Gustave Zédé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gustave Zédé

Gustave Zédé (1825 - 1891) est un ingénieur du Génie Maritime, directeur des constructions navales et inventeur du Gymnote, premier sous-marin torpilleur opérationnel français et sans aucun doute au monde[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Alexandre Zédé est né à Paris (10e) le 15 février 1825. Entre en deuxième position à l'école Polytechnique le 1er novembre 1843. Elève à l'école d'application du Génie Maritime le 1er octobre 1845. Sous-ingénieur de troisième classe le 1er octobre 1847. Sous-ingénieur de deuxième classe le 1er décembre 1849. Sous-ingénieur de première classe le 13 avril 1854, à la direction des constructions navales du deuxième arrondissement maritime à Brest, sous la direction de Joseph Fauveau. Ingénieur de deuxième classe le 10 janvier 1863. Chef du premier bureau, constructions navales, à la quatrième direction du matériel, dirigé par Dupuy de Lôme, il est membre adjoint du comité de l'artillerie de la marine et des colonies, depuis sa création le 9 avril 1864, officier de la Légion d'honneur en 1866 . Ingénieur de première classe le 1er janvier 1869 il fut blessé lors d'une expérience de torpille en 1879 . Il est nommé le 1er octobre 1880, directeur des constructions navales. Il fut administrateur de la Société des forges et chantiers de la Méditerranée en 1890[2] .

Le Gymnote[modifier | modifier le code]

Le sous-marin Gymnote, en 1889.
Archimède et le Marcel Le Bihan, rebaptisé Gustave Zédé en 1978.

Le Gymnote, est le premier sous-marin inscrit sur la liste de la flotte française, sous le vocable bateau sous-marin, par décision ministérielle du 30 janvier 1888. Il fut construit d'après une idée et les calculs d'Henri Dupuy de Lôme et les plans de Gustave Zédé. Long de 17 m, manœuvré par un équipage de cinq hommes, il était propulsé par un moteur électrique multipolaire de 60 chevaux créé par Arthur Krebs alimenté par une batterie Commelin et Desmazures composée de 564 accumulateurs[3] : il atteignait huit nœuds en surface et quatre en plongée.

Navires nommés Gustave Zédé[modifier | modifier le code]

Le premier Gustave Zédé est un sous-marin lancé en 1893, qui déplaçait 226 t[4]. Initialement nommé Sirène, il est rebaptisé Gustave Zédé le 1er mai 1891, pour honorer la mémoire du père du sous-marin, qui vient de mourir[5].

Le « Nautilus » de Jules Verne (1869).
Article détaillé : Gustave Zédé (sous-marin).

Le deuxième Gustave Zédé était aussi un sous-marin, de 1915 à 1937, à propulsion électrique. Lien externe avec les détails.

Un autre navire Gustave Zédé , troisième du nom, était plus récemment un ravitailleur de sous-marins basé à Toulon, en service de 1948 à 1971, ancien bateau allemand qui avait assuré le même service de 1934 à 1947 sous le nom de Saar (U-boot begleitschiff) [6]. Il a navigué en Manche (un peu), en Atlantique, des Îles Hébrides au Golfe de Guinée et partout en Méditerranée. Bâtiment de commandement (général André Beaufre) à Suez, il se porte aux secours des victimes d'Agadir et participe à l'évacuation des bases de Bizerte et Mers El-Kébir. Il a été coulé pour exercice par le sous-marin Doris le 26 février 1976. Il repose par 2149 mètres au large de Marseille.

Le quatrième à porter ce nom est l'ancien aviso et dépanneur d'hydravions Marcel le Bihan, ex-Greif allemand. Le 1er janvier 1978, le Marcel Le Bihan cède son nom à un aviso (SM Le Bihan) et relève le nom Gustave Zédé, bâtiment d'intervention sous-marine (BISM) en 1978. Il est affecté au groupe d'interventions sous la mer (GISMER). Il est le bâtiment support d'un sous-marin d'exploration Shelf Diver. Entre 1979 et 1981, il subit une refonte pour lui permettre d'accueillir le sous-marin d'exploration Licorne. Il est désarmé en 1985 et coulé en 1990. Ce bâtiment était équipé d'un système de propulsion Voith-Schneider à pâles verticales.

Anecdote littéraire[modifier | modifier le code]

Gustave Zédé et Henri Dupuy de Lôme apportèrent leurs conseils à Jules Verne en 1869, pour le sous-marin le Nautilus de Vingt mille lieues sous les mers[4].

Notes, références[modifier | modifier le code]

  1. Rue Gustave-Zédé, nomenclature des rues de Paris.
  2. [1]
  3. Article de L'Illustration, 1888.
  4. a et b Le bateau sous-marin Gymnote.
  5. Navires & Histoire, numéro 66, pages 4 à 7
  6. Anciens du Zédé.