Guy Aldonce II de Durfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Aldonce II de Durfort
Portrait du duc de Lorges peint en 1835 par Merry-Joseph Blondel : commande de Louis-Philippe Ier pour le musée historique de Versailles.
Portrait du duc de Lorges peint en 1835 par Merry-Joseph Blondel : commande de Louis-Philippe Ier pour le musée historique de Versailles.

Titre Comte de Lorges
(16301702)
Autre titre 1er Duc de Quintin
Prédécesseur Guy Aldonce Ier de Durfort
Successeur Guy Nicolas de Durfort
Grade militaire Maréchal de France
Commandement 4e compagnie des gardes du corps du Roi
Distinctions Chevalier du Saint-Esprit
Biographie
Dynastie Maison de Durfort
Naissance 22 août 1630
Duras
Décès 22 octobre 1702 (à 72 ans)
Paris
Père Guy Aldonce Ier de Durfort
Mère Elisabeth de La Tour d'Auvergne

Orn ext Maréchal duc OSE.svg
Blason Maison Durfort de Lorges.svg

Guy Aldonce II de Durfort, duc de Lorges, connu sous le nom de Maréchal de Lorges, (né le 22 août 1630 à Duras, dans l'actuel département de Lot-et-Garonne - mort le 22 octobre 1702, à Paris), était un militaire français du XVIIe siècle, qui servit dans les armées de Louis XIV, et devint Maréchal de France en 1676. Issu d'une famille de vieille noblesse, il était comte de Lorges (1681), duc de Quintin, dit de Lorges (1691). Il était le neveu du célèbre vicomte de Turenne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Aldonce était le cadet de la branche ducale de Duras, de la maison de Durfort, une vieille et haute famille noble. À l'époque de sa naissance, sa famille est protestante, comme le sont d'ailleurs les La Tour d'Auvergne, la famille de sa mère.

Guy Aldonce était le quatrième fils de Guy Aldonce Ier de Durfort (1605-1665), marquis de Duras, comte de Rauzan et seigneur de Lorges, maréchal de camp et d'Élisabeth de La Tour d'Auvergne, fille du maréchal de Bouillon et sœur de Turenne. Il avait un frère jumeau, Armand, mort de la peste le 6 avril 1631 avant d'avoir atteint l'âge d'un an. Un autre frère, Frédéric, comte de Rozan, (1626-1649), fut impliqué dans le blocus de Paris pendant la Fronde, au cours duquel il fut blessé le 19 février 1649, et qui mourut le 1er mai des suites de ses blessures. Son frère aîné, Jacques-Henri, duc de Duras, (° 9 octobre 1625 - 12 octobre 1704) fut gouverneur de la Franche-Comté et également Maréchal de France (en 1675). On ne peut s'empêcher de penser que leur oncle a dû favoriser la carrière militaire de Jacques-Henri et de Guy Aldonce. Son dernier frère, Louis, fut un favori du roi d'Angleterre Charles II et devint comte de Feversham.

Guy Aldonce reçut à la naissance le titre de comte de Lorges qu'il utilisa jusqu'à son accession au duché en 1691.

Le duc de Lorges a commandé l'armée française en Allemagne de 1690 à 1695. En septembre 1692 il bat le prince Charles de Wurtemberg[1] à Pforzheim et prend la ville d' Heidelberg en 1693.

Le 29 septembre 1681, le marquis de la Moussaye (Henri de Quintin, gouverneur de Stenay) perclu de dettes, vend - soulevant l'opposition de ses sœurs qui veulent le faire interdire et renoncent seulement en 1685 à demander l'annulation de la vente par voie de retrait-lignager - la seigneurie de Quintin, en Bretagne, à son cousin le maréchal de Lorges. Cette baronnie de Quintin fut érigée en duché héréditaire par Louis XIV en faveur de Guy Aldonce, jusqu'alors comte de Lorges, par lettres patentes du mois de mars 1691, enregistrées le 21 du même mois. Il sera dès lors connu sous le nom de « duc de Lorges ». Le maréchal de Lorges, devenu duc et pair en mars 1691, n'habite pas le nouveau château de Quintin : il se contente de se faire aménager un appartement en vue de ses rares venues en Bretagne.

Le 31 décembre 1688, à Versailles, Lorges a été fait chevalier de l'ordre du Saint-Esprit, dans la onzième promotion du règne de Louis XIV. Il était également chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis. À sa mort, le 22 octobre 1702, son fils Guy Nicolas lui succéda et devint duc de Lorges. Mais sa postérité s'éteignit en 1775, après avoir encore donné deux maréchaux de France.

Ascendance & postérité[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Armoiries[modifier | modifier le code]

Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la bande d'azur (de Durfort) ; aux 2 et 3, de gueules, au lion d'argent (Lomagne) ; un lambel de gueules brochant sur l'écartelé. Tenants: deux anges[3],[4].

On trouve aussi les quartiers inversés : I et IV de Lomage, II et III de Durfort ; etc[5]...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui est-ce? Un oncle du duc Eberhard-Louis, qui régna de 1677 à 1733?
  2. Roglo 2012.
  3. Rietstap 1884.
  4. Bunel 1997-2011, p. Saint-Esprit (1789).
  5. Popoff 1996, p. 57.

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]