Guy Bouthillier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouthillier.

Guy Bouthillier (né en 1939) est un militant nationaliste et un politologue québécois. De 1997 à 2003, il était le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

Après avoir reçu son diplôme en droit à l'Université McGill, il suit les cours et séminaires du Cycle supérieur d'études politiques à Paris (Fondation nationale des sciences politiques), où il obtient un doctorat de spécialité "études politiques" avec la mention la plus haute (: "très honorable"). De retour au Québec, il enseigne la science politique à l'Université de Montréal.

Militant linguistique, il publie Le choc des langues au Québec en 1972 et accède à la tête du Mouvement Québec français pendant les années 1980.

En 1989, il organise une manifestation de 60 000 personnes dans le Champ-de-Mars qui demandent la conservation de la loi 101 dans son intégralité.

Il déclenche l'« affaire Bouthillier » en 1998 lorsqu'il suggère que le droit de vote devrait être réservé exclusivement aux citoyens maîtrisant la langue française.

Bouthillier est réélu à la tête de la SSJB en 2001. Avec Bernard Landry, il est responsable de la création de la fête des Patriotes, qui a remplacé la fête de Dollard.

Jean Dorion lui succède à la tête de la Société en mars 2003.

Le réalisateur Jacques Godbout a inclus Guy Bouthillier dans son documentaire Traître ou patriote.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • Le choc des langues au Québec, 1760-1970, 1972.
  • Georges-Émile Lapalme, 1988.
  • À armes égales: Combat pour le Québec français, 1994.
  • L'obsession ethnique: Essai, 1997.

Citation[modifier | modifier le code]

  • « Nous ne voulons rien que la loi 101, mais toute la loi 101. » (1989)

Liens internes[modifier | modifier le code]