Bibliothèque Yves-Le Gallo[3] du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de l'Université de Bretagne occidentale. Cela représente près de 5000 ouvrages dont l'inventaire et le catalogage sont en cours de finalisation. Une salle est entièrement dédiée à ce fonds qui contient de nombreux ouvrages précieux. Des archives[4] ont également été déposées au CRBC.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane François. Le néo-paganisme : une vision du monde en plein essor, Éditions de la Hutte, Coll Essais, 2012, p. 59
  2. Gwenc'hlann Le Scouëzec. Les Druides (Tome 3), Éditions Beltan, 2001, p. 119
  3. http://portailcrbc.univ-brest.fr/.
  4. http://www.univ-brest.fr/crbc/menu/Bibliotheque_Yves-Le-Gallo/Fonds_d_archives/Le_Scou_zec__Gwenc_hlan_