Guiyu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guiyu
屿
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Guangdong
Préfecture Shantou
Statut administratif Ville-district
Géographie
Coordonnées 23° 19′ 11″ N 116° 20′ 59″ E / 23.319722, 116.349722 ()23° 19′ 11″ Nord 116° 20′ 59″ Est / 23.319722, 116.349722 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Guiyu

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Guiyu

Guiyu (chinois : 屿 ; pinyin : Gùiyǔ) est un bourg chinois situé sur la côte de la mer de Chine méridionale. Guiyu est connue pour sa décharge d'équipements électriques et électroniques.

Déchets électroniques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décharge de Guiyu.

Guiyu est la plus grande décharge de déchets d'équipements électriques et électroniques sur terre[1] et a fait pour la première fois l'objet d'une étude en décembre 2001 par le Basel Action Network dans leur rapport et leur film documentaire Exporting Harm[2].

La pollution de la décharge fait que 80 % des enfants de Guiyu ont des taux dangereux de plomb dans leur sang[3].

Le bourg est devenu un laboratoire pour les toxicologues. Ici, 52 km2 servent de décharge à plusieurs dizaines de tonnes de déchets. Le plus grand cimetière électronique du monde. Selon la revue américaine Environnemental Science and Technology, le taux de plomb et de cuivre autour de Guiyu est 300 fois plus élevé que dans les autres bourgades situées à une dizaine de kilomètres. Les ouvriers qui travaillent dans la décharge souffrent de problèmes neurologiques, respiratoires ou digestifs. La plupart d'entre eux sont atteints de saturnisme. L'eau n'est plus potable et doit être importée par camion[4].

On peut voir employer, dans les ateliers de recyclage, des méthodes sommaires. Les ouvriers brulent au briquet les plastiques, afin de distinguer les différents types de plastique. D'autres baignent à l'acide les cartes mères pour récupérer l'or qu'elles contiennent ; les acides sont ensuite simplement rejetées à la rivière[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Tim Johnson, « E-waste dump of the world », The Seattle Times,‎ 9 avril 2006 (lire en ligne)
  2. [PDF] (en) « Exporting Harm: The High-Tech Trashing of Asia », Basel Action Network,‎ 25 février 2002
  3. (en) George Monbiot, « From toxic waste to toxic assets, the same people always get dumped on », The Guardian, London,‎ 21 septembre 2009 (lire en ligne)
  4. GEO, no 404, octobre 2012, p. 72
  5. [vidéo] « La tragédie électronique », de Cosima Dannoritzer, 86 min [présentation en ligne]. Production France/Espagne. Diffusé sur Arte le 20 mai 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]