Guimps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guimps
La mairie de Guimps
La mairie de Guimps
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Barbezieux-Saint-Hilaire
Intercommunalité Communauté de communes des 3B - Sud-Charente
Maire
Mandat
Albert Barussaud
2008-2014
Code postal 16300
Code commune 16160
Démographie
Population
municipale
474 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 51″ N 0° 14′ 45″ O / 45.4642, -0.2458 ()45° 27′ 51″ Nord 0° 14′ 45″ Ouest / 45.4642, -0.2458 ()  
Altitude Min. 49 m – Max. 109 m
Superficie 12,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Guimps

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Guimps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guimps

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guimps

Guimps est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Guimps est une commune du sud-ouest de la Charente limitrophe de la Charente-Maritime, située 7 km à l'ouest de Barbezieux et 38 km au sud-ouest d'Angoulême.

Elle est aussi à 8 km au sud d'Archiac, 9 km au nord de Baignes, 15 km à l'est de Jonzac, et 26 km au sud de Cognac[1].

La route principale est la D 3 (D 2 en Charente-Maritime), route est-ouest qui relie Barbezieux à Jonzac. Le bourg de Guimps est à 0,8 km au nord de cette route, et est desservi par la D 125, petite départementale qui va du nord au sud, et la D 430 qui va vers le nord-ouest (ancienne voie romaine)[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes charentaises, Guimps possède un habitat dispersé et elle compte de nombreux hameaux et fermes. Du nord au sud, il y a chez Bruneau, la Broue, chez Monnereau, les Grands Landry, les Petits Landry, la Torte, Chillaud, Charde, chez Thibaud, Bretagne, le Mancou, la Roche, etc.[2]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Guimps
Saint-Eugène
(Charente-Maritime)
Brie-sous-Archiac
(Charente-Maritime)
Guimps Barret
Saint-Ciers-Champagne
(Charente-Maritime)
Lamérac Montchaude

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente et du Cognaçais et a donné son nom à la Champagne charentaise[3]. En limite sud de la commune (chez Buguet), on trouve une petite zone de sable kaolinique et galets du Tertiaire. La vallée du Trèfle est couverte d'alluvions récentes du Quaternaire[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune occupe un bas plateau traversé en son centre par la vallée du Trèfle. Le relief est assez faible et les hauteurs occupent surtout le nord de la commune. Le point culminant est à une altitude de 109 m, situé aux Grands Landry. Le point le plus bas est à 49 m, situé le long du Trèfle sur la limite ouest de la commune et du département. Le bourg, construit au bord du Trèfle, est à 59 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Trèfle, affluent de la Seugne et sous-affluent de la Charente, traverse la commune d'est en ouest et passe au bourg de Guimps, construit sur sa rive droite.

Le Petit Trèfle, descendant de Lamérac, se jette sur sa rive gauche un peu en aval du bourg[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'école située au lieu-dit l'Ermitage est un établissement des dames de Marie de Guimps qui y ont assuré à partir de 1861 l'instruction des petites filles pauvres de la paroisse[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001   Albert Barussaud SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 474 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 153 1 135 1 143 1 099 1 143 897 1 098 1 079 1 060
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
670 1 007 963 946 926 815 768 728 710
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
714 736 693 683 643 645 603 603 580
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
603 546 478 508 495 500 504 472 474
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Guimps en 2007 en pourcentage[10].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,4 
8,5 
75 à 89 ans
11,1 
14,5 
60 à 74 ans
15,5 
26,2 
45 à 59 ans
23,0 
20,6 
30 à 44 ans
19,4 
15,3 
15 à 29 ans
16,7 
14,5 
0 à 14 ans
13,9 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Coopérative agricole de Guimps en 2008

La Coopérative agricole de Guimps est une minoterie et usine de boulangerie coopérative créée en 1887, par dix familles de Guimps. La minoterie a été construite en 1928[12]. Elle est fermée et en 2008, l'usine est en train d'être démontée.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes jouxtant la mairie

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Guimps et Montchaude. Montchaude accueille l'école élémentaire et Guimps l'école primaire. L'école à Guimps comporte trois classes, dont une de maternelle. Le secteur du collège est Barbezieux[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre est un ancien prieuré-cure. Elle daterait du XIIe siècle. Le chœur aurait été refait avant ou après 1400. Puis elle a été très restaurée au XIXe siècle[14].

L'église Saint-Pierre

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit le Château un édifice porte la date de 1764 sur son passage couvert. Le logis a été reconstruit au XIXe siècle mais une tour et une tourelle d'escalier plus anciennes y sont accolées[15].

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le Trèfle à Guimps
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]