Gustave de Galard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Galard.
Portrait du général Subervie, salle des illustres, hôtel de ville, Lectoure.

Philippe-Gustave, comte de Galard de Terraube, né à L'Isle-Bouzon (Gers) le 18 mai 1779, mort à Bordeaux le 7 mai 1841, est un peintre, lithographe et caricaturiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il descend d'une des grandes familles de Gascogne. Portraitiste, miniaturiste, illustrateur, caricaturiste, Gustave de Galard est autodidacte en matière artistique. Il a fait des études à l'école militaire de Sorèze. Son père, Joseph de Galard, capitaine au régiment de cavalerie de Picardie, est guillotiné en 1793. Il entreprend alors une longue errance, va en Espagne, et de là à Saint-Thomas, dans les Petites Antilles, où il commence à peindre des miniatures pour gagner sa vie. Il passe aux États-Unis, s'installe à Philadelphie en 1800. Il se rend ensuite en Angleterre, et en Suisse.

Après la clôture de la liste des émigrés, il peut enfin rentrer en France, et il s'installe en 1802 à Bordeaux, d'où sa famille maternelle est originaire. Il vit de sa peinture et de ses gravures. Il s'initie à la lithographie à Paris en 1815. Il publie de nombreux recueils :

  • Recueil des divers costumes des habitants de Bordeaux (1818-1819),
  • L'Album bordelais (Caprices) (1823),
  • Les Taureaux de Bordeaux (1825),
  • L'album départemental (Bordeaux et ses environs) (1829),
  • L'Album vignicole (1835).

Il réalise des publications de son Album périodique (1829, 1834) qu'il ne destine qu'à ses proches (il annonce qu'il prévoit cent livraisons, à raison d'une par an, et que ses souscripteurs ne seront tenus de payer qu'à réception de la dernière), mais ses caricatures de Louis-Philippe, auquel il s'oppose vigoureusement, lui valent quelques ennuis et un séjour en prison.

Il débute au Salon en 1838.

La mairie de Bordeaux, le musée des Beaux-Arts de Bordeaux et le musée d'Aquitaine conservent plusieurs de ses portraits et paysages. Les archives municipales de Bordeaux possèdent aussi un important fonds de Galard.

L'érudit bordelais G. Labat a dressé le catalogue de ses œuvres en 1896.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérald Schurr, Pierre Cabanne, Dictionnaire des Petits Maîtres de la peinture, 1820-1920, Paris, Éditions de l'Amateur, 2008, (notice BnF no FRBNF36964294p), (notice BnF no FRBNF390214518), (notice BnF no FRBNF41312782x)
  • G. Labat, Gustave de Galard, sa vie et son œuvre (1779-1841), Bordeaux - Paris, 1896, (notice BnF no FRBNF34161844d), (notice BnF no FRBNF341618432), (notice BnF no FRBNF30701851x)
  • Robert Coustet, Gustave de Galard, un peintre à Bordeaux à l'époque romantique, in Revue historique de Bordeaux, Bordeaux, janvier-mars 1960, (notice BnF no FRBNF37027716r)
  • Robert Coustet, Gustave de Galard (1779-1841), Bordeaux, Mollat, 1998,

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Base Joconde : [1]