Guy Fréquelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Fréquelin
Biographie
Surnom ‘’Le Grizzly’’
Date de naissance 2 avril 1945
Lieu de naissance Langres
Nationalité Drapeau de la France France
Carrière professionnelle en rallye
Qualité Pilote automobile
Années d'activité années 1972-87
Équipe Renault, Talbot, Opel
Statistiques
Dép. Vic. Pod. E.S.
WRC 35 1 7 35
(150pts)
ERC ' 6 16 '
FRC ' 24 35 '
Palmarès
1er 2e 3e
WRC ' 1 -
ERC - 1 -
FRC 3(+1) 1+1 -

Guy Fréquelin (dit Le Grizzly[1]) est un ancien pilote de rallye français, né le 2 avril 1945 à Langres en Haute-Marne.

Il a également été pilote sur circuit, en course de côte, et de rallycross.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu rural, il devient en 1964 pilote-moniteur d'engin blindé de reconnaisance (EBD) à Trèves dans le cadre de son service militaire[2].

Sa première expérience en compétition automobile a lieu en 1966 au sein de l'écurie Haute-Marne (devenue l'ASA Langres peu après), lors du rallyes des Six Heures de Saint-Cloud, où il copilote Gabriel Soffieti sur une Peugeot 204. Début 1967 il dispute une première course de côte sur sa propre Sunbeam Alpine à Marsannay[3]; en décembre il pilote sa nouvelle Renault 8 Gordini à la Ronde du Jura, qu'il remporte au scratch. En 1968 il participe aux sélections de la Coupe Gordini, sur le circuit Bugatti; il y effectue le meilleur temps, mais sa voiture (d'occasion) est déclarée non conforme, le précédent propriétaire ayant monté un arbre à cames modifié: il est alors radié à vie de la coupe (tout comme Jean-Claude Andruet l'année précédente). Il participe désormais au championnat national des circuits, qu'il termine à la troisième place et premier du groupe 1. En 1969 il pense pouvoir disposer d'une monoplace, mais ses espoirs seront déçus. Il revient aux rallyes et à la course de côte[4]. Jusqu'alors moniteur d'auto-école, il devient vendeur automobile pour une concession Renault en février 1970[5].

À partir de 1972 il se consacre exclusivement à la compétition automobile, après deux saisons de succès acquis en montagne. Il devient ainsi Champion de France de la discipline en groupe 7, au volant d'une GRAC MT14B Proto, malgré un sérieux accident en fin d'année. En 1973 il passe à la catégorie monoplace, mais la Veglia ne se montrant pas compétitive il ne termine pas sa saison de côte, orientant de nouveau son programme sur le rallye. Il revient au groupe 7 en 1974 (Dangel, puis BBM), en parallèle aux rallyes[6].

En 1975 il devient champion de France des rallyes en groupe 1, sur Alfa Romeo; devenu pilote d'usine Renault à la fin de 1976, il récidive en 1977, cette fois en groupe 4 avec l'Alpine A310.

En 1977 et 1978, il participe aux 24 heures du Mans sur Renault Alpine A442, finissant 4e de l'édition 1978 aux côtés de Jean Ragnotti et José Dolhem. En 1980, il termine une nouvelle fois 4e de l'épreuve, avec Roger Dorchy, sur WM. Entretemps il a signé chez Talbot en novembre 1979 pour conduire la Talbot Sunbeam Lotus; il a eu de fait l'opportunité de développer la Renault 5 Turbo en compétitions durant les 12 mois précédents.

La Talbot KDU 111 V de 1980, pour l'équipe Fréquelin/Todt (salon Rétromobile 2014).

Il devient vice-champion du monde des pilotes de rallye en 1981 avec Jean Todt pour copilote, Sunbeam étant la filiale britannique du groupe PSA Peugeot Citroën et la voiture est également championne du monde des constructeurs la même année, pour une conception dès 1978 avec le Chrysler Compétition Centre d'une vingtaine de personne basé à Coventry et dirigé par l'irlandais Des O'Dell, régulièrement supervisé par Jean Todt, Bernard Fiorentino occupant la fonction de directeur du service compétition Talbot-Simca en France, et Tony Pond ayant été le pilote essayeur initial du projet en 1978.

En 1982 Tony Fall, désormais directeur du service compétition d'Opel Europe et fondateur du British Dealer Team Opel, l'embauche avec Jean-François Fauchille en championnat de France pour le compte du constructeur outre-Rhin alors que Walter Röhrl vient d'être champion du monde avec ce dernier. Fin 1987 Jean Todt le réembauche pour le compte de PSA Peugeot Citroën, et il remporte son dixième titre national alors en rallycross.

Sa dernière compétition officielle est livrée au volant d'une Peugeot 205 T16 Grand Raid lors du Rallye Dakar 1988.

Il devient le patron de Citroën Sport moins de 15 jours après sa participation au Paris Dakar à la place de Guy Verrier en 1989, équipe qu'il mène aux titres de champion du monde des rallyes (WRC) constructeurs en 2003 (avec deux anciens champions du monde Carlos Sainz et Colin McRae et un futur Sébastien Loeb, ainsi qu'un triplé au Monte-Carlo), 2004 et 2005, et à celui de champion du monde des rallyes pilotes en 2004, 2005, 2006 et 2007, avec Sébastien Loeb.

En juin 2005, Jean-François Lamour, ministre de la Jeunesse et des Sports, lui remet la médaille de la Légion d'honneur. La même année Carlos Sainz dispute avec Citroën son 196e rallye en WRC (record) et obtient son 97e podium. Deux ans plus tard il décline la proposition que Guy Fréquelin lui fait de lui succéder[7].

Le 9 novembre 2007, Citroën Racing annonce sa retraite à l'issue de la saison 2007. Un second doublé a encore été obtenu au Monte-Carlo, et sous son ère 37 titres de championnats ont été acquis en 18 années. Il est remplacé par Olivier Quesnel.

En 2008 il a l'occasion de piloter une Ferrari de Michael Schumacher durant la saison 2004[8].

Le 7 janvier 2009 sort son autobiographie : "Pilote de ma vie" aux éditions Calmann Levy. Ainsi apprend-t-on qu'il est titulaire d'une licence de pilote d'hélicoptère depuis 1993... fort utile pour des reconnaissances de parcours par exemple ou pour un meilleur suivi des rallye-raids, et qu'il s'adonne aux émotions du parapente depuis le milieu des années 2000.

En Belgique, outre sa participation dans les années '80 au rallye du Condroz (alors inscrit au Championnat d'Europe des Rallyes) sur Opel Manta 400, il prend également part à la version "VHC" de l'épreuve spadoise, les Legend Boucles de Spa, en 2009 sur une magnifique copie de sa Talbot Lotus Groupe 2 du Rallye Monte-Carlo 1981.

Palmarès en tant que pilote[modifier | modifier le code]

(Vice-champion du monde et d'Europe, 10 titres de champion de France automobile toutes catégories confondues; 24 victoires en championnat de France des rallyes, et plus de 25 en courses de côte)

L'Opel Manta 400 de Guy Fréquelin.

Podiums en WRC (7)[modifier | modifier le code]

(sur Talbot Sunbeam Lotus qu'il conduit entre 1980 et 1982 avec Jean Todt (6), et avec Jacques Delaval en 1978 sur R5 Alpine (1))

  • 1er du Rallye d'Argentine (1981, course terminée avec un collier cervical);
    • 2e du rallye Monte-Carlo (1981);
    • 2e du tour de Corse (1981);
    • 2e du rallye du Brésil (1981);
    • 3e du rallye du Portugal (1980);
    • 3e du RAC Rally (1980).
    • 3e du rallye Monte-Carlo (1978, lors de l'unique triplé moderne de pilotes français);

(nb: victoires de Groupe au Monte-Carlo: 1975 (Gr.1), 1976 (Gr.3), 1979 (Gr.2) et 1981 (Gr.2); vainqueur de catégories 2 litres et 2 roues motrices au rallye SanRemo 1987 sur Opel Kadett GSI)

24 Heures du Mans[modifier | modifier le code]

Année Équipe Voiture Équipier Équipier Équipier Classement Cause d'abandon
1977 Drapeau : France Équipe Haran et de Chaunac Alpine A442 Drapeau : France Didier Pironi Drapeau : France René Arnoux Abd. arbre à cames
1978 Drapeau : France Équipe Renault Elf Sport Calberson Alpine A442A Drapeau : France Jean Ragnotti Drapeau : France José Dolhem Drapeau : France Jean-Pierre Jabouille 4e
1980 Drapeau : France WM Esso WM P79 Drapeau : France Roger Dorchy 4e, et record de vitesse aux essais (361km/h)
1981 Drapeau : France WM A.E.R.E.M. WM P79 Drapeau : France Roger Dorchy Drapeau : France Xavier Mathiot Abd. casse moteur
1982 Drapeau : France WM Esso WM P82 Drapeau : France Roger Dorchy Drapeau : France Alain Couderc Abd. accident

Produits à son nom[modifier | modifier le code]

En 1984, pour concrétiser les performances de Guy Fréquelin dans les différents championnats et son premier titre national pour la marque, Opel France sort une version limitée de son modèle Manta: l'Opel Manta 'Guy Fréquelin', produite à 500 exemplaires. Le succès de ses ventes conduira à une réédition de la série.

Palmarès en tant que Directeur sportif (1989-2007)[modifier | modifier le code]

Rallye-raid (1990-1997)[modifier | modifier le code]

(36 victoires en 8 ans pour 42 participations avec 3 pilotes différents dont 2 anciens champions du monde WRC -Ari Vatanen, Pierre Lartigue et Timo Salonen- sur Citroën ZX Rallye-raid[19])

Rallye (1995-2007)[modifier | modifier le code]

(42 victoires en WRC, avec 4 pilotes - 9 championnats différents conquis)

  • Championnat d'Espagne des rallyes en 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2003, 2005 et 2006 ;
  • Championnat de France des rallyes, en 1998, 1999, 2000 et 2001;
  • Championnat d'Europe des rallyes constructeurs, en 2000;
  • Coupe d'Europe des rallyes deux roues motrices pilotes, en 2000;
  • Championnat de France des rallyes Super 1600, en 2002;
  • Championnat du monde des rallyes constructeurs, en 2003, 2004 et 2005;
  • Championnat du monde des rallyes pilotes, en 2004, 2005, 2006 (écurie belge Kronos) et 2007;
  • Championnat du monde des rallyes J-WRC, en 2001, 2002 et 2005;
  • Championnat d'Europe des rallyes conducteurs, en 2007;

Rallycross[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

L'Opel Manta 400 toujours, à la Race Retro 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Surnom de Bernard Darniche, Pilote de ma vie, Guy Fréquelin avec la collaboration de Philippe Séclier, éd. Calmann-Levy, janvier 2009, p.85 (ISBN 978-2-7021-3987-5 (5181771));
  2. Pilote de ma vie, op. cité, p.27 (ISBN 978-2-7021-3987-5 (5181771));
  3. Pilote de ma vie, op. cité, p.34;
  4. Mensuel Échappement n°74, décembre 1974, Portrait Guy Fréquelin, p.49&50;
  5. Pilote de ma vie, op. cité, p.46;
  6. Mensuel Échappement n°74, décembre 1974, Portrait Guy Fréquelin, p.51&52;
  7. Pilote de ma vie, op. cité, p.252;
  8. Pilote de ma vie, op. cité, p.258;
  9. a, b, c, d et e Interview de G. Frequelin, janvier 2010
  10. Mensuel Échappement n°123, janvier 1979, Spécial Rallyes, p.57;
  11. Pilote de ma vie, op. cité, p.48;
  12. Classement Championnat de la montagne 1972.
  13. Pilote de ma vie, op. cité, p.51-52;
  14. Pilote de ma vie, op. cité, p.62;
  15. Course de côte de Belleau
  16. Revue Sport Auto n°198 - juillet 1978
  17. Pilote de ma vie, op. cité, p.95-97 et 270;
  18. Revue Sport Auto n°222 - juillet 1980
  19. Pilote de ma vie, op. cité, p.175;