Guillaume de Sonnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume de Sonnac
Image illustrative de l'article Guillaume de Sonnac
Titre
17e ou 18eMaître de l'Ordre du Temple
12471250
Prédécesseur Richard de Bures
Successeur Renaud de Vichiers
Maître de province d'Aquitaine
12361247
Prédécesseur Giraud de Brosses
Successeur Warinus de Sonarus
Biographie
Date de naissance 1200
Date de décès 1250
Lieu de décès Bataille de Mansourah

Guillaume de Sonnac
Blason de la famille de Saunhac

Guillaume de Sonnac ou de Saunhac ou encore de Sennai, est un dignitaire de l'ordre du Temple qui fut d'abord recteur de la commanderie d'Auzon, puis précepteur de la commanderie de Sainte-Eulalie-de-Cernon et précepteur de la province d'Aquitaine à partir de 1236. Il devint maître de l'ordre du Temple en 1247[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il existe deux chroniques de l'époque faisant mention de ce Guillaume[2],[3] mais son nom Sonnac aurait été mal retranscrit dans le livre de Jehans de Joinville et serait plutôt Sonay, l’orthographe initiale de son nom étant Wilielmus de Sonayo[4],[5]. Certains affirment qu'il appartiendrait à la famille de Saunhac[6], l'une des plus grandes familles du Rouergue mais bon nombre d'historiens réfutent cette thèse[7]. D'autres affirment qu'il serait originaire de Sonac[8] dans le Lot ou de Sonnac dans l'Aude mais il semblerait qu'il soit issu d'une famille du Bas-Poitou installée au château de Sonnay en Touraine et qui aurait été anoblie par Foulques V d'Anjou[9].

Maître de l'Ordre du Temple[modifier | modifier le code]

Lors de la septième croisade, Il s'illustre à la prise de Damiette. Il est aveuglé puis tué à la bataille de Mansourah, le 11 février 1250, après avoir été éborgné le 8 février 1250, lors de la première bataille de Mansourah.

Les hommes de son temps[modifier | modifier le code]

Au cours de sa vie et comme maître de l'ordre du Temple, Guillaume de Sonnac a côtoyé des hommes remarquables :

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Sous le nom de Guillaume de Sonnac, il est un des héros de la série de bande dessinée Crusades par Izu, Alex Nikolavitch et Zhang Xiaoyu, aux éditions Les Humanoïdes Associés, qui en fait un intrigant en quête de pouvoir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire »,‎ 2008 (1re éd. 2005), poche, 664 p. (ISBN 978-2-7578-1122-1), page 611
  2. a, b et c Histoire de Saint Louis par Jehan Sire de Joinville. Les annales de son règne par Guillaume de Nangis. Sa vie et ses miracles par le confesseur de la Reine Marguerite. sur Google Livres, Jean de Joinville, Manuscrits de la bibliothèque du Roi, Imprimerie royale, 1761.
  3. Grande chronique de Matthieu Paris, traduite en français par A. Huillard-Bréholles, accompagnée de notes et précédée d'une introduction, par M. le duc de Luynes. sur Google Livres, Matthieu Paris, 1840.
  4. (de) Sacrae Domus Militiae Templi Hierosolymitani magistri. sur Google Livres, Marie Luise Bulst-Thiele, 1974, page 231.
  5. Les Mandats de saint Louis sur son trésor et le mouvement international des capitaux pendant la septième croisade (1248-1254). sur Google Livres, André-E. Sayous, 1931, disponible également sur « Revue Historique: les mandats de Saint Louis... », sur jstor.org
  6. Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue sur Google Livres, Hippolyte de Barrau, 1853, page 121.
  7. Etudes historiques sur le Rouerque, Tome IV sur Google Livres, Baron de Gaujal, Imprimerie administrative de Paul Dupont, 1859, page 112.
  8. Monographie historique de Sonac en Quercy. sur Google Livres, Jean Labanhie, Éditions du Roc de Bourzac, 1990.
  9. Association Guillaume de Sonnac, « Introduction aux études sur Guillaume de Sonnac », sur www.guillaumedesonnac.com (consulté le 12 janvier 2012)
  10. René Grousset, Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem - III. 1188-1291 L'anarchie franque, Paris, Perrin,‎ 1936 (réimpr. 2006), 902 p. pages 447-457