Guillaume-Gabriel Le Breton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On sait peu de choses sur Guillaume Le Breton (parfois appelé Gabriel), sinon que, comme François d'Amboise, il fréquente le procureur général du roi, Gilles Bourdin, en même temps que d’autres dramaturges italianisants, Odet de Turnèbe et Pierre de Larivey.

D’après François d'Amboise, Le Breton aurait écrit plusieurs tragédies : Tullie, Charité, Didon et Dorothée, perdues. La seule pièce que l’on peut encore lire est une pièce à sujet mythologique, Adonis, sans doute représentée en 1569 devant Charles IX, puis huit ans plus tard, à l’Hôtel de Bourgogne, et enfin, en 1579 au Collège de Boncourt.

Le Breton a également traduit la relation de voyage de Cortés.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Hernán Cortés, Voyages et conquestes du capitaine Ferdinand Courtois, es Indes occidentales, histoire traduite de la langue espagnole par Guillaume le Breton, Paris, A. L'Angelier, 1588, in-12, pièces liminaires, 416 ff.
  • L'Adonis, tragédie de Guillaume Le Breton Nivernois, Paris, Abel L'Angelier, dans Diverses tragedies de plusieurs autheurs de ce temps, 1597, in-12

Édition moderne[modifier | modifier le code]

  • Théâtre français de la Renaissance, la tragédie à l’époque d’Henri III, édité par Mario Bensi, deuxième série, vol. 1 (1574-1579), Florence-Paris, Olschki-PUF, 1999.

Études[modifier | modifier le code]

  • M. Grandmotet, « Étude sur la tragédie d’Adonis de G. Le Breton », Bulletin de la Société Nivernaise, t. I, 1854, p. 211-230
  • J.-C. Ternaux, « Ovide, Ronsard et Le Breton : à propos d’Adonis », Revue des Amis de Ronsard, XVI, Société des Amis de Ronsard du Japon, 2003, p. 63-85.

Liens internes[modifier | modifier le code]