Guitare baryton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guitare baritone)
Aller à : navigation, rechercher

Une guitare baryton (ou barytone, d'après le mot baryton) est une guitare accordée plus bas que l'accordage classique mi-la--sol-si-mi grâce à un manche plus long et à des frettes plus espacées. Elle se situe entre la guitare et la guitare basse. Elle existe essentiellement en version guitare électrique.

La longueur de son manche autorise un diapason plus grand que ceux habituellement rencontrés (26,50" ou 27.50" et même 30" au lieu de 24.75" ou 25.5" – diapasons dits Gibson et Fender, respectivement, pour des raisons historiques). Le diapason correspondant à la longueur vibrante des cordes, il s'ensuit qu'une baryton peut être accordée plus bas – par exemple en si grave au lieu de mi à partir de la première corde, donc si-mi-la--fa#-si (B-E-A-D-F#-B en notation internationale).

Guitare Fender baryton

Historique[modifier | modifier le code]

La guitare baryton et la sept cordes[modifier | modifier le code]

Ces guitares concurrencent et se démarquent à la fois des modèles sept cordes : une guitare baryton à six cordes revient, si on s'en tient à considérer les tonalités des notes, à supprimer la dernière corde aiguë d'une guitare sept cordes accordée si grave. Un avantage immédiat est qu'une baryton permet d'éviter l'utilisation de tirants de cordes trop élevés, rendant le jeu plus difficile et occasionnant plus de tension sur le manche. Pour autant, les sept cordes actuelles emploient souvent un tirant de corde usuel, couplé par exemple à un chevalet surélevé, supprimant ainsi les risques de frisure et les problèmes de justesse. Mais l'intérêt d'une baryton ne réside pas dans l'accordage en si grave, accessible à la sept et même à la six cordes. Notons au passage que bien des utilisateurs de baryton jouent accordés en "la" avec les mêmes intervalles que sur un accordage normal alors que bien des guitaristes de metal jouent sur six cordes avec un accordage en drop-D ou en drop-C avec des intervalles différents d'un accordage classique.

Une baryton autorise des accordages encore plus graves, ce qui est sa réelle particularité. De fait, ces guitares sont surtout actuellement utilisées en métal, où elles jouent bien souvent le rôle de la guitare rythmique complétant le duo basse-batterie aux côtés d'une guitare soliste. Une baryton, même si ce n'est pas sa vocation première, permet d'aller sans défaillir jusqu'à une octave en dessous de l'accordage standard : manche et mécaniques sont adaptés pour à la fois soutenir la tension de tirants de cordes importants et offrir la meilleure résonance et la meilleure définition des notes possibles. Plus l'accordage est grave, plus le tirant de corde est élevé, certes, mais moins les écarts de tension associés à ses tirants successifs se font sentir. Une baryton accordée très grave se rapproche d'une basse avec une très bonne qualité sonore, ce qui est impossible avec une sept cordes, plus tournée vers la rythmique et les positions d'accords – des groupes comme Meshuggah en sont l'illustration, et des guitares récentes telles que l'epiphone Les Paul baryton également.

Pour autant, le guitariste virtuose Steve Vai s'est fait fabriquer bien des guitares sept cordes, qu'il a contribué à populariser, et ne s'en est jamais plaint.

Cependant, considérer que les guitares baryton sont historiquement liées au métal est une grossière erreur. Bien avant que le genre existe, Danelectro fabriquait déjà des baryton, utilisées par les musiciens de surf-punk et de psychobilly... et reprises ensuite pour des BO de films tels que celle de James Bond ou par Ennio Morricone pour les westerns spaghetti. Cette fameuse idée chère aux guitaristes de metal 'la baryton n'est qu'une sept cordes à six cordes' est complètement fausse : le son typique des danelectro, le 'twang' ne peut s'obtenir qu'avec une vraie baryton, dont les cordes sont lâches et vibrent longuement, ce qui est très différent d'une guitare 'normale' : techniquement, le twang est lié à une action plus haute, donc à des cordes plus mollement tendues à l'attaque plus aléatoire et moins précise. D'ailleurs, l'epiphone baryton évoquée plus haut semble victime de la recherche des guitaristes de metal de définitions très précises en rythmique dans des accordages graves en son très saturé : pourquoi acheter une baryton alors que la tension de cordes à très fort tirant sur une guitare 'normale' autorise en accord de drop-D par exemple une bien meilleure définition que le twang un peu boueux des vraies baryton. De plus, les micros sont très différents : les humbuckers gras très riches en graves de la Les Paul sont on ne peut plus éloignés des simples bobinages lipstick d'une danelectro, eux très proches des micros manche d'une Télécaster... Une Les Paul sonnera "mieux" (bien que cette notion soit très subjective) passée dans une distorsion moderne type Rocktron ou Proco Rat et une Danelectro dans un tremolo et une réverbe à ressort : ce n'est simplement pas la même guitare.

Instrumentistes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]