Guillaume Cousinot de Montreuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Guillaume Cousinot
Rencontre de Jeanne d'Arc et du dauphin Charles

Guillaume Cousinot de Montreuil, est né en 1400 et meurt en 1484.

Guillaume Cousinot de Montreuil est surnommé Guillaume Cousinot II ou « Le Jeune » car il était le fils de Guillaume Cousinot le Chancelier[1]. Longtemps, les historiens hésitèrent sur le lien de parenté entre ces deux personnages. Jusqu'au XIXe siècle, la thèse de l'oncle et de son neveu était avancée jusqu'à ce que l'archiviste Jules Doinel, à partir de documents historiques, lui permettent d'affirmer que les deux Guillaume Cousinot étaient père et fils.

Il fut étudiant à l’université d'Orléans et diplômé « Licencié ès lois ». Son père lui offre ses biens qu'il possède dans la Beauce (pris sur les Bourguignons) pour permettre à son fils de poursuivre ses études universitaires.

Guillaume Cousinot de Montreuil était également poète et historien.

Entre 1418 et 1436, il combat pour le parti Armagnac.

Il obtint les charges de "Grand Maistre Gouverneur", Visiteur et Juge ordinaire des mines et dépendances, puis chancelier et chambellan des rois Charles VII et Louis XI. Conseiller et Maître des requêtes à l’Hôtel du Roi.

Il devint Seigneur de Montreuil, près de Vincennes de 1456 jusqu'à sa mort. Sur le sceau de Guillaume Cousinot, chambellan du roi, une dame soutient d’une main l’écu et de l’autre le heaume[2].

En 1438, il devient secrétaire du roi, puis maître des requêtes et conseiller. Durant cette période, il est nommé commissaire du roi et a pour charge, avec la mission d'inspecteur financier et administratif.

En 1442, il devient le premier président du Conseil delphinal, futur parlement de Grenoble[3],[a 1], car il était depuis 1435 environ, conseiller du dauphin Louis, futur Louis XI[a 2].

Entre 1444 et 1449, il est nommé diplomate et envoyé en représentation diplomatique en Angleterre pendant une période de trêve entre les deux pays.

Il est nommé Chevalier lors du siège de Rouen, et Charles VII le nomme bailli de Rouen de 1449 à 1461[4].

En 1451, il est de nouveau nommé ambassadeur auprès dela Cour d'Écosse. Il est alors capturé par les Anglais qui le garderont en captivité pendant trois années. Charles VII le fait libérer en échange d'une forte rançon[3].

En 1459, Cousinot de Montreuil représente le roi de France au concile de Mantoue en Italie[a 3] et remplira la mission d'ambassadeur à Rome.

En 1461, Charles VII meurt. Son fils, Louis XI, le fait emprisonner[a 4] avant de se raviser et d'en faire son chambellan.

Dès 1463, le roi le nomme concierge à la Conciergerie du Palais à Paris, puis capitaine de Cabrières en Languedoc à la suite du traité de Bayonne (1462)[a 5]. Il fut nommé coup sur coup châtelain de Lattes-lès-Montpellier, capitaine de Sauxe (Salses) près de Perpignan, gouverneur et bailli de Montpellier[5],[a 6].

Dans une lettre de Louis XI datée d'Abbeville le 29 septembre 1464, il se trouve en tant que l'un de ses conseillers, « ... Guillaume Cousinot, chavalier ... »[a 7].

En 1465, il servit fort utilement le roi pendant la ligue du Bien public. Ainsi, Louis XI augmenta-t-il sa pension de 600 à 3 000 francs, pour récompense de ses services[a 8].

En 1467, il commença la rédaction d'une chronique médiévale historique : la "Chronique de la Pucelle"[6]. Cette chronique puise ses sources dans celle de la "Geste des Nobles" écrite par son père, avant de s'attarder sur l'épopée de Jeanne d'Arc.

En 1469, il écrit une pièce poétique en vers et en prose : "Réponse à Robertet sur le départ de la belle Étiennette".

En 1470, Il est nommé ambassadeur à Rome[7].

En 1483, après la mort de Louis XI, il devient, malgré son grand âge, le conseiller du nouveau roi Charles VIII de France.

En 1484, il participa aux états généraux de 1484 à Tours[a 9]. Il mourut la même année.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Selon Joseph Vaesen, il est possible qu'il fût fils de Pierre II et neveu de ce Guillaume.
  2. http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Blason_d%E2%80%99apr%C3%A8s_les_sceaux_du_Moyen-%C3%82ge
  3. a et b Vallet de Viriville, Chronique de la Pucelle, Paris, Éditions Adolphe Delahays, 1859, p. 23-25 - qui ne le cite pas comme gouverneur du Dauphiné, conformément à la liste de Guy Allard Les gouverneurs et les lieutenans généraux de Dauphiné, Grenoble, Jean Verdier impr., 1704 (réed. par H. Gariel, Grenoble, 1864), qui p. 175-176 nomme Bertrand de Loupy gouverneur dès 1441.
  4. http://www.visite-de-rouen.com/baillis.htm
  5. http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/EGF/SA/InvSAPDF/SA_index_J/J_suppl_pdf/J1020_1027.pdf
  6. http://www.stejeannedarc.net/chroniques/chronique_de_la_pucelle.php#index
  7. http://www.archive.org/stream/socitdelhistoir29frangoog/socitdelhistoir29frangoog_djvu.txt

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p.215, note 3, n'est pas gouverneur du Dauphiné.
  2. p.215, note 3
  3. p.215
  4. p.215
  5. p.215
  6. p.215
  7. p.215 ; Bibliothèque nationale, Fr.23471, n°6
  8. p.215
  9. p.215