Gunter Sachs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sachs.
Maison natale de G. Sachs : le château de Mainberg.

Fritz Gunter Sachs, né le 14 novembre 1932 à Mainberg (de) près de Schweinfurt et mort le 7 mai 2011 à Gstaad[1] (Suisse), est un héritier, homme d'affaires multimillionnaire, photographe et sportif de haut niveau, et de nationalités allemande et suisse[2], qui a atteint la célébrité mondiale par son mariage avec Brigitte Bardot en 1966.

Dans les années 1960-1970, il était considéré comme un "playboy".

Vie privée[modifier | modifier le code]

Ses deux grands-pères sont des inventeurs et des industriels allemands dans le secteur automobile : son grand-père paternel est Ernst Sachs, l'un des deux fondateurs de Fichtel & Sachs, d'où lui vient sa fortune ; son grand-père maternel est Wilhelm Von Opel, fils d'Adam Opel, fondateur d'Opel. Il passe la plus grande partie de son enfance en Suisse à Lausanne, où il poursuit ses études.

Son père, Willy Sachs, proche des dignitaires nazis, dont Göring et Himmler, sera arrêté par l'armée américaine à la fin de la guerre. Mais il sera relâché car il était considéré comme un suiveur mais aussi grâce à son poids économique dans l'économie allemande. Gunter Sachs publia plusieurs livres sur le passé de son père.

Gunter Sachs s'unit pour la première fois en 1956 avec Anne-Marie Faure, qui meurt en 1958 des suites d'une erreur d’anesthésie[3].

Il fut en 1962 aussi amoureux de Soraya Esfandiary[4], seconde épouse du shah d'Iran.

Le 14 juillet 1966, il épouse Brigitte Bardot à Las Vegas. Pour la séduire, il lui envoie plus de 10 000 roses par hélicoptère. Le 28 mai 1967, il inaugure avec elle, lors d'une nuit de noces fastueuse, l'hôtel Byblos à Saint-Tropez, avec pour invités Françoise Sagan, Jacques Chazot, Juliette Greco, Bernard Buffet et son épouse Annabel, Michel Piccoli, Gilbert Trigano, Eddie Barclay, Eddy Mitchell, Michel Polnareff, et d'autres personnalités en vue de l'époque. Bardot et Sachs divorceront le 1er octobre 1969.

La même année, Sachs épouse Mirja Larsson (* 1943), un mannequin suédois[5].

Se sachant atteint de la maladie d'Alzheimer, il se suicide à l'âge de 78 ans[1], par arme à feu. Il laisse une lettre à ses proches pour expliquer son geste.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeune homme, Sachs était très sportif, pratiquant notamment le bobsleigh. Il gagna ensuite une reconnaissance internationale grâce à un film documentaire et des reportages photographiques. Sachs était un collectionneur d'art moderne. Dans sa collection, il y a des artistes comme Yves Tanguy et ceux du Nouveau réalisme, mais aussi Yves Klein et René Magritte[6]. Une autre partie concernait le Pop art avec Robert Rauschenberg, Roy Lichtenstein et Andy Warhol[7].

Passionné de photographie, de mathématique, d'économie et d'astrologie, Sachs publia un livre sur ce dernier sujet, Die Akte Astrologie[8] (en français : Le Dossier astrologie[9]), qui entendait donner une base scientifique à celle-ci, en établissant une corrélation statistique entre les signes du zodiaque et divers aspects de la vie humaine[10].

Pendant plus de trente ans, Sachs fut président de différents clubs très fermés, dont le Dracula Club de Saint-Moritz.

En 2011, ses actifs étaient estimés à 500 millions d'euros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L'ex-mari de Bardot, Gunter Sachs, s'est suicidé » leparisien.fr, 8 mai 2011.
  2. Il est devenu citoyen suisse en 1976.
  3. Bruno Waterfield, « Gunter Sachs, former husband of Brigitte Bardot, shoots himself in Swiss chalet », Telegraph, London,‎ 8 mai 2011 (lire en ligne)
  4. http://www.allvoices.com/contributed-news/9011336-ex-brigitte-bardot-husband-gunter-sachs-commits-suicide
  5. Source des données biographiques : (en) thePeerage.com, consulté le 18 janvier 2008.
  6. http://www.lesoir.be/archives?url=/sports/sports_mecaniques/2011-05-08/gunter-sachs-ex-mari-de-bardot-s-est-suicide-838896.php
  7. http://www.freiepresse.de/BILDERGALERIEN/index.php?gal=3459&bild=4
  8. Voir (de) « Présentation » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 27 août 2013 sur le site de G. Sachs.
  9. Le Dossier astrologie : la preuve scientifique qu'il existe un lien mesurable entre les signes du zodiaque et le comportement humain, traduit de l'allemand, Michel Lafon, Paris, 2000 (ISBN 9782840986201).
  10. Les erreurs méthodologiques à la base de cette publication sont mises en évidences sur (en) Astrology and Science, consulté le 18 janvier 2008.

Lien externe[modifier | modifier le code]