Guilgoul haneshamot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Guilgoul haNeshamot ou Guilgoulei haneshamot (héb. גלגול הנשמות, litt. "cycle des âmes"), plus communément désigné par Guilgoul, est le concept de la réincarnation, émanant des thèses kabbalistiques dans le judaïsme.

Selon ce concept, les âmes effectuent un "cycle" à travers les vies ou "incarnations", étant attachées à différents corps au cours du temps. Le corps auquel elles s'associent dépend de leur tâche particulière dans le monde physique, du niveau de spiritualité de la ou des précédentes incarnations, etc.

L'âme possède cinq niveaux, nefesh (force vitale), roua'h (esprit), neshama (communément traduite par âme, mais N.SH.M possède également une connotation de "respiration"), hayya ("vie"), ye'hida ("union"). Le nefesh siégeant dans le sang[1], et devant quitter le corps lorsqu'il ne produit plus de sang, il fait toujours partie du processus de réincarnation, renaissant dans un autre corps lorsque la vie recommence.

Le texte kabbalistique de référence sur le sujet est le Shaar Haguilgoulim ("la Porte" ou "le Chapitre des Réincarnations"), basé sur l'enseignement de l'Ar"i za"l, et compilé par son disciple, le Rav Hayim Vital. Basé sur le commentaire de la parashat Mishpatim du Zohar, il décrit les lois complexes et profondes de la réincarnation. L'un des concepts de ce livre est l'idée que le guilgoul est physiquement réalisé en parallèle avec la grossesse.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gen. 9:5-6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "La Kabbale" (Elips, 2011) par Maurice-Ruben Hayoun, professeur des Universités, spécialiste de philosophie médiévale judéo-arabe, de mystique juive et du renouveau de la pensée judéo-allemande du XVIIIe au premier tiers du XXe siècle