Gustave Gailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gailly.
Gustave Gailly
Image illustrative de l'article Gustave Gailly
Fonctions
Député
Sénateur
Maire
Biographie
Date de naissance 25 janvier 1825
Lieu de naissance Charleville
Date de décès 10 octobre 1910
Lieu de décès Charleville
Nationalité Française
Profession Industriel

Gustave Gailly (25 janvier 1825 – 6 octobre 1910) était un industriel et un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Gustave est né le 25 janvier 1825 à Charleville. Il est le premier enfant d’Auguste Ponce et de Florence de Taurines. Il commence ses études au collège de Charleville et, après son baccalauréat, part étudier le droit à Paris afin de rentrer dans la magistrature. Finalement, il abandonne ses études pour se lancer dans l’industrie.
Gustave se marie le 2 février 1857 avec Clémentine Godelle. Ils auront cinq enfants : Charles, Gustave-Henri, Marie, Berthe et Jeanne.

Carrière industrielle[modifier | modifier le code]

En 1848, à 23 ans, Gustave crée une clouterie mécanique. Cinq ans plus tard, il fonde une société en nom collectif qui exploite un brevet de fabrication de clous à souliers. Cette société sera récompensée lors des Expositions universelles de Londres en 1862, de Paris en 1867, d'Amsterdam en 1869 et de Paris en 1878.
En août 1868, en association avec Jean-Baptiste Maljean, il fait l'acquisition des usines de Flize et de Boutancourt, productrices de fer et de tôles, pour alimenter la clouterie mécanique et l'usine de Saint Charles.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Tribunal du commerce[modifier | modifier le code]

Sa carrière politique commence à la Chambre de Commerce des Ardennes, où il est nommé juge au tribunal de commerce de Charleville, par décret impérial du 29 mai 1861, puis Président du tribunal le 25 août 1865. Il en assurera la présidence jusqu'en 1870.

Maire de Charleville[modifier | modifier le code]

Le 26 août 1870, il rentre au conseil municipal, et devient maire de Charleville trois mois plus tard. Le 1er janvier 1871, les Prussiens envahissent la ville. Face à la pression de l'occupant et à l'approche des élections législatives, il démissionne 15 jours plus tard. Son mandat n'aura finalement duré que 4 mois. Il est remplacé par son 1er adjoint Jules Millart. Gustave gardera un poste de conseiller municipal.

Député des Ardennes[modifier | modifier le code]

Gustave est élu député des Ardennes le 9 février 1871. Il fait à l'assemblée plusieurs interventions remarquées. Il se rapproche de Thiers avec qui il entretient d'excellentes relations d'amitiés. Il est réélu le 20 février 1876 et le 14 octobre 1880. Il occupera à l'assemblée nationale un poste de questeur.

Sénateur des Ardennes[modifier | modifier le code]

Gustave est élu sénateur le 9 mai 1880 et succède à Charles Cunin-Gridaine. Il garde ce poste jusqu'en 1903 où il met fin à sa carrière politique.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • En 1878, Gustave Gailly est fait chevalier de la Légion d'honneur à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris
  • En 1880, Gustave Gailly est nommé Chevalier de première Classe de l'ordre royal Norvégien de saint Olaf par sa majesté Oscar II

Divers[modifier | modifier le code]

  • À Charleville dans le parc de la Gare, on trouve un buste de Gustave Gailly
  • Gustave Gailly a fondé l'association des anciens élèves de Charleville en 1880

Liens externes[modifier | modifier le code]