Guillaume Emmanuel Guignard de Saint-Priest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guignard.
Guillaume Emmanuel Guignard de Saint-Priest
Image illustrative de l'article Guillaume Emmanuel Guignard de Saint-Priest

Naissance 4 mars 1776
Constantinople
Décès 29 mars 1814 (à 38 ans)
Laon
Origine Flag of Royalist France.svg France
Allégeance Drapeau de la Russie Russie
Grade Lieutenant général
Distinctions Ordre de St-Georges II degrés Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir II degrésOrdre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne I degrés Ordre de Sainte-Anne
Pour le Mérite Pour le Mérite
épée d'or avec diamants pour le courage
Famille Saint-Priest
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Saint-Priest.

Le vicomte Guillaume-Emmanuel Guignard de Saint-Priest, né à Constantinople le 4 mars 1776, mort à Laon le 29 mars 1814, est un aristocrate français qui fut général russe, et mourut des suites de ses blessures reçues à la bataille de Reims.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils aîné de François-Emmanuel Guignard, comte de Saint-Priest, diplomate et homme d'État français[1], auteur de Mémoires politiques où il évoque son fils aîné notamment[2].

Armes de la famille
Guignard de Saint-Priest
sur l'ancien consulat français à Istanbul
Devise :
"Fort et Ferme".

Après avoir fréquenté l'université d'Heidelberg, il entra dans l'armée impériale russe et participa en tant que commandant du régiment des chasseurs de la Garde à la bataille d'Austerlitz, après laquelle il fut décoré de l'Ordre de Saint-Georges de 4e classe. Il fut grièvement blessé avant la bataille d'Eylau (1807) puis lors de la Campagne de Russie en 1812. Le 21 octobre, il fut promu lieutenant général. En 1813, Saint-Priest combattit à Löbau et Bischofswerda et il se distingua en 1814 à Coblence et à Mayence. Le 13 mars 1814, pendant la prise de Reims, il fut grièvement blessé à l'épaule par l'explosion d'une grenade[3] et fait prisonnier. Amputé d'un pied, il mourut quinze jours plus tard[réf. nécessaire] à Laon, où il repose dans la cathédrale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miquel 1991, p. 190
  2. [1]
  3. Miquel 1991, p. 196

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, page 22 - Louis Lainé - 1844
  • Pierre Miquel, La Campagne de France de Napoléon : ou les éclairs du génie, Christian de Bartillat,‎ 1991 (ISBN 2-905563-41-9)