Guy Cudell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombe de Guy Cudell au cimetière de Saint-Josse

Guy Cudell (Woluwe-Saint-Pierre, 12 février 1917 - 16 mai 1999) est un homme politique belge.

Guy Cudell est surtout connu en Belgique pour avoir été un bourgmestre socialiste de la plus petite (1,5 km2), de la plus allochtone (3/4 de la population y serait issue d'au moins un grand-parent né hors de Belgique, le plus souvent au Maroc ou en Turquie) et de la plus pauvre (3 habitants sur 5 ont des revenus au-dessous du seuil imposable) des communes du Royaume, Saint-Josse-ten-Noode, de 1954 à sa mort. Un film documentaire réalisé en 1996 par Marie-Hélène Massin, Le bourgmestre a dit [1] a immortalisé pour la postérité ce personnage haut en couleur dans des scènes de la vie politique quotidienne.

Guy Cudell fut le dernier à porter l'uniforme de bourgmestre avec une épée et un bicorne.

Il avait été élu pour la première fois au conseil communal de Saint-Josse après les élections de 1947, devenant aussitôt échevin de l'enseignement, pour succéder sept ans plus tard au bourgmestre PSC André Saint-Rémy. Son successeur en 1999 fut Jean Demannez, échevin et député régional également affilié au Parti socialiste.

Guy Cudell fut aussi à plusieurs reprises élu à la Chambre des représentants, et même secrétaire d'État aux affaires bruxelloises dans d'éphémères gouvernements nationaux, celui d'Edmond Leburton en 1973-1974, et deux de Wilfried Martens (Martens I, 3 avril 1979 - 16 janvier 1980, et Martens II, 23 janvier 1980 - 9 avril 1980).

Guy Cudell fut également un militant internationaliste, qui accordait grâce à sa fonction mayorale des permis de séjour à des Algériens venus de France pendant la guerre d'Algérie, et qui ramena Daniel Bensaïd en France via un chemin de traverse dans sa voiture personnelle après une conférence donnée à Bruxelles en 1968, alors que le leader étudiant était recherché par la police française sous prétexte de désertion.

Le 24 juin 1984, Guy Cudell est enlevé par un de ses administrés, qui réclame une rançon de 40 millions de francs belges (un million d'euros). Cet épisode ne sera jamais complètement éclairci, notamment quant à son dénouement rocambolesque : Guy Cudell aurait réussi à se défaire des menottes qui l'attachaient à un radiateur, prenant ensuite la fuite.

Il fut le quinzième premier magistrat de la commune.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]