Guillaume Imbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Imbert.

Guillaume Imbert de Boudeaux, né à Limoges en 1744, mort à Paris le 19 mai 1803, est un homme de lettres français.

Sa famille ayant forcé Imbert à entrer dans l’ordre des Bénédictins, celui-ci ne cessa de protester contre cette violence et, aussitôt qu’il le put, il quitta son couvent. Il se livra alors à ses goûts pour la critique politique et littéraire, et fit paraitre des recueils périodiques qui le firent mettre, à trois reprises, à la Bastille.

Redoutant de nouveaux emprisonnements, Imbert émigra en Prusse rhénane, à Neuwied, où il collabora à la publication de la Correspondance littéraire secrète de Metra.

Il revint ensuite vers 1790 en France, où il termina ses jours.

Publications[modifier | modifier le code]

  • État présent de l’Espagne et de la Nation espagnole, trad, de l’anglais, de Clarke, 1770, 2 vol. in-12 ;
    Ce livre fut défendu en France et en Espagne, dès sa parution.
  • Dissertation sur l’Origine de l’Imprimerie en Angleterre, trad. de l’anglais de Conyers Middleton, Londres et Paris, 1775, in-8° ;
    L’auteur y établit que Caxton apporta le premier à Westminster les procédés de cet art, et repousse l’opinion qui place le berceau de l’imprimerie anglaise à Oxford, où elle aurait été introduite par un étranger.
  • Correspondance littéraire secrète, publiée chaque semaine, du 4 juin 1774 à octobre 1785 ;
    Une grande partie de ces feuilles hebdomadaires a été réimprimée sous la rubrique de Londres, de 1787 à 1790, en 18 vol. in-12 et continuées à Neuwied jusqu’au 7 mars 1793 par Beaunoir
  • La Philosophie de la Guerre, extrait des Mémoires du général Henri Lloyd, trad. par un officier français (Romance, marquis de Mesmon) ; 1790, in-12 ;
  • Anecdotes du dix-huitième siècle, Londres, 1783-1785, 2 vol. in-8° ;
    Imbert eut plusieurs collaborateurs pour cet ouvrage.
  • La Chronique scandaleuse, ou mémoires pour servir à l’histoire des mœurs de la génération présente, Paris, 1783, in-12; 1785, 2 vol. in-12 ; 1788 et 1791, 5 vol. in-12 ;
  • Mémoire politique et militaire sur la Défense et l’Invasion de la Grande-Bretagne, trad, de l’anglais du général H. Lloyd, Limoges et Paris, an IX, in-8°, avec carte et plan ;
    Cet ouvrage fut réfuté par le général Jacques-François-Louis Grobert, dans ses Observations sur le Mémoire du général Lloyd concernant l’Invasion et la Défense de la Grande-Bretagne, Paris, 1803, in-8°. Une réplique d’Imbert fut défendue par le gouvernement.

Source[modifier | modifier le code]