Guillemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillemont
Daily Mail Postcard -The High Street of Guillemont
Daily Mail Postcard -The High Street of Guillemont
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Arrondissement de Péronne
Canton Canton de Combles
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Combles
Maire
Mandat
Didier Samain
2014-2020
Code postal 80360
Code commune 80401
Démographie
Population
municipale
137 hab. (2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 52″ N 2° 49′ 33″ E / 50.0144, 2.825850° 00′ 52″ Nord 2° 49′ 33″ Est / 50.0144, 2.8258  
Altitude Min. 94 m – Max. 156 m
Superficie 3,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guillemont

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guillemont

Guillemont est une commune française, située dans le département de la Somme, la région Picardie et sur le Circuit du Souvenir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Guillemont dans les textes anciens: Mons Speculator, Guillemi Mons (Montagne de Guillaume), Guignemont[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Village agricole de Picardie aux confins de l'Amiénois et du Vermandois, desservi par la route Combles - Albert, aisément accessible par l'autoroute A1.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est argilo-calcaire et plutôt argileux au nord et à l'ouest sous cette couche se trouve la craie[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Au nord, se trouve une plaine où est située le village, qui représente le tiers de la surface communale. Cette plaine est séparée du reste du territoire par une légère dépression qui est orientée est-ouest, vers l'Ancre. L'autre partie du territoire est légèrement ondulée. Au sud, un vallon se dirige vers la Somme[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a ni source, ni cours d'eau sur le territoire de la commune. La nappe phréatique se trouve à 20 mètres de profondeur[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vent de nord et de nord-ouest dominant.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune a un habitat groupé, il n'y a ni hameau, ni ferme isolée sur son territoire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Guillemont
Longueval Ginchy
Montauban-de-Picardie Guillemont Combles
Hardecourt-aux-Bois Maurepas

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 137 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 361 479 504 593 623 625 611 604
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570 574 534 531 517 510 450 426 414
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
387 393 333 69 162 193 203 206 190
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
198 200 154 124 128 114 123 122 131
2011 - - - - - - - -
137 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Guillemont dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans Orages d'acier, l'écrivain allemand Ernst Jünger, donne une description des combats autour de Guillemont durant la guerre de 1914-1918.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Didier Samain   Réélu pour le mandat 2014-2020[4], [5]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque franque, le territoire de la commune était recouvert par la forêt d'Arrouaise.

Au XIIIe siècle, l'Abbaye d'Arrouaise possédait sur ce territoire une ferme et des terres. Puis un hameau s'est constitué. Il était rattaché à la paroisse de Ginchy.

En 1862, la commune devint une paroisse autonome et une église fut construite.

La commune de Guillemont a été le théâtre de violents combats pendant la Première Guerre mondiale.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux Glorieux Soldats du 265e Régiment d'Infanterie en hommage aux soldats français tombés pendant l'été 1914.
  • Monument à la Twentieth Light Division (la 20e Division britannique)
  • Monument à la 16e Division irlandaise près de l'église.
  • A la sortie du village (direction Combles), se dresse une croix celtique décorée d'une feuille de trèfle sculptée. Une dédicace en gaélique est inscrite au bas de la croix.
  • Cimetière militaire britannique : Guillemont Road Cemetery située sur la route Montauban-de-Picardie-Guillemont, il rassemble 2 265 corps (2 259 Britanniques, 1 Canadien, 1 Terre-Neuvien, 1 Australien, 1 Sud-Africain et 2 Allemands). C'est dans cette nécropole que se trouve la tombe de Raymond Asquith, l'un des fils de Herbert Asquith, Premier ministre britannique de 1908 à 1916 et celle du poète Edward Wyndham Tennant, lieutenant au 4e bataillon des Grenadier Guards.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice géographique et historique sur la commune de Guillemont, rédigée par M. Chevalier, instituteur de Guillemont, 189?, Archives départementales de la Somme
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 31 août 2008)
  5. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)